Recherche d’une pépinière clinique d’orientation psychanalytique avec des étudiant.e.s en licence : panorama et subjectivation des parcours universitaires. Pauline Léger et Chloé Fonteneau.

Nous présentons ici le travail que nous avons réalisé dans le cadre de notre “pépinière de recherche en sciences de l’éducation dans une clinique d’orientation clinique psychanalytique” (Carnus & Terrisse, 2013). C’est un groupe restreint de cinq étudiant.e.s volontaires en Sciences de l’éducation à l’UCO de Niort, qui mène une vraie recherche avec une enseignante-chercheuse, ici S.Cadiou, MCF en Sciences de l’Éducation .
Notre recherche, intitulée “Panorama et subjectivations des parcours universitaires : le cas d’une université de province”, retrace trois parcours d’étudiants afin de comprendre comment ceux-ci suivent un parcours singulier et comment l’inconscient vient s’immiscer dans leur parcours d’orientation (Baudoin, 2013). Pour cela, nous avons analysé des données quantitatives de l’université, puis réalisé une enquête qualitative, en menant individuellement des entretiens semi-dirigés et les entretiens d’après-coup.
Cette recherche a demandé de nombreuses réunions et du travail personnel, représentant le nombre d’heure d’un enseignement majeur.
Nous avons soumis ce travail de recherche à un colloque et avons été retenus. Nous ne pensions pas aller aussi loin dans notre recherche et sommes heureux de ces opportunités. Donc nous présenterons ce travail au colloque DIRES à Nantes le 5 avril 2024 et au dej’recherche de l’UCO Niort le 17 avril 2024.
De plus, nous souhaitons toutes deux avec S.Cadiou, continuer le travail en réalisant une seconde recherche sur notre expérience de la pépinière en licence, autour des enjeux épistémiques de notre premier travail, dans la perspective du colloque CIDEF à Nantes à la rentrée 2024.

Baudouin, N ( 2007). Le sens de l’orientation. Une approche clinique de l’orientation scolaire et professionnelle. Paris : L’Harmattan, 221 p.
Carnus, M.-F., & Terrisse, A. (2013). Didactique clinique de l’EPS : Le sujet enseignant en question. Éditions EP&S.

Figure du migrant et littérature jeunesse. Patricia Mothes

L’école française doit accueillir les enfants migrants au même titre que ceux nés en France. Ainsi, au quotidien, des classes de très jeunes enfants s’ouvrent-elles à des enfants venus d’ailleurs dans des conditions parfois extrêmement difficiles. Dans ce cadre, les enseignant-e-s ne peuvent plus détourner les yeux et passer sous silence ces situations singulières.

Mais parler de migration, c’est évoquer des sujets délicats (exil, violence…) à l’abord desquels les enseignant-e-s ne sont pas formé-e-s et pour le travail desquels ils ont besoin d’outils. Les albums de jeunesse constituent traditionnellement des supports de médiation sur les sujets sensibles.

Pourtant, une étude menée sur 86 albums de jeunesse 6-12 ans répondant à la recherche ” migrations” et ” migrants ” tend à montrer que nombre de ces albums véhiculent des stéréotypes et participent à construire une image du migrant stéréotypale, voire raciste. Pourtant il n’y a pas suffisamment d’albums sur cette thématique pour éliminer de nos bibliothèques les exemplaires problématiques, et, au-delà, il peut même y avoir un intérêt à travailler avec ces albums, dans le cadre d’un apprentissage de la pensée critique. Cela nécessite cependant que l’enseignant ou l’adulte qui conduit la réflexion ait à sa disposition un outil solide pour l’accompagner dans ce travail. Or, si les outils de repérage des stéréotypes de genre sont connus des enseignants, il n’en existe pas encore qui permette de repérer les stéréotypes racistes dans les albums de jeunesse.

C’est à ceci que nous travaillons actuellement. Du corpus qui fonde ce travail de recherche émergent quelques titres qui ont le mérite de traiter de la question de la migration de façon plus réaliste que d’autres .

Nous vous proposons aujourd’hui de lire ensemble Un Vent Meilleur, de A. Tariel et C. Taconet aux éditions Utopiques. L’éditeur présente ainsi l’ouvrage en quatrième de couverture : « Louise vit avec ses parents au bord de la mer dans le nord de la France. Elle aime passer du temps auprès de sa tante, une bricoleuse hors pair, et pratiquer son activité préférée : la chasse aux mouettes !
Un jour, sur la plage, elle fait la connaissance d’Asaf. Le jeune garçon vit avec sa famille, sous une tente de fortune, dans le bois près de chez elle. Ils ont fui leur pays en guerre… Bouleversée par cette rencontre, Louise va décider d’agir. Cette relation amicale permettra au jeune garçon et sa famille de réaliser leur rêve : rejoindre l’Angleterre. La solidarité d’une famille face au drame des migrants. »

Pourquoi celui-ci ? Parce que, contrairement à la majorité des albums de notre corpus, il ne présente pas les stéréotypes habituels de la figure du migrant. Ici, le jeune migrant n’est pas noir, comme dans 80 % des albums étudiés. Il n’est pas présenté en habits d’été ou en haillons comme c’est aussi le cas dans la majorité des albums consultés, et aucun élément extérieur ne le distingue de la petite fille qui est l’héroïne de l’album ou des autres personnages : il est habillé, comme tous, d’un ciré et de bottes (nous sommes en hiver en bord de mer), ne porte pas de bagages dans des situations incongrues comme nous avons pu le constater ailleurs. Il est un autre, certes, mais un autre qui pourrait être nous, et à aucun moment n’est présenté comme une victime à aider, même si un rapide passage en page 4 montre les tentes dans lesquelles habite sa famille et les bidons qui lui servent à conserver l’eau.

Ce point n’est pas anodin. Si, là aussi contrairement à beaucoup de ce que nous avons lu, le discours n’est pas angélique sur la situation des migrants et l’accueil qui leur est réservé en France, il n’est pas non plus misérabiliste, et le jeune garçon est à plusieurs reprises présenté souriant et dans des activités d’enfant. Enfin, la fin n’est pas un dénouement. Elle ne présente aucune morale, ce n’est pas un happy end, mais plutôt une suspension qui ouvre à toutes les hypothèses mais permet surtout de mettre l’accent sur le fait que le propre de la personne migrante, c’est aussi parfois de poursuivre son chemin sans regarder derrière, et de nous laisser, nous qui sommes ancrés, dans une absence qui porte les espoirs.

Un album à lire et à partager.


Accompagner les publics vulnérables : Champagne enseignante en 4eme et 3eme agricole. Sandra Cadiou

Le 15 novembre 2023 a eu lieu le colloque AREF à Nanterre. Lors du symposium sur « l’engagement des professionnels dans le domaine de l’éducation, de l’enseignement et de la formation dans le processus d’accompagnement des jeunes socialement et culturellement vulnérables » mené par Eric Mutabazi, je m’intéresse au cas d’une enseignante accompagnant des 4emes 3eme s de l’enseignement agricole.

Champagne est enseignante en français et professeur principal en 4eme 3eme qui forme un public repéré pour un certain nombre comme en difficulté ( ONA, 2010).

Son accompagnement réside en une forme de suivi très serré. Peut-être cette proximité est -elle un facteur important de l’accompagnement, mais le déjà-là ( Carnus, 2001) de cet accompagnement pourrait aussi donner un indice de sa capacité à savoir-y-faire ( Terrisse, 2003).

 Champagne semble être familière d’une forme de déraison, d’inconduite qu’elle reconnait chez ses élèves tout en maintenant le cadre institutionnel. Cette approbation ( Neill, 1971) dans l’acte éducatif semble s’enraciner dans un déjà expérientiel (Terrisse & Carnus, 2009) en lien avec une maman confrontée à des troubles psychiques.

Cette construction de cas rapidement rappelée ici rappelle que la nature particulière du lien enseignant/élève est dessinée par le déjà-là. Dans l’après-coup de la recherche, l’enseignante Champagne rappelle : « Il faut un peu de folie dans la vie je pense. Un peu de dérision, ne pas tout prendre au sérieux, se laisser aller à aimer, à haïr, à ignorer. La journée doit glisser pour que l’on puisse profiter sans heurt. Un métier pour les “fous furieux”, j’y suis peut-être aller un peu fort. Mais un métier où on aide à avancer, à glisser ».

Ainsi la spécificité de ce déjà-là semble particulièrement à même d’accompagner le public vulnérable et en ce sens ce cas donne un éclairage sur l’accompagnement des publics vulnérables.

références

Combis-Carnus, M.-F. (2001). Analyse Didactique du Processus Décisionnel de l’Enseignant d’EPS en Gymnastique. Toulouse III Paul Sabatier.

Neill, A. S. (1971). Libres enfants de Summerhill (M. Laguillonie, Trad.). François Maspéro.

ONEA (2010), Les classes de quatrième et de troisième dans l’enseignement agricole en question, Rapport du ministère de l’Agriculture et de la Direction générale de l’enseignement et de la recherche.

Terrisse, A. (2003). Prise en compte du sujet et recherches en didactique des sports de combat: bilan et perspectives. Science et motricité, (3), 55-79.

Terrisse, A., & Carnus, M.-F. (2009). Didactique clinique de l’éducation physique et sportive, EPS quels enjeux de savoirs ? De Boeck.

Pourquoi une recherche en enseignement-apprentissage de l’olfaction ? Sandra Cadiou

En juin 2023, j’ai communiqué à deux reprises au sujet de l’olfaction[1]. Je m’intéresse à l’enseignement-apprentissage de l’olfaction comment on apprend à sentir et comment on enseigne ce savoir : comment on identifie les odeurs, comment on travaille avec elles… Ce domaine de l’enseignement apprentissage de l’olfaction n’est pas très documenté.

D’une part, il y a une dimension de secret qui est très importante du fait des enjeux économiques liés à l’industrie de la parfumerie. D’autre part, à la différence des autres sens, l’olfaction n’a pas une place aussi importante dans les enseignements apprentissage. Elle n’apparait pas dans les programmes sauf quelques traces dans les programmes de maternelle. Pourtant réfléchir à cet enseignement apprentissage est important.

L’olfaction est un de nos cinq sens, un sens qu’on dit parfois mineur, lié à l’instinct. Il est vrai que la perception des odeurs, proche de la mémoire et des émotions, a une dimension intime, parfois enfouie qui dépasse une forme de rationalité. Quoi qu’il en soit, c’est un élément constitutif de notre humanité et en tant que tel, un système perceptif à éduquer comme les autres systèmes perceptifs, ne serait-ce que parce qu’il nous prévient du danger de la nourriture avariée, du gaz dangereux…

Cet enseignement-apprentissage mérite d’être documenté parce qu’il concerne les gens qui travaillent autour de la question de la parfumerie , celle qui parfume les corps, les intérieurs, le produits d’entretien… La France possède une héritage et une culture de premier plan dans ce domaine.

Réfléchir à comment on enseigne et on apprend les odeurs, c’est aussi une façon de réfléchir à ce que c’est qu’un sujet sentant. Venant de la didactique du français –  du langage articulé – j’apprends quelque chose du domaine des odeurs parce qu’il participe d’un tout autre registre. Si on réfléchit avec la constitution du sujet lacanien, on souligne que le domaine de l’olfaction entretient des liens très forts avec le réel, les odeurs ont tendance à résister au langage. On salue ici le travail de  Jean-Noël Jaubert qui a créé un langage pour nommer ces odeurs avec « le Champ des Odeurs ».

Ce domaine de recherche encore aujourd’hui à la marge mérite d’être élargie et approfondi. Un intérêt personnel très fort me lie aux odeurs et c’est évidemment la source de motivation pour ce champ de recherche, c’est aussi ce qui motive la création du cours d’Art et Education en lien avec l’éveil olfactif et musical mis en place à l’UCO de Niort. Mais au-delà, les odeurs nous disent quelque chose de notre humanité et ce faisant, comment on transmet un savoir et on éduque nos enfants.


[1] Cadiou, S. (20 juin 2023). « Teaching at the times of the « sensual turn » : the case of Pierre Bénard » Colloque : HEAD’23. 19, 20, 21, 22 juin 2023, Universitat Politècnica de València de Valencia, Espagne. https://headconf.org/wp-content/uploads/pdfs/16021.pdf

Cadiou, S. (28 juin 2023). « Apprendre à l’école : continuité de soi et sujet lacanien » Colloque : 6eme colloque international de l’ARCD 27/30 juin 2023, les didactiques face à l’évolution des curriculums,  savoir(s) et pratiques pour entrer dans  la complexité du monde, Genève, Suisse. https://arcd2023.sciencesconf.org/file/952818

De la figure du migrant dans les albums de jeunesse, Patricia Mothes, 2 novembre 2023

Lors de cette communication qui sera présentée à la Journée d’étude « L’ÉCOLE EN FRANCE ET LES ENFANTS DE L’IMMIGRATION : XIXème-DÉBUT XXIème SIÈCLES » de l’université d’Arras en novembre prochain, nous interrogeons la représentation des personnes migrantes dans les albums de jeunesse à destination des enfants de cycle 2 et 3. Nous nous demandons dans quelle mesure les albums de jeunesse à disposition des enseignants peuvent constituer un support de travail pertinent pour aborder la question de la migration dans des classes où se côtoient de plus en plus enfants natifs, enfants nés de parents migrants et enfants migrants.

Il s’agit ici de faire état de la phase exploratoire d’une recherche en cours, qui investigue la représentation de la migration dans les albums de jeunesse afin de tenter de déterminer quelle place ont ces albums dans la construction de l’imaginaire, et par-delà, quelle image sociale ces albums créent chez les jeunes enfants, appelés à devenir des adultes dans un monde interculturel. L’analyse documentaire s’appuie sur deux corpus qui se recoupent :  Le premier est constitué des albums jeunesse présents dans les listes de références de l’Education Nationale pour les cycles 2 et 3, et le deuxième comporte 80 albums à destination des 6-12 ans et accessibles dans les bibliothèques publiques de Toulouse, en réponse à la recherche « migration » ou « migrant ». Certains albums étant présents dans les deux corpus, l’analyse globale concerne une centaine de documents.

Chaque album fait l’objet dans un premier temps d’une analyse individuelle à l’aide d’une grille critériée (Joly, 2005 ; DeRoy-Ringuette et al., 2021) dont les items interrogent à la fois la forme de l’album, le discours textuel et visuel proposé, et les référents implicites. Dans un deuxième temps, le traitement des données s’effectue par croisement à l’aide d’une matrice catégorielle fondée sur les travaux de Thiery et Francis (2015) et vise à mettre en lumière les cohérences et divergences de discours. Le traitement s’appuie sur une approche intersectionnelle (Crenshaw, 2005) et interculturelle du discours.

Les premiers résultats présentés ici font le point sur les stéréotypes racisants véhiculés par les albums dans le discours porté sur la personne migrante. Qui est le migrant représenté / évoqué dans ces albums ? A quoi le « reconnait-on » ? En quoi ces « signes distinctifs » (typicité de l’habillement, accessoires,..) sont-ils vecteurs de stéréotypes et participent-ils à la construction d’imaginaires au mieux inadaptés et au pire racistes ? Telles sont les questions que nous traitons ici, et celles que nous soumettons à la réflexion enseignante. Une fois les stéréotypes repérés, caractérisés, que faire de ces albums ? Au-delà de l’autodafé qui n’est pas, à notre sens, une solution, nous essaierons de mettre au travail des pistes de réflexion autour de la construction d’un discours pour accompagner la lecture de ces albums auprès des enfants, et ainsi aller vers la construction d’une pensée critique du discours social.


Initiation à la recherche en licence 1. Sandra Cadiou 31 mai 2023.

Les licence 1 sciences de l’éducation et de la formation de l’UCO de Niort se sont initiés à la recherche au travers du dispositif des “Cordées de la Réussite” mené auprès de collégiens et lycéens. Cette recherche a porté sur l’orientation dans une orientation psychanalytique.

Je me suis interrogée sur cette démarche, non pas sur l’intérêt pédagogique: s’initier dès la première année universitaire à la recherche, mais sur les résultats. Des biais apparaissent liées à l’ambivalence du cours, à la fois enseignement lié à une note, et production de résultat altéré par les biais de l’initiation.

Si apprendre à chercher passe par une pratique de recherche, ( après tout on apprend à pédaler en pédalant), la conceptualisation de la démarche n’est pas toujours suffisante: il faut lire, écrire. Il faut aussi construire – lentement – une posture réflexive pour aborder le constretransfert à l’oeuvre chez chacun. Le travail effectif de cette recherche – la production de cas – révèle chez les étudiants d’une certaine sensibilité et finesse d’interprétation, mais le travail théorique sur table au sujet de ce projet témoigne d’une construction théorique encore fragile.

Toutefois au travers de cette aventure, les étudiants ont pu répondre à une question de recherche. Si le surmoi est à l’oeuvre dans l’orientation, il semble plus marqué chez les lycéens que les collégiens qui eux expriment davantage d’angoisse diffuse face à leur avenir.

Dessous le lien vers la publication des travaux.

Recherche Sur L’orientation Projet Tuteuré Sef Uco Niort Mai 2023

Initiation à la recherche sur l’orientation en sciences de l’éducation en orientation clinique psychanalytique avec des étudiant.e.s de sciences de l’éducation. Sandra Cadiou. 1er mai 2023

 Les Licence 1 sciences de l’éducation et de la formation de l’UCO de Niort ont démarré une recherche clinique d’orientation psychanalytique sur les questions d’orientation au collège et au lycée.

Nous avons démarré les entretiens semi-dirigés avec les collégien.ne.s et lycéen.ne.s. Les étudiant.e.s avaient préparé une grille d’entretien pour mener ces entretiens, ils.elles ont ensuite rédigé le verbatim des entretiens et construit un cas en dressant des éléments de déjà-là, des informations sur les souhaits d’orientation et ensuite en repérant quelques éléments relevant du moi, du ça et du surmoi.

Cette aventure liée au cours de projet tutoré permet aux étudiant.e.s de s’initier à la recherche à  la pensée d’orientation psychanalytique et aussi de rencontrer des élèves. C’est un point important pour eux qui ont majoritairement pour projet d’orientation de devenir professeur des écoles.

Dans ce travail d’initiation à la recherche, les étudiant.e.s naviguent entre enseignement et recherche et en ce sens il ne garantit pas complètement ses résultats, toutefois les entretiens semi-dirigés auprès d’adolescents faits par les jeunes adultes que sont nos étudiant.e.s offrent l’avantage d’entrer très rapidement en contact du fait du voisinage des âges. Certains sont timides et l’entretien est court, d’autres mènent un entretien très long. Deux étudiantes rapportent la parole d’une collégienne très prolixe : « C’était le moment ou jamais de dire ce qu’elle avait à dire ».

Du côté des collégiens, l’un deux « pensai[t] faire des activités dans des ateliers », «  ça m’a surpris » explique un autre collégien et certains jugent que «  c’était très bien », « on savait de quoi on parlait c‘était autour de nous…on savait » explique l’un d’eux. Les lycéen.ne.s  s’attendaient à «  discuter de l’orientation… après de cette manière nan ». Finalement la parole donnée semble appréciée.

Durant l’échange « on dénichait des petits trucs » rapporte l’une des étudiantes. Il a fallu « relancer pas mal de fois » et ‘‘j’ai peur de pas avoir traité vraiment ce qu’il faut qu’on traite »  confie une autre. « Garder sa place n’est pas simple, on sentait que l’autre avait envie d’interagir avec nous » explique  un étudiant.

Initiation to research on orientation in education sciences in clinical psychoanalytical orientation with students of educational sciences.

The Bachelor 1 of Educational Sciences of UCO Niort has started a psychoanalytically oriented clinical research on orientation issues in secondary school.

We started semi-structured interviews with secondary school students. The students had prepared an interview grid to conduct these interviews, they then wrote the verbatim of the interviews and built a case by drawing up elements of already-there, information on the orientation wishes and then by spotting some elements relating to the ego, the id., and the super-ego.

This adventure linked to the tutored project course allows the students to be introduced to psychoanalytically oriented thought research and also to meet young students. This is an important point for them, as most of their career plans are to become school teachers.

In this work of initiation to research, the students navigate between teaching and research, and in this sense, it does not completely guarantee its results, however, the semi-directed interviews with teenagers done by the young adults that are our students offer the advantage of coming into contact very quickly because of the proximity of ages. Some are shy and the interview is short, while others conduct a very long interview. The two students report the words of a very prolix schoolgirl: “It was the moment or never to say what she had to say”.

As for the schoolchildren, one of them “was thinking of doing activities in workshops“, said a schoolboy.  “I was surprised”, said one pupil, and others thought “it was very good”, “we knew what we were talking about, it was all around us…we knew“, said another. The secondary schools expected to “discuss orientation… afterwards in this way no”. In the end, the word seems to be appreciated. During the exchange “we found out little things“, reported one of the students. It was necessary to “raise the issue quite a few times” and “I‘m afraid I didn’t really deal with what needs to be dealt with”, said another. “Keeping one’s place is not easy, we felt that the other wanted to interact with us”, said one student

Chercher quoi, chercher comment, chercher avec/sur qui? Patricia Mothes. 27 mars 2023

Chaque semaine depuis des années, des gens meurent en tentant de traverser la Méditerranée. Parmi eux, des centaines de jeunes, venus chercher en Europe l’éducation, le savoir, un autre avenir. Des centaines de jeunes auxquels nos forces de l’ordre ont refusé, parfois violemment, le droit d’être protégés.

Jeudi dernier, après des semaines de manifestations pacifiques, plusieurs villes françaises se sont embrasées. Les pavés et le mobilier urbain ont volé au milieu des grenades de désencerclement, des lacrymogènes et des tonnes d’eau déversées par les canons.

Depuis ce weekend, un jeune est entre la vie et la mort, touché par une grenade à la tête alors qu’il manifestait pour demander l’arrêt des travaux de construction de la méga-bassine de Ste Soline.

D’un côté la dénonciation du pompage des eaux souterraines et de l’agriculture intensive, de l’autre le canon à eau qui balaye des manifestants et en fond cette eau infinie qui engloutit des gilets orange. Entre les deux, des jeunes qui tentent de construire leur avenir dans un monde qui s’écroule et que pourtant, l’on continue à pressuriser à coups de plateformes d’orientation.

Et il faudrait que la recherche s’intéresse à l’inclusivité du système scolaire, au bien-être étudiant ? Encore faudrait-il que la recherche atteigne d’autres interlocuteurs que les professionnel-le-s curieux-ses ou en difficulté.

Nos derniers travaux ont montré que la forme scolaire est un facteur important du décrochage scolaire, que le manque de formation interculturelle des enseignant-e-s et le racisme systémique de l’institution scolaire sont des obstacles à l’accueil des enfants migrants. Notre recherche en cours sur les manuels de l’enseignement CSR de l’hôtellerie-restauration semble construire une hypothèse : celle d’un enseignement tenant plus du formatage oppressif que de l’apprentissage. Ici aussi, tout est question de corps à domestiquer, d’ordre à tenir, d’obéissance à intégrer coûte que coûte. Est- ce là la fonction de l’Ecole du XXIème siècle ?

Il y a bientôt trois ans, nous écrivions « Des masques et des sacs qui nous pèsent » ( n Pierre-Olivier Weiss éd., L’éducation aux marges en temps de pandémie. Précarité, inégalité et fractures numériques. Presses universitaires des Antilles, 2022), où nous décrivions comment la crise sanitaire et la continuité pédagogique ont révélé les fissures de la forme scolaire. De cette écriture collective est née l’idée d’un séminaire scientifique à l’occasion des congrès de l’ACAS et du CRIFPE. A cette occasion, nous questionnerons, entre chercheur-e-s francophones de France métropolitaine, Suisse, Mayotte et Québec les rapports entre crise sanitaire et recherche. Nous interrogerons aussi les effets de l’Anthropocène sur la recherche, de la responsabilité que nous assumons (ou pas) dans la circulation des savoirs. A l’aune de l’actualité du mois de mai, il faudra aussi se demander quel type de recherche en sciences de l’éducation peut encore être menée, et dans quel but.

Initier à la recherche en orientation psychanalytique dans le cadre d’un cours à l’université/ Introduction to psychoanalytically oriented research in a university course Sandra Cadiou

Je dispense un cours en licence de sciences de l’éducation et de la formation qui s’organise autour de l’initiation à la recherche dans une orientation clinique psychanalytique dans le cadre des Cordées de la réussite. Ce dispositif émanant du ministère de l’éducation nationale a pour objectif de réduire les inégalités sociales. Il consiste à proposer des actions qui permettent d’ouvrir les possibles en termes d’orientation. Notre action s’adresse à des collégiens et lycéens de Niort et nous proposons un entretien à caractère réflexif sur leur parcours et leur orientation. Du côté de notre recherche, nous menons des entretiens individuels autour de l’orientation auprès d’élèves et observons le rapport au savoir, à l’orientation et aussi à l’institution scolaire.

Comment mener une initiation à la recherche, dans un cadre psychanalytique et dans un contexte universitaire évaluant des savoirs ? C’est l’interrogation et la difficulté qui se pose à moi. En effet comment amener des étudiants vers le territoire de la psychanalyse pour les initier à des concepts parfois difficiles, mais aussi parce que ça les engage eux-mêmes, du fait de la dynamique transférentielle? Comment mener une recherche, c’est-à-dire une recherche garantissant des résultats fiables, ou tout au moins honnêtes,  tout en enseignant ? L’erreur est un outil puissant d’apprentissage par exemple qui s’accommode mal avec le temps imparti et la production de résultats. C’est une deuxième difficulté à laquelle je vais être confrontée.  Enfin comment conjuguer une certaine authenticité et les tâtonnements induits par le travail psychique avec l’évaluation plus froide et distanciée de l’université ? Je reviendrai ici dans ce carnet avec les étudiants pour donner à voir cette recherche dans les semaines à venir et aussi pour peut-être répondre à mes questions.

I teach a course in the License of Education and Training Sciences which is organized around initiation to research in a psychoanalytical clinical orientation within the framework of the Cordées de la réussite. This scheme from the Ministry of Education aims to reduce social inequalities. It consists of proposing actions that open up possibilities in terms of orientation. Our action is aimed at secondary school students and we offer a reflective interview on their career path and their orientation, and we propose a reflective interview on their career path and orientation. As for our research, we carry out individual interviews with volunteer students on orientation and observe their relationship with knowledge, orientation, knowledge, guidance, and the school institution.

How to conduct an initiation to research, in a psychoanalytical framework and in a university context that evaluates knowledge? This is the question and the difficulty that I face. Indeed, how can I bring students into the territory of research? how to bring students into the territory of psychoanalysis to introduce them to concepts that are sometimes difficult, but also because it involves them, because of the dynamic transferential dynamics? How to conduct research, that is to say, research that guarantees reliable, or at least honest reliable, or at least honest, results, while teaching? Error is a powerful tool learning tool, for example, which does not sit well with time constraints and the production of results. This is the second difficulty I will have to face. Finally, how to combine a certain authenticity and the trial and error induced by the psychic work with the more cold and distanced evaluation of and distanced evaluation of the university? I will come back here in this notebook with the students to show them this research in the weeks to come and also to perhaps answer my questions

École, en-corps/ par Patricia Mothes, 25 janvier 2023.

L’institution scolaire s’approprie et discipline le corps, dissocié de l’esprit et entendu comme un véhicule à garer sagement derrière un bureau 6h à 8h par jour. Pujade-Renaud (1983) montre combien le corps de l’élève est « éduqué à la norme scolaire », et que s’intéresser à la place du corps dans l’école, c’est questionner le bien-être et la réussite des élèves. C’est dans ce cadre que nous souhaitons positionner désormais nos travaux. Millet et Thin (2007) (parmi d’autres) ont montré que le corps est constitué comme lieu d’inscription de la déviance scolaire, de l’inadaptation, du trouble. Leurs travaux mettent en lumière la façon dont l’école, en tant qu’institution, domestique les corps, par l’organisation matérielle de la forme scolaire, mais aussi en instaurant un réseaux de symbolismes qui se constituent en objets d’apprentissages implicites tout au long de la scolarité. Ainsi, nous postulons avec les travaux anthropologiques que le corps, loin d’être une donnée naturelle est une construction, modelée par un contexte culturel qui lui confère une dimension symbolique. Pogam (2000) indique cependant que « le corps n’est pas seulement agi dans le processus éducatif, mais réactif, et qu’il exprime, par des ruses et des résistances, une distance à l’imposition de l’ordre. ». Alors, qu’en est-il de ces résistances, de ces ruses ?

Pour travailler ce point, il nous fallait penser un projet de recherche dans un contexte particulier d’enseignement, où la place du corps comme celle de la déviance scolaire seraient pensées explicitement par l’institution. C’est pourquoi notre prochain terrain de recherche se constituera autour de l’enseignement professionnel en hôtellerie-restauration : une filière en tension vers laquelle sont orientés nombre d’élèves en difficulté, où les taux de décrochage en cours de formation sont importants, et où la considération du corps est explicitement un objet de travail et d’apprentissage. Ici, les programmes comme les manuels sont très précis quant aux attentes de présentation corporelle, à l’habillement, au maquillage, à la coiffure, aux gestes professionnels. Comment les élèves vivent-ils cette forme de bio-pouvoir (Foucault, 1976) ? quels sont les effets sur les enseignants de l’injonction à cet apprentissage ? Comment ces apprentissages témoignent-ils à la fois du classisme de l’institution et d’un ancrage culturel dans une tradition culinaire qui peut sembler d’un autre âge ? Autant de questions que nous commençons à investiguer et qui feront l’objet de prochains posts.

The school institution appropriates and disciplines the body, dissociated from the mind and understood as a vehicle to be parked wisely behind a desk 6 to 8 hours a day. Pujade-Renaud (1983) shows how much the body of the pupil is “educated to the school norm” and that taking an interest in the place of the body in the school means questioning the well-being and success of pupils.  It is within this framework that we wish to position our work from now on. Millet and Thin (2007) (among others) have shown that the body is constituted as a place of inscription of school deviance, maladjustment, and disorder. Their work highlights the way school, as an institution, domesticates bodies, through the material organization of the school form, but also by establishing a network of symbolisms that are constituted as implicit learning objects throughout schooling. Thus, we postulate with anthropological works that the body, far from being a natural fact” is a construction, shaped by a cultural context that gives it a symbolic dimension. Pogam (2000) indicates however that “the body is not only acted in the educational process, but reactive, and that it expresses, by tricks and resistances, a distance to the imposition of the order”. So, what about these resistances, these tricks?
To work on this point, we had to think of a research project in a particular teaching context, where the place of the body as well as that of school deviance would be explicitly considered by the institution. This is why our next research field will be vocational education in the hotel and catering industry: a field of study with a high level of tension towards which many students with difficulties are directed, where the drop-out rate during training is high, and where the consideration of the body is explicitly an object of work and learning. Here, the programs and textbooks are very specific about expectations for body presentation, clothing, make-up, hairstyles, and professional gestures. How do the students experience this form of bio-power (Foucault, 1976)? What are the effects on the teachers of the injunction to this learning? How does this learning testify both to the classism of the institution and to a cultural anchoring in a culinary tradition that may seem to be from another age? These are questions that we are beginning to investigate and that will be the subject of future posts.

references:

Foucault, M. (1976) La Volonté de savoir. Gallimard

Millet,M. et Thin,D. (2007). École, jeunes de milieux populaires et groupes de pairs. La Découverte

Pogam Le, Y. (2005) Avant-propos. In Corps et éducation. Corps et culture. 5/2000. consulté le 23 / 01 / 23 à https://journals.openedition.org/corpsetculture/174

Pujade-Renaud, C. (1983). Le corps de l’élève dans la classe. L’Harmattan

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search