« Chercher avec » les acteurs de la scolarisation migrants et formateurs : comment éviter la domination ?/ “Researching with” migrant and teachers in education: how to avoid domination? Cadiou et Mothes. 4 decembre 2020

La question de la scolarisation des migrants fait partie de nos centre d’intérêt en termes de recherche ( et pas seulement)  sans doute parce qu’elle pose de façon crue et violente les liens entre pouvoir, savoir et sujet singulier.

Comment les pouvoirs et les situations politiques créent des phénomènes de migration et donc transforment des sujets en migrants et des pays en lieu d’ « accueil » ? Comment les jeunes migrants accèdent au savoir, à la scolarisation dans cette vie : quelle place leur est donnée dans l’espace public par les pouvoirs politiques,  au travers des règlementations administratives, des institutions scolaires, mais aussi des espaces d’enseignement comme les associations ? Comment les migrants non accompagnés, sujets adolescents vivent-ils cette étape de métamorphose aux facettes multiples. Comment se construisent-ils ?

Observer, décrire et tenter de comprendre la scolarisation des migrants soulève des questions éthiques importantes. Il y a urgence à ce que la recherche travaille à cette question du fait que des vies sont en danger.

A Toulouse, des volontaires accueillent des migrants mineurs isolés depuis 2016. Ils leur dispensent logement, nourriture, aide juridique et scolarisation. Il s’agit pour la plupart de jeunes noirs ; masculins venant d’Afrique, notamment d’anciens pays colonisés.

Ces jeunes concentrent les oppressions : de sexe ( au-delà des facteurs économiques et sociaux, c’est leur condition de jeune homme qui les conduit sur le chemin de la migration), de race et de classe (peu d’entre eux ont eu accès à une scolarisation complète, et, en rance, ils sont dirigés vers des filières professionnelles peu valorisées). C’est en terme d’intersectionnalité (Crenshaw, 1989) et de « stigmate » (Goffman,1963) que doit être pensée l’analyse ;

Pour rappel l’intersectionnalité est un concept proposé et fondé par Kimberlé Williams Crenshaw dès 1989 pour désigner le cumul des inégalités auprès de certains individus. Le concept de stigmate revient à Erving Goffman qui désigne un attribut social dévalorisant ( corporel ou non) et défini comme tel par le regard d’autrui.

S’il est urgent de faire de la recherche sur ce terrain, nous n’allons pas en faire de façon « habituelle », c’est-à-dire nous chercheures blanches, donc diplômées observant de jeunes mineurs noirs peu scolarisées. Le surplomb scientifique se double également d’un contexte de décolonisation : de françaises de métropole, blanches, nous observons des jeunes issus des pays anciennement colonisés. Les formes intégrées et implicites du racisme peuvent nous guetter, sans compter qu’elles peuvent hanter potentiellement les acteurs de la scolarisation.

Comment nous chercheures pourrions-nous nous positionner de façon juste dans cette situation délicate de recherche ?

Nous avons essayé de répondre à cette question en nous orientant vers une recherche « avec ». Nous utilisons cette expression commode pour deux raisons. D’une part elle évacue le débat participative/collaborative pour plus modestement nous inscrire dans une visée de partage avec tous les acteurs de cette recherche. D’autre part elle nous rattache à son auteur ( Buznic-Bourgeacq, 2019) chercheur appartenant comme nous au groupe de didactique clinique.

Nous avons donc tenté d’élaborer une méthodologie de recherche visant à interroger des migrants mineurs isolés en scolarisation dans cette association, ainsi que des formateur.rice.s .

Nous avons mené des entretiens semi-dirigés d’orientation clinique de migrants mineurs isolés et de formateur-rices, . Puis nous avons construit des cas qui tentent de rendre compte de l’organisation psychique du sujet dans ce processus de scolarisation. Nous nous sommes demandé comment l’expérience de l’immigration impacte les acteurs-trices de cette scolarisation : MIE et formateur.rice.  À la suite de la construction de cas, nous sommes retournées vers les MIE et formateur.rice interviewés pour partager avec eux nos hypothèses, dans le but d’écrire ensemble nos conclusions de recherche.

Notre approche psychanalytique est aussi sociologique dans le sens de nombreux cliniciens : Freud le premier cherche à saisir comment au sein du sujet s’inscrivent les enjeux sociaux : Totem und Tabu,  , Le Malaise dans la culture…  Nous cherchons à saisir les « racines psychiques » d’éléments ou phénomènes institutionnels dans l’optique de Castoriadis. Nous nous sentons solidaires d’une approche sociologique clinique, également, comme la nomme Assoun, d’une anthropologie psychanalytique.

Rendez-vous dans un prochain billet pour rendre compte de la suite de cette recherche « avec ».

Migrants’ education is one of our research interests. Alas it is a case where This is a search field where links between power, knowledge, and singular subject can be alas studied in a violent way.

How do political powers and situations create phenomena of migration and therefore transform subjects into migrants and countries into “welcoming” places? How young migrants’ access to knowledge, education in this life: what place is given to them in the public space by political powers, through administrative regulations, educational institutions, but also educational spaces such as associations? How do unaccompanied migrants, adolescent subjects experience this stage of metamorphosis? How are they built?

Observing, describing, and trying to understand migrant’s education raises important ethical questions. Researching on this question is urgent as lives are in danger.

In Toulouse, volunteers have been welcoming unaccompanied minor migrants since 2016. They provide them with accommodation, food, legal aid, and schooling. Most of them are young black male from Africa, especially from former colonized countries.

These young people concentrate the oppressions: of sex (beyond economic and social factors, it is their condition of young man which leads them on migration), of race and class (few of them have had access to full schooling, and, in racist condition, they are directed to low-value professional fields). The analysis should be done in terms of intersectionality (Crenshaw, 1989) and “stigma” (Goffman, 1963).

As a reminder, intersectionality is a concept proposed and founded by Kimberle Williams Crenshaw in 1989 to designate the accumulation of inequalities among people. The concept of stigma belongs to Erving Goffman designating a demeaning social attribute (bodily or not) and defined as such by the others.

If there is an urgent need to do research in this area, we are not going to do it in the “usual” way, that is to say we are white researchers, therefore graduates observing young black minors with little education. The scientific overhang is also coupled with a decolonization context: French women from mainland France, white, we observe young people from formerly colonized countries. Integrated and implicit forms of racism can appear in us, also potentially in those involved in schooling: migrants and teachers. As researchers, how should we position ourselves fairly in this delicate research situation?

We tried to answer this question by orienting ourselves towards a research “with”. We use this convenient expression for two reasons. On the one hand, it eliminates the participatory / collaborative debate and more modestly subscribes to a goal of sharing with all those involved in this research. On the other hand, it links us to its author (Buznic-Bourgeacq, 2019), a researcher who, like us, belongs to the didactic clinic group.

We therefore tried to develop a research methodology aimed at interviewing unaccompanied minor migrants enrolled in this association, as well as trainers.

We conducted semi-structured clinical orientation interviews with unaccompanied minor migrants and trainers. Then we constructed cases which attempt to account for the psychic organization of the subject in this process of schooling. We asked ourselves how the experience of immigration impacts the actors of this schooling: UAM and trainer. Following the construction of cases, we returned to the UAMs and trainer interviewed to share our hypotheses with them, with the aim of writing together our research conclusions.

Our psychoanalytic approach is also sociological in the sense of many clinicians: Freud the first seeks to grasp how within the subject the social issues are inscribed: Totem and Taboo, Civilization, and Its Discontents … We seek to explain the “psychic roots” of institutional structures from Castoriadis’ perspective. We agree with a clinical sociological approach, also, with a psychoanalytic anthropology as Assoun calls it.

See you in a future post to report on the rest of this research “with”.

références

Buznic-Bourgeacq, P. (2019). « Le sujet dont il s’agit encore » Cheminement d’un chercheur en éducation vers une clinique du sujet didactique. UT2J. HDR non publiée.

Carignano, B. (2020). Entretien avec le professeur Paul-Laurent Assoun. L’anthropologie psychanalytique en Revista Psicoanálisis en la Universidad Nº4. Rosario, Argentina, UNR Editora. Pág 15-34

Castoriadis, Cornelius. (1975). L’institution imaginaire de la société (3. ed., rev.corr). Éd. du Seuil.

Castoriadis, Cornélius. (1999). Les racines psychiques et sociales de la haine. In Les carrefours du labyrinthe, tome 6 de Les Figures du pensable. https://collectiflieuxcommuns.fr/IMG/pdf_CC_haineF.pdf

Freud, S. (1989). Totem et tabou, interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs (S. Jankélévitch, Trad.). Payot.

Freud, S. (2010). Le malaise dans la culture (P. Cotet, R. Lainé, & J. Stute-Cadiot, Trad.). Presses universitaires de France.

Goffman E. ( 1963) Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, traduit de l’anglais par Alain Kihm, coll. « Le Sens commun », Éditions de Minuit :1975.

Our Mission. (2020). African American Policy Forum (AAPF). https://aapf.org/ourmission

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (04/12/2020). "« Chercher avec » les acteurs de la scolarisation migrants et formateurs : comment éviter la domination ?/ “Researching with” migrant and teachers in education: how to avoid domination? Cadiou et Mothes. 4 decembre 2020".https://spsujet.hypotheses.org/110.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.