Le ça dans l’espace psychique de la classe. Cadiou et Mothes. 11 novembre 2020.

« Ça lit Pas » : La difficulté professionnelle d’Irene face à Sally. Partie 1 : Le ça dans l’espace psychique de la classe./ When It doesn’t Read: Irene’s professional difficulty face to Sally. Part 1: The Id. in the psychic space of the classroom. Cadiou et Mothes

Depuis quelques années, nous travaillons avec André Terrisse, chercheur en sciences de l’éducation, également fondateur de la didactique clinique avec Marie-France Carnus. Avec lui nous avons créé un séminaire qui cherche à penser les phénomènes d’enseignement-apprentissage avec les concepts de la psychanalyse. En 2019, nous avons travaillé sur le concept de jouissance compris au sens de Chemama et Vandermersch (1998): «différents rapports à la satisfaction qu’un sujet désirant et parlant peut attendre et éprouver de l’usage d’un objet désiré». C’est dans ce cadre que nous avons « rencontré » Sally et Irène.

Sally est une jeune fille qui semble ne pas savoir lire, bien qu’elle soit en CE2 et qu’elle n’ait aucun autre problème d’apprentissage. Comment Irène, son enseignante, gère-t-elle cette difficulté professionnelle ? C’est autour de cette question que nous avons travaillé, à partir du verbatim d’un entretien semi-dirigé conduit avec Irène et de divers documents de travail de l’équipe enseignante constituant la monographie de Sally.

Au début de l’entrevue, quand Irène parle de son rapport à l’épreuve, elle explique qu’il n’y a pas de problème. «Ça va bien», «ça ça va». Elle pourra dire parlant de Sally :  «vraiment gentille, toute calme, dans son coin, ne dit rien». Mais après un temps de silence comme une sorte de pause, elle déclare : «en fait ça lit toujours pas». Le connecteur «en fait» pointe comme un dévoilement: derrière le bon fonctionnement en classe, il n’y a pas d’apprentissage en lecture chez Sally, ni d’enseignement efficace dans ce domaine de la part d’Irène.

« Ça lit toujours pas » est répété plusieurs fois durant cet entretien, comme si Sally n’avait pas d’existence en tant que sujet. Avec le mot «ça», Sally semble davantage une chose ou un objet, qu’un sujet.

Que signifie ce «ça » ? Irène utilise ce mot pour décrire Sally. Pour elle, Sally n’est pas seulement une fillette représentée par «elle», mais aussi quelque chose de plus indéfini avec le pronom démonstratif « ça » qui pourrait aussi renvoyer au ça freudien.

Qu’est-ce que le ça de la psychanalyse ? Pour Laplanche et Pontalis, le ça doit être conçu comme le grand réservoir de la libido «l’expression psychique des pulsions». D’autre part, pour Chemama et Vandermesch, il représente l’arène dans laquelle la vie et la mort se heurtent. Laplanche et Pontalis précisent que «le dualisme […] des pulsions de vie et des pulsions de mort implique qu’elles sont organisées en une opposition dialectique. L’absence d’organisation du ça n’est donc que relative, et trouve son sens dans le manque des relations propres à l’organisation du moi ».
Si le « ça » peut s’entendre au sens du ça de Freud, instance des pulsions alors, selon les types d’organisation du moi des enseignants, les pulsions de mort pourraient être mobilisées et impacter les sujets-élèves.

«  Des expressions courantes telles que «ça m’a pris d’un coup» , «ça m’a fait souffrir» , ou encore «ça bouge» ,  «ça tombe» , ou le fameux «ça parle» de Lacan rejoignent cette approche de Freud. Réfléchissant sur ce qui s’énonce là, comme ça, Lacan en vient à avancer dans son séminaire sur La Logique du Fantasme que « ça » est ce sur qui, dans le discours comme structure logique [structure ici grammaticale], est tout ce qui n’est pas je, c’est-à-dire tout le reste de la structure » ”( Chemama & Vandermersch). La théorie des signifiants que Lacan appuie sur sa lecture freudienne donne des indications sur la présence dans le discours de cette «expression psychique des pulsions» (Laplanche & Pontalis).

Avec le « ça » de son discours, Irene semble désorientée par les corps en mouvement des élèves qu’elle souhaiterait contraindre à plus de calme et d’ordre. Faut-il aussi le comprendre pour elle-même,  comme un désir de calme et d’ordre intérieur face à son propre ça qui se manifeste ?

Peut-être que la difficulté d’Irène ne réside pas seulement dans l’échec de l’enseignement-apprentissage de la lecture avec Sally, peut-être sa pulsion de mort de mort apparait aussi dans l’espace psychique de la classe. Le « ça » de l’enseignant surgirait et la ferait souffrir. Cette explication pourrait nous donner quelques clés de compréhension pour l’enseignement-apprentissage de la formation.

Nous n’avons pas arrêté l’étude du cas d’Irène ici : nous avons essayé de penser ce surgissement du ça en classe avec le discours du maitre (Lacan) et plus largement avec les questions de pouvoir en nous appuyant sur des références différentes: Foucault, Butler, Benjamin et Hegel.

De prochains articles creuseront en ce sens l’énigme d’Irène.

Since a few years, we work with André Terrisse, researcher in educational sciences, also founder of the didactic clinic with Marie-France Carnus. André and we create a seminar. The aim of this seminar is to think more further concepts of psychoanalysis in educational sciences. In 2019, we worked on the concept of jouissance understood in the sense of Chemama and Vandermersch (1998) : « different relationships that a desiring and speaking subject can wait for and experience from the use of a desired object ». And we “met” Sally and Irene in this context.

Sally is a young girl who seems not to be able to read, although she is in CE2 (third year of French primary school) and has no other learning problem. How does her teacher Irene, manage this professional difficulty? We worked on this question helping us using the verbatim of a semi-structured interview conducted with Irene and various working documents from the teaching team constituting Sally’s monography.

At the beginning of the interview, when Irene is talking about her report to the test, she explains there is no problem. «ça va bien » [: it goes well]  « ça ça va »[: it’s ok] . She says : « vraiment gentille, toute calme, dans son coin, ne dit rien » [: very sweet, calm, in her corner, say nothing]. But after a time of silence like a kind of break, she adds:  « en fait ça lit toujours pas »[ : in fact it still does not read]. The  connector « en fait » means like an unveiling : behind the good functioning in class, there is  no learning from Sally, or no useful teaching from Irene.

« Ça lit toujours pas »[: it still doesn’t read] is repeated several times as if Sally has no existence as a subject. With the word « ça » Sally is like a thing, an object, no more like a subject.

What does « ça » mean?  In English we can translate this words as THAT (demonstrative pronoun) , IT (  not a human person), or ID. , the Freudian concept. The polysemic word has no equivalency in English and maybe the effort of translation helps us to understand what is happening. By this point we have to emphasize that the word game we notice in French is no sense in English. However, as we are working into French context, it seems to us relevant to notice that Irene uses the word “ça” to describe Sally.  For her, Sally is not only a young girl named by “elle” [:she], but also something more undefined at this point like : it. This can refer to Freud’s Id.

What is Id. ? To Laplanche and Pontalis, the Id. should be conceived as the great tank of libido “the psychic expression of the drives”. On the other hand, to Chemama and Vandermesch, it represents the arena in which life and death drives clash. Laplanche and Pontalis quote: “the dualism of the life drives and the death drives implies that they are organized in a dialectical opposition. The lack of organization of the Id. is therefore only relative and finds its meaning in the lack of the relations proper to the organization of the ego”.

Subjects’Id. is organized dialectically between life and death drives, even if they do not have the same ego organization. That is the level where the drives realization takes place. Thus, according to the types of subject-teacher ego organization, death drives could be mobilized and could impact subject-student.

“Common expressions such as “ça m’a pris d’un coup” [: it took me all of a sudden], “ça m’a fait souffrir”[:  it made me suffer], “ça bouge” [:“it moves], “ça tombe” [:  it falls], or the Lacan  famous “ça parle”[ : it speaks] join this approach of Freud. Reflecting on what is stated there, like that, Lacan comes to advance in his seminar on The Logic of the Phantasm that ça is what, in discourse as a logical structure [structure here grammatical], is all that is not  je [ : I] , that is to say all the rest of the structure” (Chemama & Vandermersch). The theory of the signifiers that Lacan leans on his Freudian reading gives indications of the presence in the discourse of this “psychic expression of the drives“ (Laplanche et Pontalis).

By observing the use of the word “ça”, Irene seems confused by pupils’ moving bodies. Maybe she would like more calm and order from them. Could we also understand it about herself, as a desire of calm and inner order of her own Id. ?

Maybe Irene’s difficulty is not only her failing learning of reading with Sally, may be also it is her death drive to death appearing on the psychic space of the classroom. Id.‘s teacher is perhaps appearing and making teachers suffering. This explanation could give us some keys for teaching-learning training.

We didn’t stop the study of Irene’s case there : we try to think about the appearing of the Id. with the discourse of the master (Lacan) and also the questions of power with different references : Foucault, Butler, Benjamin and Hegel.

Next articles are coming for digging the enigma of Irene.

Verbatim and authors quotation’s traductions in English are ours.

Chemama, R., & Vandermersch, B. (Éds.). (1998). Dictionnaire de la psychanalyse (3ème édition). Larousse, p. 47 -49; p. 204.

Laplanche, J., & Pontalis, J.-B. (2009). Vocabulaire de la psychanalyse (5. ed). Pr. Univ. de France, p. 57-58.

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (11/11/2020). "Le ça dans l’espace psychique de la classe. Cadiou et Mothes. 11 novembre 2020.".https://spsujet.hypotheses.org/99.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.