Prendre en compte le sujet didactique dans l’enseignement du français : la place de l’enseignant interrogée au travers du schéma L. Cadiou, S et Poujade, C.

Nous souhaitons témoigner d’un travail de mémoire de recherche issu du master OPMSPI qui a été mené par nous, c’est-à-dire Chloé Poujade étudiante auteure du mémoire et Sandra Cadiou encadrante.

Nous sommes toutes deux enseignantes de français et nous nous interrogeons sur la façon d’aider un sujet didactique à se construire et s’épanouir en classe, dans la poursuite du travail d’Isabelle Delcambre.

Pour rappel le sujet didactique est « un sujet complexe qui, comme tout sujet, est structuré par son inconscient, son milieu d’origine, son histoire familiale et personnelle, etc. Ce qui intéresse alors le didacticien, c’est de voir comment ces diverses dimensions peuvent faciliter ou gêner la relation didactique, ou d’analyser comment les modes de travail prennent ou non en compte ces dimensions, en laissant place ou non au vécu et à l’expérience de l’élève, à ses représentations, à ses pratiques, à l’extrascolaire, etc. » (Delcambre, 2007, p. 39).  

C’est la part d’inconscient au cœur de la relation enseignement/apprentissage qui anime notre intéret. Dans les recherches en didactique du français, le sujet-élève apprend à écrire la fiction sous l’impact de sa division autant dans la production finale du texte que dans les méandres de l’apprentissage, c’est la conversion didactique qui s’opère du côté du sujet-élève (Cadiou, 2018).

Il s’agit pour l’enseignant de donner les outils à l’élève en classe de français pour se construire en tant que sujet scripteur et lecteur en envisageant son être dans toutes ses dimensions à commencer par son inconscient.

Dans son mémoire de master, Hélène Cros (2020) a observé comment un enseignant utilisant les outils numériques donne les moyens ou pas à l’élève de se construire en tant que sujet lecteur. Sa focale didactique clinique observe le déjà-là de l’enseignant et repère dans l’histoire plus ou moins consciente du sujet-enseignant ce qui peut impacter et organiser sa pratique et freiner ou faciliter la construction du sujet lecteur.

Ici Chloé Poujade (2021) observe l’exercice de mise en voix, autre chemin vers la lecture, entendue comme compréhension fine et sensible, des textes littéraires. Comment l’enseignant appréhende ce sujet didactique : quelle place laisse-t-il à l’élève pour se réaliser comme sujet-lecteur au travers de la mise en voix ?

La mise en voix

Le dispositif de mise en voix de texte littéraire est issu des pratiques de la scène poétique contemporaine qui s’envisage en performance, au contact du public. Il s’agit de questionner le rapport au langage et à sa matérialité dans une dimension aussi politique que radicale.

Dans la classe, ce dispositif coopératif et adidactique (Brousseau, 1998) permet d’entrer dans un texte littéraire par l’oral à travers la dimension sensible du langage.

Mettre en voix un texte en cours de français, c’est négocier et choisir des effets sonores par groupe de trois ou quatre élèves pour faire entendre le sens d’un texte à la classe. Il peut s’agir d’effets de rythme, de volume, de tonalité, de chœur ou de styles oratoires… Ces choix d’effets révèlent une compréhension du texte et une interprétation première qu’il reviendra ensuite à l’enseignant de creuser afin de montrer que les effets choisis sont induits par le texte. Le dispositif de mise en voix pousse les élèves à analyser le texte à leur insu. Dans la phase d’institutionnalisation, l’enseignant permet de mettre à jour une analyse par la justification des choix de mises en voix, liés par exemple à la présence d’un champ lexical ou d’une figure de style. Quand les élèves de quatrième choisissent de chuchoter en cœur le nom de la Thénardier, ils mettent en avant la peur ressentie par Cosette dans la forêt et créent un espace sonore issu de leur compréhension du texte.

Voici un extrait du verbatim de l’observation de Lise une enseignante de Lettres, avec sa classe de quatrième:

Lise 52 (00:24:35) :  D’accord est-ce que ça vous, est-ce qu’en écoutant les copains ça vous a fait penser à d’autres textes, à d’autres choses qu’on avait faites ou à d’autres genres qu’on avait découverts depuis le début de l’année?
Élève 55 (00:25:04) :  Le policier parce que…
Lise 53 (00:25:05) : Moi c’est marrant, parce que les chuchotements que j’ai entendus c’est pas le policier qui m’a…ça m’a pas fait penser au policier…, qu’est-ce que tu voulais dire? […]
Élève 57 (00:25:22): Fantastique…
Lise 55 (00:25:24) :  Ben oui… quand vous avez, quand vous avez fait des petites voix qui chuchotaient comme ça dans la forêt, on a l’impression que cette forêt, elle est… Élève 58 (00:25:33) : Fantastique…
Lise 56 (00:25:34) :  Fantastique, c’est-à-dire ? Est-ce que vous pourriez développer ce passage ?
Élève 59 (00:25:37):  Elle est habitée…
Élève 60 (00:25:38) :  Un peu comme si elle était vivante…
Lise 57 (00:25:43) : Merci, comme si elle était vivante, moi j’ai eu le sentiment, en vous écoutant, avec ses voix chuchotantes, c’est… je sais plus il y a même un groupe qui a fait des houhouhouh… quelque chose comme ça, ou des souffles comme ça, ça faisait très fantomatique…
Extrait de la séance d’analyse de Lise qui fait suite à la séance de mise en voix.

Suite à la séance de mise en voix, Lise, l’enseignante experte dans cette pratique construit son cours d’analyse littéraire sur les choix de mises en voix. L’objectif est alors d’analyser au regard des procédés littéraires les choix d’interprétations. Le cours repose sur des allers-retours incessants entre le texte et les mises en voix. Toute la classe observe le chemin du texte en chacun. Ainsi les élèves dont les interprétations font le cœur du cours sont au travail et participent activement à l’élaboration de l’analyse de texte pour aboutir à une trace écrite commune sur les points signifiants du texte. Ils manipulent d’eux-mêmes le vocabulaire technique d’analyse, formulent des interprétations et augmentent la qualité et la quantité de leurs prises de parole.

L’enseignant qui construit l’analyse du texte à partir de ces interprétations se retrouve confronté à la multitude, à l’opacité et à l’instabilité de ces choix interprétatifs. Cette difficulté l’engage en tant que sujet lecteur (Rouxel et Langlade, 2004) et dans son rapport au langage. Elle nécessite des gestes professionnels particuliers, un savoir-y-faire (Montagne, 2011) plutôt qu’un savoir ; faire dire plutôt que dire. L’articulation entre la phase de dévolution, de création des mises en voix et de leur institutionnalisation (Brousseau, 1998) est révélatrice des compromis du moi d’un sujet dans sa  fonction d’enseignant.

Le schéma L à l’œuvre dans la mise en voix

Montagne s’intéresse à l’impact de la parole sur le corps en EPS : « En fait dans toutes les disciplines « en classe », les paroles des professeurs organisent les corps qui, ne sont pris que comme des supports aux apprentissages intellectuels des élèves. En EPS, la parole de l’enseignant crée, supporte et ordonne des apprentissages dont les corps sont l’objet et l’objectif, et la parole des élèves exprime des ressentis sur les effets des corps mis en jeu autant que des commentaires sur des actions ou des gestes. » (Montagne, 2021, p. 93)

La classe de français n’est pas celle où on pense au corps comme enjeu. Pourtant la mise en voix est bien un apprentissage dont le corps est à la fois l’objet et l’objectif. La parole des élèves qui vient ultérieurement comme expression de cette compréhension actée par la mise en voix est également supportée par l’enseignant.

Chloé Poujade propose une analyse de la mise en voix en voix pour l’élève à partir du cas d’Assia, élève en classe d’EPS et sa relation avec son enseignante (Montagne, 2021), reprenant le schéma L introduit par Lacan dès 1955.

Comme Assia qui «attend en quelque sorte un retour de mise en mot (du Symbolique) sur son éprouvé (du Réel) faute de se pouvoir elle-même se voir (Imaginaire) » (Montagne, 2021, p. 120), l’élève en mise en voix voit sa production orale plus ou moins validée par l’enseignant. De ce fait, la réunification et la division du sujet-élève sont au travail dans l’analyse des mises en voix. Plus largement, c’est la validation du sujet-lecteur en apprentissage par l’enseignant qui est à l’œuvre au cœur du dispositif de mise en voix.

« La psychanalyse souligne bien l’importance du fait que c’est l’assentiment de l’autre référent qui donne recevabilité à ce qui n’est qu’une intuition logique d’identification (entre lui et l’image qu’il perçoit de lui) du sujet. » (Montagne 2021, p. 112).

Le schéma L serait un analyseur d’une pratique didactique liée au Réel du corps à étendre à la mise en voix et rendrait visible les conditions de la construction du sujet lecteur.

 
Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (21/10/2021). "Prendre en compte le sujet didactique dans l’enseignement du français : la place de l’enseignant interrogée au travers du schéma L. Cadiou, S et Poujade, C.".https://spsujet.hypotheses.org/187.

BIBLIOGRAPHIE

Brousseau, G., Balacheff, N., Cooper, M., & Sutherland, R. (1998a). Théorie des situations didactiques: Didactique des mathématiques 1970-1990. Grenoble: La pensée sauvage

Cadiou, S. (2018). Didactique clinique de l’écriture de fiction en lycée professionnel : Division du sujet et conversion didactique dans l’apprentissage. UT2J.

Cros, H. (2020) Le sujet-enseignant à l’épreuve du numérique en séance de littérature. (Mémoire de master non publié. Toulouse)

Delcambre, I. (2007). Du sujet scripteur au sujet didactique. Le français aujourd’hui, (2), 33-41.

Lacan, J. (1978). Le Séminaire 1954-1955, Livre II, Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse. Paris : Seuil.

Montagne, Y. (2011). «Savoir-y-faire» avec les élèves; repérer une compétence professorale d’énonciation par une étude de cas. Revue des sciences de l’éducation37(3), 507-541.

Montagne, Y. F. (2021). Un corps d’élève décerné par un professeur; une étude de cas sur le «stade du miroir» en EPS. eJRIEPS. Ejournal de la recherche sur l’intervention en éducation physique et sport, (49).

Langlade, G., & Rouxel, A. (2005). Le sujet lecteur : Lecture subjective et enseignement de la littérature. PU Rennes.

Poujade, C. (2021). Didactique clinique de la mise en voix de texte littéraire. Les effets du moi-enseignant sur la construction des sujets-lecteurs élèves. (mémoire de master non publié, Toulouse).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.