De la figure du migrant dans les albums de jeunesse, Patricia Mothes, 2 novembre 2023

Lors de cette communication qui sera présentée à la Journée d’étude « L’ÉCOLE EN FRANCE ET LES ENFANTS DE L’IMMIGRATION : XIXème-DÉBUT XXIème SIÈCLES » de l’université d’Arras en novembre prochain, nous interrogeons la représentation des personnes migrantes dans les albums de jeunesse à destination des enfants de cycle 2 et 3. Nous nous demandons dans quelle mesure les albums de jeunesse à disposition des enseignants peuvent constituer un support de travail pertinent pour aborder la question de la migration dans des classes où se côtoient de plus en plus enfants natifs, enfants nés de parents migrants et enfants migrants.

Il s’agit ici de faire état de la phase exploratoire d’une recherche en cours, qui investigue la représentation de la migration dans les albums de jeunesse afin de tenter de déterminer quelle place ont ces albums dans la construction de l’imaginaire, et par-delà, quelle image sociale ces albums créent chez les jeunes enfants, appelés à devenir des adultes dans un monde interculturel. L’analyse documentaire s’appuie sur deux corpus qui se recoupent :  Le premier est constitué des albums jeunesse présents dans les listes de références de l’Education Nationale pour les cycles 2 et 3, et le deuxième comporte 80 albums à destination des 6-12 ans et accessibles dans les bibliothèques publiques de Toulouse, en réponse à la recherche « migration » ou « migrant ». Certains albums étant présents dans les deux corpus, l’analyse globale concerne une centaine de documents.

Chaque album fait l’objet dans un premier temps d’une analyse individuelle à l’aide d’une grille critériée (Joly, 2005 ; DeRoy-Ringuette et al., 2021) dont les items interrogent à la fois la forme de l’album, le discours textuel et visuel proposé, et les référents implicites. Dans un deuxième temps, le traitement des données s’effectue par croisement à l’aide d’une matrice catégorielle fondée sur les travaux de Thiery et Francis (2015) et vise à mettre en lumière les cohérences et divergences de discours. Le traitement s’appuie sur une approche intersectionnelle (Crenshaw, 2005) et interculturelle du discours.

Les premiers résultats présentés ici font le point sur les stéréotypes racisants véhiculés par les albums dans le discours porté sur la personne migrante. Qui est le migrant représenté / évoqué dans ces albums ? A quoi le « reconnait-on » ? En quoi ces « signes distinctifs » (typicité de l’habillement, accessoires,..) sont-ils vecteurs de stéréotypes et participent-ils à la construction d’imaginaires au mieux inadaptés et au pire racistes ? Telles sont les questions que nous traitons ici, et celles que nous soumettons à la réflexion enseignante. Une fois les stéréotypes repérés, caractérisés, que faire de ces albums ? Au-delà de l’autodafé qui n’est pas, à notre sens, une solution, nous essaierons de mettre au travail des pistes de réflexion autour de la construction d’un discours pour accompagner la lecture de ces albums auprès des enfants, et ainsi aller vers la construction d’une pensée critique du discours social.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search