Instruments /Instrumentabilité, 7 juin 2021. Julien Cordelois.

Notre séminaire Résistance  réunit divers enseignants/chercheurs intéressées par cette thématique au travers de réunions à distance en raison de la situation sanitaire, mais aussi de l’étalement sur le territoire national des membres du groupe. Cette occasion de penser ensemble, sans se connaitre finement, reste un défi, et l’objet de ce texte.

Il a d’abord fallu discuter des règles et des usages dont nous nous doterions ; de la nécessaire bienveillance pour que chacun.e s’autorise à évoquer les liens établis, les hypothèses et les aspirations apportées.

Les premières décisions ont été pragmatiques, matérielles : réunions mensuelles en soirée, vigilance à l’équilibre des temps de parole, apport des idées et conceptions de chacun.e. Immanquablement des questions se sont posées. Il faudra y répondre en avançant avec le souci d’une parole libre.

En effet, comment construire une pensée collégiale à partir de paroles personnelles. Comment produire de la pensée à vocation scientifique à partir d’interprétations d’un ressenti intime ?

Lors de la première rencontre, après un temps d’échange autour des concepts mobilisés et de la relation à la question du Sujet, progressivement, l’intérêt pour questionner « ce(ux) qui résiste(nt) » a émergé.

Cette thématique de la résistance était présente dans les questionnements propres aux chercheuses à l’initiative du regroupement, et, a fait écho avec ce qui revenait en fil rouge des premiers échanges. Elle fut choisie en fin de première rencontre. C’est alors que fut prise la décision de revenir la prochaine fois avec le récit d’une expérience professionnelle marquante de résistance. Ce récit mis à disposition dans un espace partagé serait lu avant la rencontre. Nous pourrions les reprendre et questionner ce que nous entendons respectivement par « Résistance ».

Comment organiser ce plongeon dans une dynamique groupale singulière, par sa constitution, mais également pour quelles intentions, quelles réalisations ?

Lors de la seconde séance, le tâtonnement fut la règle. Un tâtonnement qui ne convoque pas tout le monde de manière similaire, et qui appelle une écoute des autres tout autant que de ses propres réactions.

Lors de la reprise des écrits, nous avons pu constater comme les approches, les points d’entrée théorique, les postures mais aussi les blessures narcissiques issues des expériences de résistances pouvaient confirmer une communauté de lien entre les personnes présentes.

L’attention s’est portée sur ce qui fait que nous pouvons rester passif dans une situation douloureuse, ou, au contraire, ce qui déclenche l’action, la résistance. Le rapport à l’institution, l’assujettissement ont nettement occupé les échanges, et au travers, la question du pouvoir, de la place des acteurs (voire de la lutte des places !).

La question des évènements qui font qu’on bascule dans la résistance nous a conduits à questionner la manière dont nous étions convoqués au plan psychique, c’est-à-dire, ce qui pouvait faire rappel à des évènements antérieurs, potentiellement traumatiques. Comment les mettre au pot commun ?

Nous avons alors dégagé le fait que chacun.e pouvait librement décider de jusqu’où il.elle souhaitait aller sur ce plan. Puis, en continuité, nous avons débouché sur l’intérêt éthique d’une diversité des entrées scientifiques quant à la manière d’aborder nos questionnements. L’idée étant que chacun.e pourrait ainsi apporter et faire vivre sa singularité, ses aspirations.

Après la reprise des écrits, il est apparu qu’il fallait définir où nous souhaitions aller, et ce que nous avions envie de faire des constatations et questionnements désormais en nos mains. Au travers de ce qui a été redondant, nous avons dégagé quatre champs thématiques pour prolonger les échanges et repérer, dans les récits d’expérience, les rapports identifiables à :

– Norme/ Pouvoir/ Rapport de force

– Amour/ amour propre/ Mort

– Point de bascule/ évènement

– Incarnation/ désincarnation du sujet: persistance du sujet

Cette projection dans la séance suivante portait alors davantage de questions que de solutions. L’invention se faisant au présent, le doute était permis. Sans doute, les manières respectives de composer avec le doute et les zones d’incertitudes de ce projet seront les défis à venir. Des défis convoquant à leur manière les thématiques initiales du Sujet, du rapport au pouvoir et au savoir.

Ce tâtonnement procède d’une quête de sens, d’une quête de liens, enrichissants la compréhension de ce qui nous constitue ; mais des liens noués, dénoués, réalisés ensemble parce qu’autorisés par le tissage à plusieurs de signifiants ou de perspectives.

Ce tâtonnement naissant nous conduit à aller approfondir, creuser ce que des auteurs ont pu proposer antérieurement, mais aussi à douter, à échanger pour gérer le déséquilibre et les sensations de vide laissés  par la recherche de la, ou des direction(s) que nous serons amenés à prendre. A sa manière, ce tâtonnement procure du plaisir par adaptation et exploration.

Au sens de Claude Lévi-Strauss, en ce mois de novembre 2020, sous couvert de Résistance(s), nous commençons à bricoler ! :

« Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâche diversifiées ; mais, à la différence de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outils, conçus et procurés à la mesure de son projet : son univers instrumental est clos, et la règle de son enjeu est de toujours s’arranger avec les « moyens du bord », c’est-à-dire un ensemble à chaque instant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemble n’est pas en rapport avec le projet du moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais est le résultat contingent de toutes les occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir le stock, ou de l’entretenir avec les résidus de constructions et de destructions antérieures.

L’ensemble des moyens du bricoleur n’est donc pas définissable par un projet (ce qui supposerait d’ailleurs, comme chez l’ingénieur, l’existence d’autant d’ensembles instrumentaux que de genres de projets, au moins en théorie); il se définit seulement par son instrumentalité, autrement dit et pour employer le langage même du bricoleur, parce que les éléments sont recueillis ou conservés en vertu du principe que « ça peut toujours servir ».

Claude Lévi-Strauss, C. (1960). La Pensée sauvage, p.27, Plon, Paris


Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (07/06/2021). "Instruments /Instrumentabilité, 7 juin 2021. Julien Cordelois.".https://spsujet.hypotheses.org/180.

Chemin de réflexion : chemin de rencontres. Mothes et Cadiou.14 janvier 2021.

Préparer une thèse, pour une enseignante en poste, c’est ouvrir de nouveaux espaces, de nouveaux possibles. C’est aussi faire des rencontres qui changent la vie. Parmi ces rencontres, pour nous il y a eu André Terrisse. Professeur émérite à l’université de Toulouse, il était déjà à la retraite lorsque nous l’avons rencontré. Pourtant il participait toujours activement aux discussions de l’équipe de recherche à laquelle nous étions rattachées, apportant à la fois son expérience, son savoir et son infinie bienveillance devant nos hésitations de débutantes. En 2017, l’une d’entre nous a proposé de créer un séminaire de doctorantes devenues ensuite docteures afin de continuer à creuser les concepts de psychanalyse avec l’expérience et la connaissance d’André.

 Les participations ont varié en fonction de nos charges de travail, mais la collaboration a continué et ces deux dernières années, nous avons mené un travail important sur la jouissance au travers du cas d’une enseignante en proie avec une élève qui ne lit pas. Mais nous avons également travaillé sur notre légitimité à nous engager dans la recherche. Au-delà des concepts qu’il nous a aidé à comprendre, André nous a permis de construire de la force intellectuelle, C’est cette force qui nous a fait réfléchir, au moment où nous avons réalisé que l’université ne nous reconnaitrait comme chercheures que si nous étions en poste, à construire notre propre chemin de recherche.

Pour nous, ce chemin a d’abord été une promenade à deux qui nous a conduites à explorer le concept de plus-de-jouir, à interroger le rapport de l’enseignant-e à la résistance de l’élève, puis à tenter de rendre compte de la position inédite des mineurs isolés.

Article après colloque, peu à peu la nécessité de travailler avec d’autres s’est imposée. Nous avions déjà ouvert notre réflexion à d’autres références que celles habituellement utilisées par l’équipe EDiC de Toulouse, à d’autres objets de recherche que les enseignant-e-s, le confinement a aidé à prendre la décision d’assumer une position de recherche au sens premier du terme.

C’est le moment de la création du carnet hypothèse. C’est aussi celui d’une proposition lancée comme une bouteille à la mer, non dans l’optique d’un appel au secours, mais dans celle d’une ouverture à l’inconnu, à l’imprévu, au possible : celle de la création d’un groupe de réflexion.

A ce stade, nos questions tournaient autour des concepts de savoir, de Sujet et de pouvoir, et de leur articulation, notamment dans le domaine de la scolarité. 5 personnes ont répondu à cet appel.

C’est ainsi qu’est née l’aventure G2SP.

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (14/01/2021). "Chemin de réflexion : chemin de rencontres. Mothes et Cadiou.14 janvier 2021.".https://spsujet.hypotheses.org/122.

« Chercher avec » les acteurs de la scolarisation migrants et formateurs : comment éviter la domination ?/ “Researching with” migrant and teachers in education: how to avoid domination? Cadiou et Mothes. 4 decembre 2020

La question de la scolarisation des migrants fait partie de nos centre d’intérêt en termes de recherche ( et pas seulement)  sans doute parce qu’elle pose de façon crue et violente les liens entre pouvoir, savoir et sujet singulier.

Comment les pouvoirs et les situations politiques créent des phénomènes de migration et donc transforment des sujets en migrants et des pays en lieu d’ « accueil » ? Comment les jeunes migrants accèdent au savoir, à la scolarisation dans cette vie : quelle place leur est donnée dans l’espace public par les pouvoirs politiques,  au travers des règlementations administratives, des institutions scolaires, mais aussi des espaces d’enseignement comme les associations ? Comment les migrants non accompagnés, sujets adolescents vivent-ils cette étape de métamorphose aux facettes multiples. Comment se construisent-ils ?

Observer, décrire et tenter de comprendre la scolarisation des migrants soulève des questions éthiques importantes. Il y a urgence à ce que la recherche travaille à cette question du fait que des vies sont en danger.

A Toulouse, des volontaires accueillent des migrants mineurs isolés depuis 2016. Ils leur dispensent logement, nourriture, aide juridique et scolarisation. Il s’agit pour la plupart de jeunes noirs ; masculins venant d’Afrique, notamment d’anciens pays colonisés.

Ces jeunes concentrent les oppressions : de sexe ( au-delà des facteurs économiques et sociaux, c’est leur condition de jeune homme qui les conduit sur le chemin de la migration), de race et de classe (peu d’entre eux ont eu accès à une scolarisation complète, et, en rance, ils sont dirigés vers des filières professionnelles peu valorisées). C’est en terme d’intersectionnalité (Crenshaw, 1989) et de « stigmate » (Goffman,1963) que doit être pensée l’analyse ;

Pour rappel l’intersectionnalité est un concept proposé et fondé par Kimberlé Williams Crenshaw dès 1989 pour désigner le cumul des inégalités auprès de certains individus. Le concept de stigmate revient à Erving Goffman qui désigne un attribut social dévalorisant ( corporel ou non) et défini comme tel par le regard d’autrui.

S’il est urgent de faire de la recherche sur ce terrain, nous n’allons pas en faire de façon « habituelle », c’est-à-dire nous chercheures blanches, donc diplômées observant de jeunes mineurs noirs peu scolarisées. Le surplomb scientifique se double également d’un contexte de décolonisation : de françaises de métropole, blanches, nous observons des jeunes issus des pays anciennement colonisés. Les formes intégrées et implicites du racisme peuvent nous guetter, sans compter qu’elles peuvent hanter potentiellement les acteurs de la scolarisation.

Comment nous chercheures pourrions-nous nous positionner de façon juste dans cette situation délicate de recherche ?

Nous avons essayé de répondre à cette question en nous orientant vers une recherche « avec ». Nous utilisons cette expression commode pour deux raisons. D’une part elle évacue le débat participative/collaborative pour plus modestement nous inscrire dans une visée de partage avec tous les acteurs de cette recherche. D’autre part elle nous rattache à son auteur ( Buznic-Bourgeacq, 2019) chercheur appartenant comme nous au groupe de didactique clinique.

Nous avons donc tenté d’élaborer une méthodologie de recherche visant à interroger des migrants mineurs isolés en scolarisation dans cette association, ainsi que des formateur.rice.s .

Nous avons mené des entretiens semi-dirigés d’orientation clinique de migrants mineurs isolés et de formateur-rices, . Puis nous avons construit des cas qui tentent de rendre compte de l’organisation psychique du sujet dans ce processus de scolarisation. Nous nous sommes demandé comment l’expérience de l’immigration impacte les acteurs-trices de cette scolarisation : MIE et formateur.rice.  À la suite de la construction de cas, nous sommes retournées vers les MIE et formateur.rice interviewés pour partager avec eux nos hypothèses, dans le but d’écrire ensemble nos conclusions de recherche.

Notre approche psychanalytique est aussi sociologique dans le sens de nombreux cliniciens : Freud le premier cherche à saisir comment au sein du sujet s’inscrivent les enjeux sociaux : Totem und Tabu,  , Le Malaise dans la culture…  Nous cherchons à saisir les « racines psychiques » d’éléments ou phénomènes institutionnels dans l’optique de Castoriadis. Nous nous sentons solidaires d’une approche sociologique clinique, également, comme la nomme Assoun, d’une anthropologie psychanalytique.

Rendez-vous dans un prochain billet pour rendre compte de la suite de cette recherche « avec ».

Migrants’ education is one of our research interests. Alas it is a case where This is a search field where links between power, knowledge, and singular subject can be alas studied in a violent way.

How do political powers and situations create phenomena of migration and therefore transform subjects into migrants and countries into “welcoming” places? How young migrants’ access to knowledge, education in this life: what place is given to them in the public space by political powers, through administrative regulations, educational institutions, but also educational spaces such as associations? How do unaccompanied migrants, adolescent subjects experience this stage of metamorphosis? How are they built?

Observing, describing, and trying to understand migrant’s education raises important ethical questions. Researching on this question is urgent as lives are in danger.

In Toulouse, volunteers have been welcoming unaccompanied minor migrants since 2016. They provide them with accommodation, food, legal aid, and schooling. Most of them are young black male from Africa, especially from former colonized countries.

These young people concentrate the oppressions: of sex (beyond economic and social factors, it is their condition of young man which leads them on migration), of race and class (few of them have had access to full schooling, and, in racist condition, they are directed to low-value professional fields). The analysis should be done in terms of intersectionality (Crenshaw, 1989) and “stigma” (Goffman, 1963).

As a reminder, intersectionality is a concept proposed and founded by Kimberle Williams Crenshaw in 1989 to designate the accumulation of inequalities among people. The concept of stigma belongs to Erving Goffman designating a demeaning social attribute (bodily or not) and defined as such by the others.

If there is an urgent need to do research in this area, we are not going to do it in the “usual” way, that is to say we are white researchers, therefore graduates observing young black minors with little education. The scientific overhang is also coupled with a decolonization context: French women from mainland France, white, we observe young people from formerly colonized countries. Integrated and implicit forms of racism can appear in us, also potentially in those involved in schooling: migrants and teachers. As researchers, how should we position ourselves fairly in this delicate research situation?

We tried to answer this question by orienting ourselves towards a research “with”. We use this convenient expression for two reasons. On the one hand, it eliminates the participatory / collaborative debate and more modestly subscribes to a goal of sharing with all those involved in this research. On the other hand, it links us to its author (Buznic-Bourgeacq, 2019), a researcher who, like us, belongs to the didactic clinic group.

We therefore tried to develop a research methodology aimed at interviewing unaccompanied minor migrants enrolled in this association, as well as trainers.

We conducted semi-structured clinical orientation interviews with unaccompanied minor migrants and trainers. Then we constructed cases which attempt to account for the psychic organization of the subject in this process of schooling. We asked ourselves how the experience of immigration impacts the actors of this schooling: UAM and trainer. Following the construction of cases, we returned to the UAMs and trainer interviewed to share our hypotheses with them, with the aim of writing together our research conclusions.

Our psychoanalytic approach is also sociological in the sense of many clinicians: Freud the first seeks to grasp how within the subject the social issues are inscribed: Totem and Taboo, Civilization, and Its Discontents … We seek to explain the “psychic roots” of institutional structures from Castoriadis’ perspective. We agree with a clinical sociological approach, also, with a psychoanalytic anthropology as Assoun calls it.

See you in a future post to report on the rest of this research “with”.

références

Buznic-Bourgeacq, P. (2019). « Le sujet dont il s’agit encore » Cheminement d’un chercheur en éducation vers une clinique du sujet didactique. UT2J. HDR non publiée.

Carignano, B. (2020). Entretien avec le professeur Paul-Laurent Assoun. L’anthropologie psychanalytique en Revista Psicoanálisis en la Universidad Nº4. Rosario, Argentina, UNR Editora. Pág 15-34

Castoriadis, Cornelius. (1975). L’institution imaginaire de la société (3. ed., rev.corr). Éd. du Seuil.

Castoriadis, Cornélius. (1999). Les racines psychiques et sociales de la haine. In Les carrefours du labyrinthe, tome 6 de Les Figures du pensable. https://collectiflieuxcommuns.fr/IMG/pdf_CC_haineF.pdf

Freud, S. (1989). Totem et tabou, interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs (S. Jankélévitch, Trad.). Payot.

Freud, S. (2010). Le malaise dans la culture (P. Cotet, R. Lainé, & J. Stute-Cadiot, Trad.). Presses universitaires de France.

Goffman E. ( 1963) Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, traduit de l’anglais par Alain Kihm, coll. « Le Sens commun », Éditions de Minuit :1975.

Our Mission. (2020). African American Policy Forum (AAPF). https://aapf.org/ourmission

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (04/12/2020). "« Chercher avec » les acteurs de la scolarisation migrants et formateurs : comment éviter la domination ?/ “Researching with” migrant and teachers in education: how to avoid domination? Cadiou et Mothes. 4 decembre 2020".https://spsujet.hypotheses.org/110.