“Chercher avec », ou comment être une chercheure qui relit Freire. Patricia Mothes.12 janvier 2021.

La pédagogie des opprimés. Une introduction aux pédagogies critiques expose le nœud du travail de Freire : l’idée (entre autres) que oppresseurs et opprimés participent d’une dynamique d’interdépendances dont la seule issue possible pour l’opprimé est la conscientisation. Dans ce processus, l’éducation joue pour Freire un rôle fondamental, si tant est qu’elle soit pensée pour accompagner un cheminement vers l’autonomie : « Prétendre libérer  [les opprimés] sans les faire réfléchir sur leur propre libération, c’est les transformer en objets que l’on doit sauver d’un incendie. C’est les faire tomber dans les pièges de la démagogie et les transformer en masse de manœuvre ». De ce constat nait chez Freire un exposé des motifs qui devraient guider les actes et choix de l’enseignant.

Nous postulons que ce travail peut être compris aussi dans une dynamique de recherche. Le travail conduit avec et sur les jeunes mineurs isolés, ou avec les jeunes collégiens et lycéens ( divers articles du carnet rendent compte de ces travaux), témoigne de ce que peut apporter à la recherche la parole des jeunes concernés. Mais qu’apporte la recherche à ces jeunes ?

Nous avons déjà abordé les questionnements qui se posaient à nous dans ce domaine. Quel sens y a-t-il à prétendre « travailler avec », si le bénéfice de la recherche ne revient qu’aux chercheures ? Le bénéfice retiré par les jeunes participant à la recherche en termes de reconnaissance ou de bénéfice secondaire est-il suffisant à postuler d’un échange équitable ?

La recherche est un chemin qui transforme le chercheur. Au fur et à mesure d’une carrière, les terrains que nous investiguons, les questions que nous creusons, les travaux que nous convoquons … sont autant de petites graines qui nous permettent de développer une pensée qui est nôtre. Ce sont autant de portes qui s’ouvrent sur notre chemin vers l’autonomie. Sans compter que la posture même de chercheure témoigne d’une position sociale privilégiée. Dans le jeu de la domination, nous, chercheures, sommes dans le camp des dominantes. Les jeunes « avec qui » nous travaillons, dans celui des dominés : ainsi est la position du jeune migrant, de celui qui est en « échec scolaire », et plus globalement, de l’élève dans notre système scolaire .

Si notre travail veut s’inscrire dans une pensée de l’intersectionnalité ( Boussahba, Delanoe, Bakshi & Crenshaw, 2021), il ne peut s’abstraire des apports de Freire et se doit de penser la recherche comme l’émancipation des personnes concernées. Il s’agit ici d’un changement de paradigme qui redonne du sens à l’expression « recherche avec » et réoriente le travail :  « Éducateurs et éduqués (leader et masse) orientés ensemble  vers la réalité, se rencontrent dans une tâche dans laquelle les deux sont sujets, agissant non seulement pour déchiffrer cette réalité et donc la connaitre avec un esprit critique, mais aussi pour la re-créer. […] Alors la présence des opprimés dans la lutte pour leur libération, plus qu’une pseudo-participation, devient ce qu’elle doit être : un engagement » ( Freire, 1968).

C’est en ce sens que nous souhaitons orienter notre projet autour du décrochage/accrochage scolaire.

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (12/01/2022). "“Chercher avec », ou comment être une chercheure qui relit Freire. Patricia Mothes.12 janvier 2021.".https://spsujet.hypotheses.org/206.

Références: 

Boussahba, M.. Delanoe, E; Bakshi, S; Crenshaw, K. (2021). Qu’est-ce que l’intersectionnalité ? Payot.

Freire, P. (1968). La pédagogie des opprimés.Une introduction aux pédagogies critiques. Traduction Pereira éditions Agone : 2021.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.