Chemin de réflexion : chemin de rencontres. Mothes et Cadiou.14 janvier 2021.

Préparer une thèse, pour une enseignante en poste, c’est ouvrir de nouveaux espaces, de nouveaux possibles. C’est aussi faire des rencontres qui changent la vie. Parmi ces rencontres, pour nous il y a eu André Terrisse. Professeur émérite à l’université de Toulouse, il était déjà à la retraite lorsque nous l’avons rencontré. Pourtant il participait toujours activement aux discussions de l’équipe de recherche à laquelle nous étions rattachées, apportant à la fois son expérience, son savoir et son infinie bienveillance devant nos hésitations de débutantes. En 2017, l’une d’entre nous a proposé de créer un séminaire de doctorantes devenues ensuite docteures afin de continuer à creuser les concepts de psychanalyse avec l’expérience et la connaissance d’André.

 Les participations ont varié en fonction de nos charges de travail, mais la collaboration a continué et ces deux dernières années, nous avons mené un travail important sur la jouissance au travers du cas d’une enseignante en proie avec une élève qui ne lit pas. Mais nous avons également travaillé sur notre légitimité à nous engager dans la recherche. Au-delà des concepts qu’il nous a aidé à comprendre, André nous a permis de construire de la force intellectuelle, C’est cette force qui nous a fait réfléchir, au moment où nous avons réalisé que l’université ne nous reconnaitrait comme chercheures que si nous étions en poste, à construire notre propre chemin de recherche.

Pour nous, ce chemin a d’abord été une promenade à deux qui nous a conduites à explorer le concept de plus-de-jouir, à interroger le rapport de l’enseignant-e à la résistance de l’élève, puis à tenter de rendre compte de la position inédite des mineurs isolés.

Article après colloque, peu à peu la nécessité de travailler avec d’autres s’est imposée. Nous avions déjà ouvert notre réflexion à d’autres références que celles habituellement utilisées par l’équipe EDiC de Toulouse, à d’autres objets de recherche que les enseignant-e-s, le confinement a aidé à prendre la décision d’assumer une position de recherche au sens premier du terme.

C’est le moment de la création du carnet hypothèse. C’est aussi celui d’une proposition lancée comme une bouteille à la mer, non dans l’optique d’un appel au secours, mais dans celle d’une ouverture à l’inconnu, à l’imprévu, au possible : celle de la création d’un groupe de réflexion.

A ce stade, nos questions tournaient autour des concepts de savoir, de Sujet et de pouvoir, et de leur articulation, notamment dans le domaine de la scolarité. 5 personnes ont répondu à cet appel.

C’est ainsi qu’est née l’aventure G2SP.

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (14/01/2021). "Chemin de réflexion : chemin de rencontres. Mothes et Cadiou.14 janvier 2021.".https://spsujet.hypotheses.org/122.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.