Pourquoi une recherche en enseignement-apprentissage de l’olfaction ? Sandra Cadiou

En juin 2023, j’ai communiqué à deux reprises au sujet de l’olfaction[1]. Je m’intéresse à l’enseignement-apprentissage de l’olfaction comment on apprend à sentir et comment on enseigne ce savoir : comment on identifie les odeurs, comment on travaille avec elles… Ce domaine de l’enseignement apprentissage de l’olfaction n’est pas très documenté.

D’une part, il y a une dimension de secret qui est très importante du fait des enjeux économiques liés à l’industrie de la parfumerie. D’autre part, à la différence des autres sens, l’olfaction n’a pas une place aussi importante dans les enseignements apprentissage. Elle n’apparait pas dans les programmes sauf quelques traces dans les programmes de maternelle. Pourtant réfléchir à cet enseignement apprentissage est important.

L’olfaction est un de nos cinq sens, un sens qu’on dit parfois mineur, lié à l’instinct. Il est vrai que la perception des odeurs, proche de la mémoire et des émotions, a une dimension intime, parfois enfouie qui dépasse une forme de rationalité. Quoi qu’il en soit, c’est un élément constitutif de notre humanité et en tant que tel, un système perceptif à éduquer comme les autres systèmes perceptifs, ne serait-ce que parce qu’il nous prévient du danger de la nourriture avariée, du gaz dangereux…

Cet enseignement-apprentissage mérite d’être documenté parce qu’il concerne les gens qui travaillent autour de la question de la parfumerie , celle qui parfume les corps, les intérieurs, le produits d’entretien… La France possède une héritage et une culture de premier plan dans ce domaine.

Réfléchir à comment on enseigne et on apprend les odeurs, c’est aussi une façon de réfléchir à ce que c’est qu’un sujet sentant. Venant de la didactique du français –  du langage articulé – j’apprends quelque chose du domaine des odeurs parce qu’il participe d’un tout autre registre. Si on réfléchit avec la constitution du sujet lacanien, on souligne que le domaine de l’olfaction entretient des liens très forts avec le réel, les odeurs ont tendance à résister au langage. On salue ici le travail de  Jean-Noël Jaubert qui a créé un langage pour nommer ces odeurs avec « le Champ des Odeurs ».

Ce domaine de recherche encore aujourd’hui à la marge mérite d’être élargie et approfondi. Un intérêt personnel très fort me lie aux odeurs et c’est évidemment la source de motivation pour ce champ de recherche, c’est aussi ce qui motive la création du cours d’Art et Education en lien avec l’éveil olfactif et musical mis en place à l’UCO de Niort. Mais au-delà, les odeurs nous disent quelque chose de notre humanité et ce faisant, comment on transmet un savoir et on éduque nos enfants.


[1] Cadiou, S. (20 juin 2023). « Teaching at the times of the « sensual turn » : the case of Pierre Bénard » Colloque : HEAD’23. 19, 20, 21, 22 juin 2023, Universitat Politècnica de València de Valencia, Espagne. https://headconf.org/wp-content/uploads/pdfs/16021.pdf

Cadiou, S. (28 juin 2023). « Apprendre à l’école : continuité de soi et sujet lacanien » Colloque : 6eme colloque international de l’ARCD 27/30 juin 2023, les didactiques face à l’évolution des curriculums,  savoir(s) et pratiques pour entrer dans  la complexité du monde, Genève, Suisse. https://arcd2023.sciencesconf.org/file/952818

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search