Scolarisation des migrants mineurs en France/Minors migrants schoolarisation : the case of France. Mothes and Cadiou

Quelle est la situation des migrants mineurs non accompagnés en France ? Lors du colloque international « Cross Borders Perespectives on Refugees » en ligne du 21 septembre 2020, nous avons pu contribuer aux résultats de recherche sur la diversité de l’accueil des migrants mineurs dans le monde.

Avant de commencer précisons que lorsque les MIE arrivent sur le territoire français, Ils doivent être reçus par le DDAEOMIE. Cet organisme d’état a pour fonction de déterminer s’ils sont mineurs. 90 % sont déclarées majeurs à Toulouse et se retrouvent donc à la rue. A Toulouse ils peuvent demander l’aide d’un collectif qui apportent nourriture, hébergement, assistance juridique pour être reconnus mineurs et scolarisation. C’est le collectif auquel nous appartenons.

Globalement, et en ce qui concerne l’histoire française des droits de l’homme, le contexte juridique français est censé favoriser la scolarisation, par un libre accès à la scolarité sans condition de nationalité ((International Convention for Children Rights art 28 and 29, French educational code art 111, Inter-ministerial circular of January 25th 2016). Et chaque enfant de moins de 16 ans doit aller à l’école (Inter-ministerial circular of January 25th 2016, Mars and October 2012 circular). Mais une évaluation de niveau est nécessaire avant de choisir la voie scolaire, avec la présence attendue des parents. Par conséquent, c’est très difficile pour les MIE.  Par ailleurs, l’évaluation doit porter sur la scolarisation, mais selon le rectorat, elle dépend du nombre de places gratuites dans les classes.

De plus, si les migrants mineurs veulent des papiers, ils doivent faire des études professionnelles, il est donc préférable pour eux d’aller au lycée professionnel plutôt que de poursuivre des études générales. Cela signifie moins de choix, moins de possibilités d’appartenir à des classes supérieures et ils pourraient rester dans la pauvreté. Cela pourrait être considéré comme un détail, mais il est révélateur sur la manière dont l’État français considère l’UAM: non seulement comme des mineurs à prendre en charge et aidés, mais globalement comme une future main-d’œuvre à être économiquement utile. Nous voulons souligner le racisme intégré dans la situation postcoloniale française. Pendant des siècles, la France a été une puissance coloniale, utilisant les pays africains pour résoudre les problèmes économiques français. La situation UAM tend à montrer que cette situation est en cours, même si elle a une forme différente.

What is the situation of unaccompanied minor migrants in France? During the international conference « Cross Borders Perspectives on Refugees » online on September 21, 2020, we were able to contribute to the results of research on the diversity of the reception of minor migrants in the world.

Before beginning, let’s precise how is organized UAM « welcoming » in France.  By their arrival on French territory, UAM are asked to go to the DDAEOMIE, which is state organization in charge of minority assessment. 90 % of them are assessed major and brought back to the street. In Toulouse, they can ask for help to a collective which provide them food and place to live, and also juridic assistance to be recognize as minors, and schooling. That is the collective we belong to.

Globally speaking, and regarding French human rights history, French juridic context is supposed to encourage schoolarisation, by free access to schooling without any nationality condition (International Convention for Children Rights art 28 and 29, French educational code art 111, Inter-ministerial circular of January 25th 2016). Also, every child under 16 must go to school. (Inter-ministerial circular of January 25th 2016, Mars and October 2012 circular). But level assessment is necessary before choosing schooling way, With the necessary parents’ presence. Consequently, it’s very difficult for UAM. Secondly, assessment should come to schooling, but according to rectorat it depends on the number of free places into classes.

In addition, if minors migrants want papers, they need vocational studies, so it is better for them to go to vocational high school rather than to pursue general studies. This means less choice, less opportunity to belong to the upper classes and they could stay in poverty. This could be considered as a detail, but it shows how French State considers the UAM: not only as minors to be taken care of and assisted, but overall as a future workforce to be economically useful. We want to highlight the racism embedded in the French postcolonial situation. For centuries, France has been a colonial power, using African countries to solve French economic problems. The UAM situation tends to show that this situation still exists, even if it has a different form.

Crenshaw Kimberlé Williams (2005). « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du Genre, 2005/2 (n° 39), p. 51-82. DOI : 10.3917/cdge.039.0051. URL : https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2005-2-page-51.htm

Goffman, E (1963). Stigmate. Les usages sociaux des handicaps (Trad. de l’anglais par Alain Kihm : 1975). Paris : éditions de Minuit, 1975.

Hoerder, D., Hébert, Y., & Schmitt, I. (Eds.) (2006). Negotiating transcultural lives: Belongings and social capital among youth in comparative perspective. Toronto; Buffalo: University of Toronto Press.