École, en-corps/ par Patricia Mothes, 25 janvier 2023.

L’institution scolaire s’approprie et discipline le corps, dissocié de l’esprit et entendu comme un véhicule à garer sagement derrière un bureau 6h à 8h par jour. Pujade-Renaud (1983) montre combien le corps de l’élève est « éduqué à la norme scolaire », et que s’intéresser à la place du corps dans l’école, c’est questionner le bien-être et la réussite des élèves. C’est dans ce cadre que nous souhaitons positionner désormais nos travaux. Millet et Thin (2007) (parmi d’autres) ont montré que le corps est constitué comme lieu d’inscription de la déviance scolaire, de l’inadaptation, du trouble. Leurs travaux mettent en lumière la façon dont l’école, en tant qu’institution, domestique les corps, par l’organisation matérielle de la forme scolaire, mais aussi en instaurant un réseaux de symbolismes qui se constituent en objets d’apprentissages implicites tout au long de la scolarité. Ainsi, nous postulons avec les travaux anthropologiques que le corps, loin d’être une donnée naturelle est une construction, modelée par un contexte culturel qui lui confère une dimension symbolique. Pogam (2000) indique cependant que « le corps n’est pas seulement agi dans le processus éducatif, mais réactif, et qu’il exprime, par des ruses et des résistances, une distance à l’imposition de l’ordre. ». Alors, qu’en est-il de ces résistances, de ces ruses ?

Pour travailler ce point, il nous fallait penser un projet de recherche dans un contexte particulier d’enseignement, où la place du corps comme celle de la déviance scolaire seraient pensées explicitement par l’institution. C’est pourquoi notre prochain terrain de recherche se constituera autour de l’enseignement professionnel en hôtellerie-restauration : une filière en tension vers laquelle sont orientés nombre d’élèves en difficulté, où les taux de décrochage en cours de formation sont importants, et où la considération du corps est explicitement un objet de travail et d’apprentissage. Ici, les programmes comme les manuels sont très précis quant aux attentes de présentation corporelle, à l’habillement, au maquillage, à la coiffure, aux gestes professionnels. Comment les élèves vivent-ils cette forme de bio-pouvoir (Foucault, 1976) ? quels sont les effets sur les enseignants de l’injonction à cet apprentissage ? Comment ces apprentissages témoignent-ils à la fois du classisme de l’institution et d’un ancrage culturel dans une tradition culinaire qui peut sembler d’un autre âge ? Autant de questions que nous commençons à investiguer et qui feront l’objet de prochains posts.

The school institution appropriates and disciplines the body, dissociated from the mind and understood as a vehicle to be parked wisely behind a desk 6 to 8 hours a day. Pujade-Renaud (1983) shows how much the body of the pupil is “educated to the school norm” and that taking an interest in the place of the body in the school means questioning the well-being and success of pupils.  It is within this framework that we wish to position our work from now on. Millet and Thin (2007) (among others) have shown that the body is constituted as a place of inscription of school deviance, maladjustment, and disorder. Their work highlights the way school, as an institution, domesticates bodies, through the material organization of the school form, but also by establishing a network of symbolisms that are constituted as implicit learning objects throughout schooling. Thus, we postulate with anthropological works that the body, far from being a natural fact” is a construction, shaped by a cultural context that gives it a symbolic dimension. Pogam (2000) indicates however that “the body is not only acted in the educational process, but reactive, and that it expresses, by tricks and resistances, a distance to the imposition of the order”. So, what about these resistances, these tricks?
To work on this point, we had to think of a research project in a particular teaching context, where the place of the body as well as that of school deviance would be explicitly considered by the institution. This is why our next research field will be vocational education in the hotel and catering industry: a field of study with a high level of tension towards which many students with difficulties are directed, where the drop-out rate during training is high, and where the consideration of the body is explicitly an object of work and learning. Here, the programs and textbooks are very specific about expectations for body presentation, clothing, make-up, hairstyles, and professional gestures. How do the students experience this form of bio-power (Foucault, 1976)? What are the effects on the teachers of the injunction to this learning? How does this learning testify both to the classism of the institution and to a cultural anchoring in a culinary tradition that may seem to be from another age? These are questions that we are beginning to investigate and that will be the subject of future posts.

references:

Foucault, M. (1976) La Volonté de savoir. Gallimard

Millet,M. et Thin,D. (2007). École, jeunes de milieux populaires et groupes de pairs. La Découverte

Pogam Le, Y. (2005) Avant-propos. In Corps et éducation. Corps et culture. 5/2000. consulté le 23 / 01 / 23 à https://journals.openedition.org/corpsetculture/174

Pujade-Renaud, C. (1983). Le corps de l’élève dans la classe. L’Harmattan

Clinique du quotidien d’un chef d’établissement en lycée agricole privé : Le cas de Rabi/ The daily life of a head teacher in a private agricultural high school: the case of Rabi. Sandra Cadiou, 19 décembre 2022

Les 25, 26 et 27 octobre 2022  a eu lieu à Angers un colloque « Les dirigeants à l’épreuve du quotidien :  Le cas particulier des chefs d’établissement scolaire » organisé par l’université Catholique de l’Ouest.

Lors de cette manifestation j’ai proposé de réfléchir à partir du cas d’un chef d’établissement de l’enseignement agricole privé. C’est un milieu peu investigué qui a pourtant un grand intérêt. Cet  ancrage agricole est riche d’un héritage fort et particulier tant en termes de pédagogie que de culture  institutionnelle. On y rencontre souvent des équipes très soudées dans des établissement souvent petits et gardant une approche humaine très accompagnante.

J’ai voulu observer du point de vue clinique et au travers du cas de Rabi en quoi consistait ce quotidien.

Rabi est chef d’établissement en Occitanie dans un établissement d’un peu plus de cent élèves. 13 enseignants et  6 personnels non enseignants y travaillent. Au travers de l’entretien semi-dirigé avec Rabi, il apparait que sa tache de chef d’établissement demande un investissement très grand et apporte une charge de travail très importante.

Mais Rabi aime beaucoup cette fonction en enseignement agricole privé car elle lui offre une marge de liberté importante. Au détour de la mise en place d’un chien pédagogique il explique : « j’emmène mon chien ça va ça va se faire très vite… et  vous avez juste à regarder au niveau de l’assurance ce qu’on peut faire et puis voilà ça y est c’est parti le projet il est parti … tandis que de dans l’éducation nationale il aurait fallu que je fasse une demande …. au rectorat…. Pour savoir si on le droit de le faire » .

Parmi ses taches, il aborde son travail de management de l’équipe comme quelqu’un qui prend en considération les émotions de chacun, les digèrerait et ce faisant assurerait l’intégrité de l’équipe : « oui c’est difficile mais en fait il faut écouter tout le monde je crois c’est si on arrive à écouter tout le monde on est en voilà et prendre du recul » explique Rabi.

En même temps, il semble prendre des décisions pour l’équipe : « … et heu sur un petit truc comme ça en fait ben elles ont besoin de d’avoir une personne qui tranche qui qui et qui les mette qui qui et qui les protège et qui les mette pas mal vis-à-vis de leurs collègues ».

En cela son propos fait penser à la fonction alpha de Klein : la mère digère les éléments toxiques par sa capacité de rêverie et  transforme les éléments béta :  « « Le quasi-objet qu’est le sein est une construction au-dedans, le sein est un quasi-objet divisé, donc clivé en bon et mauvais. Ce clivage est au service du moi car il protège l’objet dont une partie au moins se trouve acceptée, la partie mauvaise exclue. Le clivage introduit aussi la limite entre le dedans et le dehors. »( Andjelkovic, 2002, paragraphe 29).

Et Rabi explique son rôle de maintien de l’intégrité de l’équipe : « ça on fait le ciment entre les équipes en fait …  voyez en fait moi je me vois plutôt là-dessus … à cimenter ».

Pour conclure, j’émets l’hypothèse que le moi professionnel du chef d’établissement Rabi s’organiserait comme le sein au sens de Klein. Il  transformerait la frustration en castration par la fonction alpha assimilant les traces psychiques toxiques des personnels qu’il dirige, en traces assimilables

On October 25, 26 and 27, 2022, a conference was held in Angers entitled “Leaders put to the test in their daily lives: the particular case of school principals” organized by the Université Catholique de l’Ouest.

During this event, I proposed to reflect on the case of a head teacher in private agricultural education. This is a little-investigated environment that is nevertheless of great interest. This agricultural environment is rich in a strong and particular heritage both in terms of pedagogy and institutional culture. One often encounters very close-knit teams in establishments that are often small and maintain a very supportive human approach.

I wanted to observe from a clinical point of view and through the case of Rabi what this daily routine consisted of.

Rabi is the head of a school in Occitania with just over 100 pupils. Thirteen teachers and six non-teaching staff work there. Through the semi-directed interview with Rabi, it appears that his task as head teacher requires a great deal of investment and brings a very heavy workload.

But Rabi really likes this job in private agricultural education because it gives him a lot of freedom. On the subject of setting up a teaching dog, he explains: “I’m taking my dog along it’s going to happen very quickly… and all you have to do is look at the insurance to see what can be done and then that’s it the project is off and running… whereas in the national education system, I would have had to make a request …. to the rectorat… to know if we have the right to do it”.

Amongst his tasks, he approaches his work as a team manager as someone who takes into consideration everyone’s emotions, digests them and in so doing ensures the integrity of the team: “yes it’s difficult but in fact you have to listen to everyone I think that’s if you manage to listen to everyone you’re in and take a step back” explains Rabi.

At the same time, he seems to make decisions for the team: “… and uh on a little thing like that in fact well they need to have a person who decides who and who puts them who and who protects them and who puts them in good standing with their colleagues”.

In this, her words are reminiscent of Klein’s alpha function: the mother digests the toxic elements through her capacity for reverie and transforms the beta elements: “The quasi-object that is the breast is a construction within, the breast is a divided quasi-object, thus cleaved into good and bad. This cleavage is at the service of the ego because it protects the object of which at least a part is accepted, the bad part excluded. ” (Andjelkovic, 2002, paragraph 29).

And Rabi explains his role in maintaining the integrity of the team: “we are the cement between the teams in fact … you see, in fact I see myself more as a cementing agent”.

To conclude, I put forward the hypothesis that the professional self of the head teacher Rabi is organised like the breast in Klein’s sense. He would transform frustration into castration through the alpha function assimilating the toxic psychic traces of the staff he directs into assimilable traces

Enseigner l’olfaction : lecture d’orientation clinique psychanalytique: le cas d’un expert des odeurs Pierre Bénard. Par Sandra Cadiou, 17 novembre 2022.

Teaching olfaction: a psychoanalytically oriented clinical reading. The case of an odor expert, Pierre Bénard. By Sandra Cadiou. English version below.

Introduction

Parfumeur-créateur, spécialiste en matières premières naturelles, scénographe olfactif, enseignant : l’activité et l’expertise de Pierre Bénard dans le domaine de l’olfaction est un champ très vaste. Elles se vivent sur le mode du partage, du goût pour l’autre, au travers des enjeux contemporains, féministes, écologiques, inclusifs, tout en construisant un savoir d’exception autour de l’olfaction. On pense à sa maitrise des essences de bois, le bois de santal par exemple, mais aussi de la création de techniques de diffusion, ou d’outils conceptuels comme sa classification olfactive « la systématique des odeurs » ou les cônes olfactifs remplaçant, par sa vision tridimensionnelle, la « pyramide olfactive » du marketing de la parfumerie.

C’est à son enseignement de l’olfaction que je vais m’intéresser ici. Le 14 octobre, j’ai pu échanger avec Pierre Bénard sur l’olfaction et son enseignement, deux domaines intimement liés chez lui. Notre article a pour objet d’en donner un aperçu et de proposer une compréhension de son enseignement de l’olfaction.

L’entretien a été semi-dirigé permettant à la fois de collecter un premier ensemble d’informations tout en laissant le locuteur suivre le fil de sa pensée. Les extraits sont donc des verbatims, proposant une parole, un discours oral avec sa syntaxe tordue par le fil du sujet, faisant surgir des chaines de signifiants. En ce sens, je m’appuie sur une parole tâtonnante et non un discours recomposé propre au journalisme. Notre but est double, à la fois de donner à voir un champ peu documentée : l’enseignement en olfaction, mais aussi de réfléchir à cet enseignement depuis les sciences de l’éducation dans une orientation clinique psychanalytique, au travers des concepts de conversion didactique, déjà-là sensoriel, mais aussi avec les triangles pédagogique ou revisité.

Avant tout, voici quelques mots sur son parcours.

Parcours

Pierre Bénard grandit dans le Sud-Ouest et souhaite entrer aux Beaux-Arts, mais son père préfère qu’il s’oriente vers des études scientifiques. Il suit une formation de biochimiste et c’est au détour d’un stage à l’Association Asquali qu’il s’immerge dans le monde de l’olfaction.

Michael Moisseeff et Jacqui Ledresseur ont créé en 1989 cette association à Montégut-Lauragais dans l’objectif de promouvoir la culture olfactive au travers de réalisations, expositions, animations et formations. Ce stage va être décisif dans le sens où la biochimie de la formation de Pierre Bénard rencontre l’olfaction dans sa dimension culturelle, créative et, ce faisant, aussi artistique.

Les « Sculpteurs d’Arômes » que sont Michael Moisseeff et Jacqui Ledresseur envisagent l’olfaction de manière nouvelle : « c’était les pionniers à voir les odeurs c’est plus le monde des odeurs d’une façon […] pas parfumistique du tout ». Il se situent donc dans une démarche de développement culturel, à travers le vecteur odeur, et de médiatisation olfactive.

Pierre Bénard reste finalement 6 ans dans l’association avec une riche expérience de l’olfaction, se forme par la suite à la parfumerie et entre dans l’industrie de ce secteur.  Il n’est donc pas issu de Grasse et du parcours traditionnel des familles grassoises liées à la culture ou l’industrie du parfum. Il porte aussi une volonté progressiste, privilégiant la transparence plutôt que le secret, et aussi sensible à tous les publics sans distinction.

Enseigner

Le volet enseignant de ses activités n’est pas accessoire, mais semble être constitutif de sa démarche en olfaction. Si certains parfumeurs n’aiment pas enseigner, il est essentiel pour lui de transmettre afin d’éveiller les vocations et « devenir à son tour mentor » comme les « Sculpteurs d’Arômes » l’ont été pour lui. Il cherche à « « amener en fait … instiller l’odeur » un peu partout. Cette démarche, héritée de sa formation à Asquali, est aussi peut-être propre à sa singularité.

Bien qu’il n’ait pas de formation en pédagogie ou éducation, il est très investi par sa fonction d’enseignant qu’il pratique à divers niveaux. Il frappe à la porte de l’Institut Supérieur International du Parfum, de la cosmétique et de l’Aromatique alimentaire (ISIPCA) pour proposer ses services. Il  intervient aussi à l’Ecole Supérieure du Parfum, à l’université de Montpellier, au Grasse Institute of Perfumery. Il enseigne dans  les écoles de la profession mais encore dans des écoles d’art, de design, de mode, de gastronomie, de communication, de marketing , d’ingénieurs… Son enseignement s’organise en présentiel comme en distanciel.

Outre ce volet professionnalisant, son activité enseignante se consacre à l’éveil et l’éducation olfactives. Il intervient ainsi auprès de la petite enfance : en crèche, mais aussi à la maternelle ou au collège. Il s’adresse également à des publics plus fragiles comme les classes Unité localisée pour l’inclusion scolaire ou bien les Mineurs Non Accompagnés par exemple.

Conversion didactique

La dimension sociale de son enseignement donne un éclairage plus net sur sa conversion didactique (Buznic-Bourgeacq, 2015) : des éléments de nature psychique colorent sa façon d’enseigner.

Il semble qu’enseigner pour lui serait un moment d’échange, d’affect grâce à l’odeur où quelqu’un se révèle, où quelque chose est transmis.  « Ca commence on commence à à parler et à échanger ça ça devient beaucoup plus c’est beaucoup plus beaucoup plus agréable finalement ce qui existe ce qui existe aussi dans dans les classes c’est-à-dire qu’on va sentir les classes ISIPCA on sentait et cetera donc du coup ça créé de l’échange». On note une accumulation du « ça » sous sa forme complète ou élidée. Ce pronom démonstratif qui présentifierait le « ça » freudien selon Lacan, relie l’odeur à une expression profondément intime au sein de l’espace psychique de la classe ( Cadiou, Mothes & Terrisse, 2021). Dans le discours du sujet-enseignant surgirait au travers du pronom ça, son propre ça, des traces de pulsion, de désir. Le ça énigmatique est ici générateur de parole : « ça commence […] à parler », de plaisir : « ça devient […] beaucoup plus agréable » et d’échange : «  ça crée de l’échange ». Ainsi s’organiserait l’espace psychique de sa classe ( Blanchard-Laville, 2001) structurant la façon d’appréhender les odeurs pour les sujets-apprenants.

A la question : est-ce que l’enseignement le rend heureux ? il répond «oui très heureux », « parce qu’on me le rend bien […] par la présence par […] des retours ».

La rencontre de l’enseignant Pierre Bénard avec l’apprenant. e qui sent est une rencontre de partage et d’affect heureux comme l’exemple de « cette petite fille autiste qui avec un simple arôme de fraise, s’est révélée. Un moment de ma vie qui restera gravé. Un réaction inattendue, une connexion créée grâce à cette odeur » : « Y a un truc qui a été transmis ».

Pour résumer nous dirions que sa conversion didactique marie affect, odeur, rencontre.

L’odeur, réelle, physique est un média pour entrer en contact avec l’autre tout autant qu’il est un objet de savoir. La transmission du savoir – l’odeur de fraise- se fait sur une relation source d’affect pour les deux acteurs, enseignant et apprenant.

Cette manière d’enseigner singulière s’originerait dans un « déjà-là » : une histoire intime et latente (Combis-Carnus, 2001). Pierre Bénard nous rappelle ses moments de toilette et de parfumage avec l’ « Acqua Lavanda » de Puigle dimanche avec sa grand-mère. Pierre Bénard en parle comme d’un  « moment de relationnel » qui « reste super gravé », autour « de cette eau de cologne », «  ça marque vraiment […] le côté cocooning ». Son déjà-là sensoriel olfactif (Alvarez, 2019 ; Cadiou, 2021) surgit dans l’échange et éclaire les bases de son rapport à l’olfaction : relation, bonheur, maternage.

Pierre Bénard fonde Osmoart dont il est directeur artistique : « Osmoart prend racine dans l’art et l’ « osmé », littéralement en grec « odeur » mais son nom s’inspire aussi de l’osmose, équilibre vivant qui s’établit ». Pierre Bénard explique : « il faut trouver un équilibre et l’osmose c’est l’eau […] qui va trouver l’équilibre entre deux […] milieux ». La valeur injonctive du syntagme « il faut » révèlerait sa position de sujet de l’inconscient et aussi sa posture de parfumeur et d’enseignant. L’odeur traverse, passe, instille, s’infiltre et l’homéostasie préserve les deux milieux, préserve aussi les deux acteurs de l’enseignement-apprentissage.

Les triangles pédagogique et clinique

Lire le geste d’enseignement de Pierre Bénard avec le triangle pédagogique de Houssaye (1988) est heuristique.

Pour rappel « Constituer une pédagogie, faire acte pédagogique, c’est, parmi le savoir, le professeur et les élèves, choisir à qui l’on attribue la place du mort. » (Alexandre, 2022, page 135) .

Triangle de Houssaye

Au regard de son discours, la posture de Pierre Bénard se situerait dans l’axe « former » reliant le professeur-élève et donnant au savoir la place du mort.

Cette posture interroge à double titre.

D’une part on pourrait se demander si la nature du savoir de l’olfaction est une raison explicative de cette posture. Le savoir lié à l’olfaction est un savoir difficile à verbaliser, résistant au langage. En tant que savoir impossible (Terrisse, 2008), il conduirait l’enseignant à privilégier l’axe « former ».

D’autre part on pourrait se demander si cette posture ne relève pas de la conversion didactique de Pierre Bénard, c’est-à-dire que partage-affect-odeur seraient intimement reliés chez lui, et ce tressage psychique serait enclin à mettre en place une dynamique transférentielle privilégiant la relation enseignant/apprenant.

Triangle de Terrisse

Le triangle de Terrisse (1994) remplace le savoir par l’épreuve, ce moment de rencontre entre savoir/enseignant/apprenant. Formulé initialement pour les activités sportives, il demeure extrêmement heuristique pour l’olfaction : un autre savoir qui passe par l’expérience corporelle. Pierre Bénard rappelle : « c’est en toi […] ça passe par la respiration […] il y a quelque chose de beaucoup plus physique finalement l’odeur […] va jouer sur ton corps et passe à travers la respiration ».

Pierre Bénard ajoute dans un après-coup : « l’olfaction est intimement liée à la respiration, au corps, à sa fonction vitale, sentit c’est survivre, sur-vivre. En ce terme, sentir c’est amener au-delà du vivre » : « ça t’amène à vivre autre chose ».


Teaching olfaction: a psychoanalytically oriented clinical reading. The case of an odor expert, Pierre Bénard. By Sandra Cadiou.

Introduction

Parfumer-creator, specialist in natural raw materials, olfactory scenographer, and teacher: Pierre Bénard’s activity and expertise in the field of olfaction constitute a very vast field. He works on the mode of sharing, of the taste of the other, through contemporary, feminist, ecological, and inclusive issues, while building exceptional knowledge around olfaction. One thinks of his mastery of wood essences, sandalwood for example, but also of the creation of diffusion techniques, or conceptual tools such as his olfactory classification “the systematics of odors” or the olfactory cones replacing, by his three-dimensional vision, the “olfactory pyramid” of perfume marketing.

It is his teaching of olfaction that I will focus on here. On October 14, I had the opportunity to talk with Pierre Bénard about olfaction and his teaching, two fields that are intimately linked. The purpose of our article is to give an overview and to propose an understanding of his teaching of olfaction.

The interview was semi-directed, allowing us to collect a first set of information while letting the speaker follow the thread of his thought. The extracts are therefore verbatims, proposing a speech, an oral discourse with its syntax twisted by the thread of the subject, making chains of signifiers emerge. In this sense, I rely on a groping speech and not a recomposed speech proper to journalism. Our goal is twofold, both to show a little-documented field: teaching in olfaction, but also to reflect on this teaching from the educational sciences in a psychoanalytical clinical orientation, through the concepts of didactic conversion, sensory already there, but also with the pedagogical or revisited triangles.

First of all, here are a few words about his background.

Background

Pierre Bénard grew up in the South-West of France and wanted to go to art school, but his father preferred him to study science. He trained as a biochemist and it was during an internship at the Association Asquali that he immersed himself in the world of olfaction.

Michael Moisseeff and Jacqui Ledresseur created this association in 1989 in Montégut-Lauragais with the objective of promoting the olfactory culture through realizations, exhibitions, animations and training. This internship will be decisive in the sense that the biochemistry of Pierre Bénard’s training meets olfaction in its cultural, creative and, in so doing, also artistic dimension.

Michael Moisseeff and Jacqui Ledresseur, the “Sculptors of Aromas”, consider olfaction in a new way: “they were the pioneers in seeing odors in a way […] that is not perfumista at all”. They are therefore in a process of cultural development, through the vector of smell, and olfactory mediatization.

Pierre Bénard finally stayed 6 years in the association with a rich experience of olfaction, and then trained in perfumery and entered the industry of this sector.  He does not come from Grasse and the traditional background of the Grasse families linked to the culture or the perfume industry. He also has a progressive will, favoring transparency over secrecy,

Teaching

The teaching aspect of his activities is not incidental, but seems to be a constituent part of his approach to olfaction. If some perfumers do not like to teach, it is essential for him to transmit in order to awaken vocations and “become in turn a mentor” as the “Sculptors of Aromas” were for him. He seeks to “bring in fact … instill the smell” everywhere. This approach, inherited from his training at Asquali, is also perhaps unique to him.

Although he has no training in pedagogy or education, he is very invested in his function as a teacher which he practices at various levels. He knocked on the door of the Institut Supérieur International du Parfum, de la Cosmétique et de l’Aromatique Alimentaire (ISIPCA) to offer his services. He also intervenes at the Ecole Supérieure du Parfum, at the University of Montpellier, at the Grasse Institute of Perfumery. He teaches in the schools of the profession, but also in schools of art, design, fashion, gastronomy, communication, marketing, and engineering… His teaching is organized face-to-face as well as in distance learning.

In addition to this professional aspect, his teaching activity is dedicated to olfactory awakening and education. He works with young children: in nurseries, but also in kindergartens and secondary schools. He also works with more fragile groups such as ULIS (localized classes for school inclusion) or unaccompanied minors for example.

Didactic conversion

The social dimension of her teaching sheds more light on her didactic conversion (Buznic-Bourgeacq, 2015): elements of a psychic nature color her teaching style.

It seems that teaching for him would be a moment of exchange, of affect thanks to the smell where someone reveals himself, where something is transmitted.  “It begins to speak we begin to to talk  and exchange  it it becomes much more it is much more pleasant finally what exists what also exists in the classes that is to say that one is going to smell the classes ISIPCA one smelled and so on so of blow that creates the exchange”. We note an accumulation of the “ça” in its complete or elided form in the French discourse. I translate here with “it” and “what” and the translation does not express the synonymy between it /what and the Id that exist in French and thus in Bénard’s discourse. This demonstrative pronoun, which according to Lacan would presentify the Freudian “ça”, links the smell to a deeply intimate expression within the psychic space of the class ( Cadiou, Mothes & Terrisse, 2021). In the discourse of the subject-teacher, through the pronoun ça/it or what, his ça/the Id., traces of drive, of desire, appear. The enigmatic Id. is here the generator of speech: “it begins […] to speak”, of pleasure: “it becomes […] much more pleasant” and of exchange: “that creates exchange”. Thus, the psychic space of his class would be organized (Blanchard-Laville, 2001) structuring the way of apprehending the odors for the subject learners.

To the question: does teaching make him happy? he answers “yes, very happy”, “because I am made happy […] by the presence of […] the feedback”.

The meeting of the teacher Pierre Bénard with the learner who smells is an encounter of sharing and happy affect as the example of “this little autistic girl who with a simple aroma of strawberry, revealed herself. A moment of my life that will remain engraved. An unexpected reaction, a connection created thanks to this smell”: “There is something that has been transmitted”.

To summarize we would say that its didactic conversion marries affect, smell, encounter.

The smell, real, physical, is a medium to get in touch with the other as much as it is an object of knowledge. The transmission of knowledge – the smell of strawberry – is based on a relationship that is a source of affection for both actors, teacher, and learner.

This singular way of teaching originates in an “already there”: an intimate and latent history (Combis-Carnus, 2001). Pierre Bénard reminds us of his moments of washing and perfuming with Puig’s “Acqua Lavanda” on Sundays with his grandmother. Pierre Bénard speaks of it as a “moment of relationship” that “remains super engraved”, around “this cologne”, “it really marks […] the cocooning side”. His olfactory sensory already there (Alvarez, 2019; Cadiou, 2021) emerges in the exchange and sheds light on the bases of his relationship to olfaction: relationship, happiness, and mothering.

Pierre Bénard founded Osmoart and is its artistic director: “Osmoart is rooted in art and “osmé”, literally in Greek “smell”, but its name is also inspired by osmosis, a living balance that is established”. Pierre Bénard comments: “a balance must be found and osmosis is the water […] that will find the balance between two […] environments”. The injunctive value of the syntagm “it is necessary” would reveal his position of the subject of the unconscious and also his position of perfumer and teacher. The smell crosses, passes, instills, infiltrates and homeostasis preserves the two environments, and also preserves the two actors of teaching-learning.

the pedagogical and clinical triangles

Reading Pierre Bénard’s teaching gesture with Houssaye’s pedagogical triangle (1988) is heuristic.

As a reminder, “To constitute a pedagogy, to perform a pedagogical act, is, among knowledge, the teacher and the students, to choose to whom one assigns the place of the dead.” (Alexander, 2022, page 135) .

Houssaye’s triangle

With regard to his discourse, Pierre Bénard’s posture would be situated in the axis “to form” linking the teacher-student and giving to knowledge the place of death.Cette posture interroge à double titre.

On the one hand, one might ask whether the nature of the knowledge of olfaction is an explanatory reason for this posture. Knowledge related to olfaction is difficult to verbalize and resists language. As impossible knowledge (Terrisse, 2008), it would lead the teacher to privilege the “form” axis.

On the other hand, one could wonder if this posture does not come from Pierre Bénard’s didactic conversion, i.e. that sharing-affect-odour would be intimately linked in him, and this psychic braiding would be inclined to set up a transferential dynamic privileging the teacher/learner relationship.

Terrisse’s triangle

Terrisse’s triangle (1994) replaces knowledge by the test, this moment of encounter between knowledge/teacher/learner. Initially formulated for sports activities, it remains extremely heuristic for olfaction: another knowledge that passes through the bodily experience. Pierre Bénard reminds us: “it’s in you […] it goes through your breathing […] there is something much more physical in the end, the smell […] is going to play on your body and goes through your breathing”.

Pierre Bénard adds in a deffered action: “olfaction is intimately linked to breathing, to the body, to its vital function, to smell is to survive, to overive. In this term, to smell is to bring beyond living”: “it brings you to live something else”.

Bibliographie

Alexandre, D. (2022). Anthologie des textes clés en pédagogie : Des idées pour enseigner. Esf Editeur.

Alvarez, D. (2019). Enseigner l’analyse sensorielle du vin, ressorts didactiques et déjà-là sensoriel de l’enseignant, études de cas en didactique clinique. [Thèse en sciences de l’éducation et de la formation., Université Toulouse Jean-Jaurès]. non publiée

Blanchard-Laville, C. (2001). Les enseignants entre plaisir et souffrance. Presses universitaires de France.

Buznic-Bourgeacq, P. (2015). La conversion didactique : De l’expérience personnelle du sujet à l’activité didactique de l’enseignant. Transformations, 13‑14. https://pulp.univ-lille1.fr/index.php/TF/article/view/196/144

Cadiou, S. (2021, février 19). Au coeur des aspects économique, esthétique et intime du parfum : Le cas d’un professionnel en vente de parfumerie de luxe. Le parfum, un matériau pour la création en design. Journée d’étude LARA-SEPPIA, Maison de la Recherche UT2J Toulouse. En ligne.

Cadiou, S., Mothes, P., & Terrisse, A. (2021). « Ça lit pas » : L’enseignant face à l’énigme de l’élève. Une étude de cas. Carrefours de l’éducation.

Combis-Carnus, M.-F. (2001). Analyse Didactique du Processus Décisionnel de l’Enseignant d’EPS en Gymnastique. Toulouse III Paul Sabatier.

Houssaye, J. (1988). Le triangle pédagogique (2ème). Peter Lang.

Terrisse, A. (1994). La question du savoir dans la didactique des activités physiques et sportives : essai de formalisation. (HDR non publiée). Toulouse : Université Paul Sabatier.

Terrisse, A. (2008). « Le sujet en didactique clinique de l’EPS: Conditions et conséquences pour la recherche », eJRIEPS [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 11 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ejrieps/5871 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ejrieps.5871

Que dit la presse web des jeunes non accompagnés ? Patricia Mothes, 29 septembre 2022

Cette question, qui fait l’objet d’un chapitre à paraitre, renvoie aux mécanismes de construction de la représentation sociale. Au départ de notre réflexion, une interrogation directement issue de notre expérience de terrain : qu’est-ce qui motive des bénévoles à s’engager spécifiquement auprès des MNA ? Nous avons supposé qu’une grande partie de leurs informations provenait du Web et sommes ainsi parties en recherche au gré des choix du navigateur sollicité à répondre aux mots-clés « MNA » et « mineurs isolés ». En résultats, près de 290 articles web publiés entre 2019 et 2020, dont nous avons analysé en détail le titre et l’illustration de haut de page. Ce qui ressort nous renseigne à la fois sur le discours porté sur ces jeunes, mais aussi sur les modes de construction de la parole médiatique.

D’une part, concernant les titres des articles, ceux-ci sont majoritairement relatifs à la lutte pour les droits des jeunes, aux demandes d’aide et à des témoignages d’intégration. Les images quant à elles, lorsqu’elles sont présentes, se composent majoritairement de jeunes vus de dos, individuellement (23%) ou collectivement (29%). 31 % des articles ne comportent aucune illustration, tandis que 18 % des illustrations ne comportent aucun jeune. Ainsi, tandis que les titres des articles semblent se focaliser sur un propos humanitaire et plutôt positif en ce qui concerne les exemples d’intégration, les illustrations tendent à présenter un profil plutôt inquiétant, de jeunes souvent présentés en groupes, dans des mises en scène menaçantes. A ce titre, la présentation récurrente de jeunes en capuche tend à renforcer l’effet « délinquance de banlieue » de la représentation.

L’analyse détaillée permet cependant de relever des éléments qui questionnent. Ainsi, plusieurs articles de propos fort différents sont illustrés de la même photographie de manifestation. Dans un autre exemple, la même photographie présentant des jeunes discutant sur une place publique est réutilisée dans un second article après un traitement de l’image assombrissant, accentuant ainsi encore un effet inquiétant déjà présent dans la première image, où les personnages avaient été floutés. Notons enfin quelques exemples où l’image utilisée ne présente aucun lien avec le contenu de l’article. 

En construisant des images stéréotypales des jeunes migrants, la presse web participe de l’invisibilisation d’une réalité sociale qui peut être pensée comme impensable : celle d’un pays européen dit « des droits de l’Homme » ostracisant des enfants .

A ce sujet, le récent traitement médiatique[i] de l’expulsion du collectif toulousain de MNA « Autonomie » du bâtiment où il vivait depuis plus d’un an est symptomatique : utilisation du mot « migrant » au lieu du vocabulaire de l’enfance et de la jeunesse, prégnance du mot « squat » alors que le bâtiment était mis à disposition par la mairie, etc. Autant de signes qui tendent à gommer de l’espace médiatique la réalité d’une société qui ne se supporte pas. 


[i] https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/expulsion-de-mineurs-isoles-en-cours-a-toulouse-le-long-de-la-rocade-1661497707

https://www.20minutes.fr/toulouse/3341883-20220826-toulouse-centaine-jeunes-etrangers-expulses-ancienne-maison-retraite

https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-a-la-rue-les-mineurs-isoles-esperent-une-solution-rapide-pour-etre-reloges_53432535.html
https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-un-ancien-ehpad-occupe-par-des-migrants-a-ete-evacue-sous-tension-par-la-police-vendredi_53376691.html
https://www.challenges.fr/societe/une-centaine-de-jeunes-etrangers-expulses-d-un-ancien-ehpad-a-toulouse_825601

Projection dans le bénévolat en scolarisation auprès de MNA. Sandra Cadiou, 30 juin 2022

Avant d’être reconnu mineur, le jeune Mineur non accompagné est comme un « mijeur ( Perrot, 2016, paragraphe 8) ni mineur ni majeur, ne possédant aucune des qualités ni des droits de l’un ou de l’autre. C’est alors que la place des associations d’accueil des MNA prend tout son poids . Certains proposent un hébergement, une aide juridique ou bien encore une scolarisation. Dans ce cadre le bénévolat prend une place importante.

Une histoire marquée par la migration semble être au départ de l’action de certains bénévoles .

Les parents de Blue sont immigrés espagnols. Jeune retraitée sans expérience de l’enseignement, elle choisit d’intervenir en scolarisation.

Blue se souvient de son enfance. Elle a vu le mur de sa maison fraichement repeinte, salie de bouses lancées par des inconnus. Elle se rappelle les visites des gendarmes chez elle. Malgré les efforts de sa famille « mon père, il avait une rigueur… voilà « on n’est pas du pays donc on ne fait pas de bêtises, on se tient correctement » »

Blue éprouve beaucoup d’empathie auprès des MNA : «   “Parce que toute cette souffrance, il faut bien qu’elle sorte, il faut bien … moi… enfin, c’est personnel, mais… moi je crois qu’il faut faire ça … pour les aider …pour qu’ils gardent pas cette souffrance à l’intérieur » .

Dans une visée compréhensive, nous avançons l’idée que le mécanisme de projection serait à l’œuvre dans leur investissement bénévole, porteur d’un après-coup. Une réorganisation psychique des traces mnésiques attribuerait à l’épisode de la migration dans l’histoire familiale un sens nouveau en prenant une place active et protectrice.

Cette hypothèse expliquerait un moteur puissant d’investissement dans le bénévolat et apporterait un éclairage aux formes de subjectivation offerte aux MNA dans ce cadre d’accueil.

Perrot, A. (2016). Devenir un enfant en danger, épreuves d’âge et de statut: Le cas « limite » des mineurs isolés étrangers en France. Agora débats/jeunesses, 74, 119-130. https://doi-org.gorgone.univ-toulouse.fr/10.3917/agora.074.0119

les MNA en tant que pragmata, UAM as pragmata, Sandra Cadiou, 26 mai 2022

Nous nous intéressons à la scolarisation des mineurs non accompagnés. Situés dans un entre deux (Sibony,2016 ; Thouroude, 2002) les MNA ne sont ni mineurs, ni majeurs, ni légaux, ni illégaux , les acteurs bénévoles, de leur scolarisation en association, ni salariés ou formés au FLE ou à l’enseignement, ni extérieurs à la question des MNA. Nos travaux ont investigué notamment la place de la migration dans leur histoire personnelle.

Et en creusant cette question, nous avons voulu comprendre comment les acteurs de leur scolarisation pouvaient se représenter les MNA. Nous avons travaillé sur la représentation des mineurs non accompagnés dans la presse web, presse dont nous postulons qu’elle est une façon de s’informer sur les MNA pour ces bénévoles. Et nous avons eu besoin de recourir à un chercheur en Infocom :  Joël Langonné, pour poursuivre nos travaux.

Nous voilà donc nous aussi dans un entredeux : entre nos cadre théoriques habituels de recherche en sciences de l’éducation, dans une orientation clinique et sociologie clinique, et une zone d’inconfort : celle de l’infocom, toute nouvelle pour nous. Pourquoi sortir de notre champ ? Parce que ce sont les MNA  sujets de nos recherches qui mènent notre travail, bien plus que le cadre de recherche. Et cela rend notre travail difficile, nous forçant à aller explorer des domaines dans lesquelles nous ne sommes pas compétentes.

Pour le dire autrement encore, parce que la pratique de notre recherche nous confronte à une réalité, nous conduit à ses interrogations, nous sommes tenues de nous adapter à ces nouvelles questions qui forment un pragmata autrement dit un objet en train de se faire :

« les pragmata imposent leur « agir intérieur », les attachements nous font autant que nous les faisons. Inversement, ils aident à leur propre mise en forme et à décider des contours de l’enquête, sur des modes chaque fois différents. Il n’y a pas de méthodo-logie : chaque objet réclame sa méthode. » ; (Hennion, 2015, paragraphe 19).

De nouvelles routes et de nouvelles chercheures en somme ?

[citer]

We are interested in the schooling of unaccompanied minors. Situated in an in-between situation (Sibony, 2016; Thouroude, 2002), UAMs are neither minors nor adults, neither legal nor illegal, the voluntary actors of their schooling in associations, neither salaried nor trained in FLE or teaching, nor in outside the UAM issue. Our work has investigated the place of migration in their personal history.

And by exploring this question, we wanted to understand how the actors involved in their schooling could represent the UAMs. We worked on the representation of unaccompanied minors in the web press, a press which we postulate is a way for these volunteers to get information on UAMs. And we needed the help of an Infocom researcher:  Joël Langonné, to continue our work.

So here we are, too, in an in-between situation: between our usual theoretical framework of research in education sciences, with a clinical and clinical sociology orientation, and an uncomfortable zone: that of Infocom, which is completely new to us. Why go outside our field? Because it is the UAMs who are the subjects of our research, and who drive our work, much more than the research framework. And this makes our work difficult, forcing us to explore areas in which we are not competent.

To put it another way, because the practice of our research confronts us with reality, and leads us to its interrogations, we are obliged to adapt to these new questions which form a pragmata, in other words, an object in the process of being made:

“The pragmata impose their “inner action”, the attachments make us as much as we make them. Inversely, they help to shape their form and to decide the contours of the investigation, in different ways each time. There is no methodo-logy: each object requires its method”; (Hennion, 2015, paragraph 19, trad . by us).

New roads and new researchers in short?

Références

Hennion, A., « Enquêter sur nos attachements. Comment hériter de William James ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals-openedition.org.gorgone.univ-toulouse.fr/sociologies/4953 ; DOI : https://doi-org.gorgone.univ-toulouse.fr/10.4000/sociologies.4953

Sibony, D. (2017). Entre-deux. L’origine en partage. Média Diffusion.

Thouroude, L. ( 2022) « Deuxième partie. L’entre-deux et la question de l’altérité en éducation », dans : , Prévenir les handicaps et les violences. La posture de l’entre-deux en éducation, sous la direction de THOUROUDE Laurence. Nîmes, Champ social, « Les besoins éducatifs et pédagogiques particuliers », 2022, p. 85-171. URL : https://www-cairn-info.gorgone.univ-toulouse.fr/–9791034607396-page-85.htm

Figure du MNA dans la presse Web/UAM figure in the press Web. Patricia Mothes, 24 avril 2022.

Nous avons participé au Colloque international « Images et migrants en Méditerranée : éducation, médias, médiation » , organisé à l’IUT de Troyes, en décembre 2021. Ce colloque s’inscrivait dans le programme de recherche « Images, discours et mobilités en Méditerranée » (IDeM2, 2020-2022) et est issu d’une coopération entre le Centre d’Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations (CÉREP, Université de Reims Champagne-Ardenne) et le laboratoire Langues, Littérature et Civilisation/Histoire en Afrique (LLC/HA, Université Mohamed Ben Ahmed – Oran 2).

Dans notre contribution, intitulée « De la confiscation comme construction identitaire : être mineur isolé en France et en Espagne » ( Mothes & Cadiou, 2021), nous abordions la question de la représentation des mineurs isolés dans la presse web française et espagnole. Ce travail faisait le point sur deux recueils de données effectués à un an d’intervalle, en 2019 et 2020.  A partir de l’analyse des titres et illustrations de près de 300 articles de la presse web portant sur les mineurs isolés, nous avons pu démontrer combien la figure du mineur isolé reste frappée d’invisibilisation. L’image présentée par la presse web en réponse à la recherche internet « mineur isolé » est stéréotypée. On y trouve un jeune homme généralement noir, vêtu de sweat à capuche, présenté avec tous les codes de la délinquance mis en scène notamment par les groupes de rap : floutage des visages, attitudes de dos et / ou menaçantes, mises en scène faisant référence à la prison… Les discours associés à ces images témoignent soit des dangers représentés par ces jeunes et de leur délinquance, soit de la difficulté de leur sort et de la nécessité de leur venir en aide. Ainsi, nulle parole n’aborde le mineur isolé comme un jeune, simplement adolescent, ni n’interroge la singularité des personnes concernées. Si la presse web occulte certaines réalités de la situation des MNA, est-ce par négligence ? Par choix délibéré de déshumanisation ? Nous investiguons ces questions dans un chapitre à paraitre sous la direction de Pascal Laborderie, et lors d’une prochaine intervention à Dijon.

We participated in the international colloquium “Images and migrants in the Mediterranean: education, media, mediation”, organized at the IUT of Troyes, in December 2021. This colloquium was part of the research program “Images, Discourses and Mobilities in the Mediterranean” (IDeM2, 2020-2022) and is the result of a cooperation between the Centre d’Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations (CÉREP, University of Reims Champagne-Ardenne) and the laboratory Langues, Littérature et Civilisation/Histoire en Afrique (LLC/HA, University Mohamed Ben Ahmed – Oran 2).
In our contribution, entitled “Confiscation as an identity construction: being an unaccompanied minor in France and Spain”( Mothes & Cadiou, 2021), we addressed the issue of the representation of unaccompanied minors in the French and Spanish web press. This work took stock of two data collections carried out one year apart, in 2019 and 2020.  Based on the analysis of the headlines and illustrations of nearly 300 articles on unaccompanied minors in the web press, we were able to demonstrate how the figure of the unaccompanied minor remains invisibilized. The image presented by the web press in response to the internet search “unaccompanied minor” is stereotypical. It shows a young man, generally black, wearing a hoodie, presented with all the codes of delinquency staged in particular by rap groups: blurred faces, backward and/or threatening attitudes, scenes referring to prison… The speeches associated with these images testify either to the dangers represented by these young people and their delinquency, or to the difficulty of their fate and the need to help them. Thus, no words address the isolated minor as a young person, simply an adolescent, nor do they question the singularity of the persons concerned. If the web press hides certain realities of the situation of unaccompanied minors, is it by negligence? Or is it a deliberate choice to dehumanize them? We investigate these questions in a chapter to be published under the direction of Pascal Laborderie, and during a forthcoming intervention in Dijon.

Comment avoir accès au ressenti des élèves durant la pandémie? Retour sur le colloque la société à l’ère du COVID. Sandra Cadiou, 31 mars 2022

Les 10 et 11 mars 2022 s’est tenu un colloque international interdisciplinaire à l’université de Tours intitulé : « La société à l’ère du covid-19 :  Causes, enjeux et conséquences d’une crise ». Sa visée a consisté à faire un bilan sociétal scientifique des deux années écoulées et évoquer les perspectives pour les années à venir. Dans ce cadre, Patricia Mothes et moi-même avons contribué à cette manifestation sous l’angle de l’éducation. Nous nous sommes demandé comment avoir accès aux effets de cette crise sanitaire sur les élèves, pour ensuite les repérer.

Nous avons donc interrogé les dispositifs de recherche permettant d’avoir accès au ressenti des élèves dans des périodes de crise et / ou avec des publics en difficulté. Nous nous sommes intéressées à la façon dont peuvent être pris en compte les discours des élèves et leurs ressentis, dans une démarche de « recherche avec » qui vise à valoriser la parole des personnes concernées.

Notre cadre de recherche

Nous nous sommes appuyées et avons observé deux types de recherches. L’une, conduite en 2020 (Cadiou & Mothes, 2020), porte sur le vécu de la pandémie et de la continuité pédagogique à partir d’entretiens avec des élèves dits « en difficulté » et qui se sont révélés bien meilleurs que prévu pendant le confinement. L’autre, en cours de publication et menée en 2021  (Mothes & Cadiou, 2022), est issue d’échanges écrits avec des collégiens et lycéens au sujet de la pandémie, dans les premiers temps de leur retour en classe .

Nous envisageons la question de l’expérience de la continuité pédagogique dans une dimension épistémologique en nous demandant comment rendre compte de la parole d’un élève. Nous utilisons une approche clinique (Terrisse & Carnus, 2009, 2013 ; De Gaulejac, 2008) qui envisage la parole comme parole de vérité, celle du sujet.

D’autre part la durée de la pandémie a modifié notre façon d’aborder la recherche en engageant davantage les sujets au travers d’une « recherche avec », en utilisant l’écriture collaborative d’un chapitre d’ouvrage à visée scientifique. L’écriture est ici une production de savoir, mais aussi une enquête introspective. En ce sens elle prend une tournure citoyenne d’émancipation par la recherche (Bednarz et al. 2021)

Cette étude se fonde sur une première recherche de construction de trois cas élaborés à partir d’entretiens semi-dirigés visant à rendre compte de l’expérience intime et singulière de deux lycéennes et un collégien durant la pandémie.

La deuxième recherche porte sur un dispositif de « recherche avec » outillé par une ingénierie de type correspondance scolaire. Proposition est faite aux jeunes de trois établissements scolaires de répondre par écrit à une première consigne portant sur leur vécu du confinement. Un échange entre les jeunes des divers établissements, assorti de questions supplémentaires de notre part s’ajoute au corpus.

Le corpus ainsi constitué est analysé selon la méthode flottante de Bardin, et les extraits signifiants sont regroupés en utilisant une matrice catégorielle afin de déterminer les axes principaux du fil des discours. Cette synthèse écrite fait l’objet des corrections des élèves.

Effets de la pandémie sur les élèves

Les résultats présentés ici sont de deux ordres.

D’une part, dans le champ de la recherche sur les effets de la crise sanitaire sur les apprentissages et le scolaire en général, nous proposons ici de penser le confinement et la continuité pédagogique du point de vue des élèves. Il s’agit ici spécifiquement de tenter de décrire et de comprendre les effets de cette mise à distance du scolaire sur l’engagement d’élèves dits « en difficulté » dans les apprentissages.

Nous repérons que certains élèves considérés comme en difficulté réussissent à la surprise de leurs enseignants et d’eux-mêmes. Ainsi Cléopâtre, Annette et Jules réalisent des travaux remarquables loin du cadre scolaire qui semblent avoir été un frein à leur réussite. Jules et Annette – sans les copains avec qui bavarder – se concentrent davantage en distanciel et Cléopâtre raconte comment les après-midis passés près de l’étang à pêcher ont été les moments où elle a le mieux travailler en français.

Les élèves collaborateurs de la recherche soulignent plusieurs points, à commencer par le masque qui a été une grande gêne et le rappel de l’inquiétude de ramener chez soi la maladie. La surcharge de travail est massivement soulignée, pendant que la relation pédagogique à distanciel fait voir des enseignants différemment, et parfois même se délite.  La socialisation est profondément bouleversée : les élèves ne voient plus leurs copains.

Les résultats de ce travail permettent de commencer à penser l’ « après » pédagogique du confinement, en dégageant des pistes vers une mutation éducative : repenser la transmission du sens du savoir scolaire, la place de l’élève dans le processus de scolarisation, et la structure organisationnelle du collège.

Epistémologie de nos méthodologies

D’autre part nous portons une interrogation épistémologique sur nos deux types de méthodologies et plus largement nous nous interrogerons sur la façon la plus juste de rendre compte de l’expérience des sujets, notamment quand il s’agit d’élèves. Comment accéder au ressenti des élèves sur la scolarisation durant la pandémie?

Nous utilisons la parole comme mode d’accès aux élèves. D’une part la parole délivre des informations, des émotions Mais cela va plus loin. Notre orientation clinique psychanalytique postule l’hypothèse freudienne de l’inconscient et d’un sujet de l’inconscient structuré par ses signifiants. Ce n’est plus la parole qui « renseigne sur », par exemple sur les ressentis. La parole renseigne, enseigne, elle est en soi. C’est en ce sens que nous parlons de primat du langage.

Concernant le travail collaboratif, la collecte des paroles plurielles offre une recherche exploratoire qui prend sa valeur scientifique en tant que telle: elle donne à entendre la parole des sujets-élèves, rend compte de leur fonctionnement, de leur positions… ce qui constitue un départ pour l’action enseignante, à savoir faire avec la réalité des élèves, dans leur hétérogénéité.

Pour conclure

La pandémie a eu des effets non négligeables sur les élèves et pour accéder à ces effets, c’est bien la parole des élèves qui nous semble le moyen privilégié. Cette parole est souvent oubliée au profit de celles des enseignants, des adultes, des chercheurs. Mais il y va de la fonction sociale de la recherche de rendre compte de la diversité des réalités, à compter celle de premiers concernés : les élèves. Ecouter cette parole nous donne des pistes vers une mutation éducative reconsidérant le sens et l’organisation de l‘école et aussi la place de l’élève.

Références

Bednarz, N., Rinaudo, J.-L., & Roditi, É. (2015). La recherche collaborative: Carrefours de l’éducation, n° 39(1), 171‑184. https://doi.org/10.3917/cdle.039.0171

Cadiou, S., & Mothes, P. (2020). Quand la continuité pédagogique conduit à la réussite : Étude de cas. Formation et profession, 28(4 hors-série), 1. https://doi.org/10.18162/fp.2020.678

Cadiou, S., & Mothes, P. (2022 à paraitre). « Être à l’école en temps de pandémie : Ce que les élèves en disent ». In Weiss & Ali : L’éducation aux marges en temps de pandémie : Précarités, inégalités et fractures numériques, Presses Universitaires de Provence.

Gaulejac, V. de (2008)  « La sociologie clinique entre psychanalyse et socioanalyse », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 avril 2008, consulté le 02 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/1713

Retour sur une recherche exploratoire en approche olfactive d’un vin et d’un parfum le 5 janvier 2022, à la maison des vins et du tourisme de Fronton. Sandra Cadiou, 17 février 2022.

Dans la préparation du colloque « Création-recherche en olfaction (acte 1) : Pratiques et métiers en mutations » à l’UT2J -Toulouse en 2022, Dominique Alvarez et moi-même avons organisé une première recherche exploratoire autour du dessin de l’approche olfactive d’un vin et d’un parfum , à la Maison des Vins et du Tourisme de Fronton, le 5 janvier 2022, avec l’accueil de Benjamin Piccoli, son directeur.

Nous avons réuni un panel varié de 6 personnes qui ont gouté et senti un vin puis dessiné ce qu’il leur suggérait et enfin qui ont verbalisé dans un entretien semi-directif ce dessin. Ils ont fait la même chose ensuite avec un parfum.

Nous souhaitons rendre compte de quelques premiers résultats issus de cette recherche exploratoire.

Premièrement, nous soulignons la présence du déjà-là sensoriel (Alvarez, 2019, Cadiou, 2021) dans la verbalisation du dessin pour rendre compte de l’odeur du parfum ou du gout du vin, autrement dit des éléments de nature personnelle et singulière apparaissent dans les verbalisations rendant compte des dessins. Ce résultat corrobore la littérature qui a largement montré combien la mémoire et les émotions sont présentes dans le domaine de la perception olfactive (Lledo, Carleton  & Vincent, 2002 ; Schaal,  Ferdenzi & Wathelet, 2013 ; Saive, 2015). Nous ajouterons que la partie expérientielle au sein de ce déjà-là est plus ou moins profonde selon la proximité du sujet dans son rapport au vin ou aux parfums. Par exemple, Pr Tournesol[1] a une expérience professionnelle assez récente, marquée par le vin et sa verbalisation de l’approche olfactive et gustative du vin est organisée par la méthodologie en cours dans la profession, ce qui semblerait inhiber la part expérientielle très ancienne de son déjà-là. Par contre lorsqu’il appréhende le parfum, le déjà-là expérientiel est plus profond, et c’est la narration d’un souvenir d’enfance – les huiles essentielles en inhalation de sa mère – qui organise sa verbalisation du dessin.

La représentation imagée ou verbale évoque l’objet olfactif – le vin ou le parfum- mais aussi le sujet qui sent et/ou goute. Ainsi DL Jelogi évoque le parfum en revenant sur la citronnelle largement présente dans son enfance et qu’elle apprécie peu. Sentir un parfum ou sentir/gouter un vin serait alors davantage une rencontre entre le sujet et l’objet, rencontre dans laquelle des éléments de nature psychique colorent l’expression verbale ou imagée. En ce sens cette expression sur l’objet relèverait du même processus que la conversion didactique (Buznic-Bourgeacq , 2015 ; Cadiou, 2019) qui se décèle dans l’enseignement lié à l’olfaction (Cadiou, 2021)

Par ailleurs nous soulignons que les modes d’expression verbale expriment l’objet senti/gouté dans une opposition géométrique rond ou angle. Ce qui est aimé est souvent relié à des formes rondes. Par exemple Liv, Papa Yankee et Yvresse parlent de formes rondes pour le parfum qu’ils ont aimé. Professeur Tournesol « pense [que] ce serait une spirale je sais pas pourquoi ( respire deux fois) parce que c’est ça fait surtout penser à une odeur de spirale un truc qui s’élève et ouais surtout ça pas un truc carré mais un truc plutôt rond assez agréable pas un truc avec des angles des arêtes » , alors que DL Jelogi n’a pas aimé ce parfum :  «  ah oui que j’aime vraiment pas » elle imite un haut-le-cœur et parle de formes triangles ou de piquants.

Enfin il semblerait qu’il y ait des logiques propres au verbal et au dessin, sans pont entre les modes d’expression. Par exemple Professeur Tournesol évoque dans le dessin le parfum en utilisant la couleur jaune, et dans la verbalisation de ce parfum, il le voit « bleu… ouais bleu clair j’pense … je sais pas pourquoi ». Les couleurs comme signifiants ou comme signifiés participent à des natures de représentations différentes et semble-t-il étanches.

Nous creuserons ces premiers résultats au cours de l’année.

Références

Alvarez, D. (2019). Enseigner l’analyse sensorielle du vin, ressorts didactiques et déjà-là sensoriel de l’enseignant, études de cas en didactique clinique. [Thèse en sciences de l’éducation et de la formation., Université Toulouse Jean-Jaurès]. non publiée

Buznic-Bourgeacq, P. (2015). La conversion didactique : De l’expérience personnelle du sujet à l’activité didactique de l’enseignant. Transformations, 13‑14. https://pulp.univ-lille1.fr/index.php/TF/article/view/196/144

Cadiou, S. (2018). Didactique clinique de l’écriture de fiction en lycée professionnel : Division du sujet et conversion didactique dans l’apprentissage. UT2J.

Cadiou, S. (2021, février 19). Au coeur des aspects économique, esthétique et intime du parfum : Le cas d’un professionnel en vente de parfumerie de luxe. Le parfum, un matériau pour la création en design. Journée d’étude LARA-SEPPIA, Maison de la Recherche UT2J Toulouse. En ligne.

Lledo, P. M., Carleton, A., & Vincent, J. D. (2002). Odeur et olfaction. Journal de la Société de Biologie196(1), 59-65.

Saive, A. L. (2015). Les odeurs, une passerelle vers les souvenirs: caractérisation des processus cognitifs et des fondements neuronaux de la mémoire épisodique olfactive (Doctoral dissertation, Université Claude Bernard-Lyon I).

Schaal, B., Ferdenzi, C., & Wathelet, O. (2013). Odeurs et émotions. Le nez a ses raisons. Dijon, Éd. universitaires de Dijon.


[1] Les noms utilisés dans ce compte rendu sont les pseudonymes choisis par les participants pour conserver l’anonymat de leur réponse dans le cadre de cette recherche.


“Chercher avec », ou comment être une chercheure qui relit Freire. Patricia Mothes.12 janvier 2021.

La pédagogie des opprimés. Une introduction aux pédagogies critiques expose le nœud du travail de Freire : l’idée (entre autres) que oppresseurs et opprimés participent d’une dynamique d’interdépendances dont la seule issue possible pour l’opprimé est la conscientisation. Dans ce processus, l’éducation joue pour Freire un rôle fondamental, si tant est qu’elle soit pensée pour accompagner un cheminement vers l’autonomie : « Prétendre libérer  [les opprimés] sans les faire réfléchir sur leur propre libération, c’est les transformer en objets que l’on doit sauver d’un incendie. C’est les faire tomber dans les pièges de la démagogie et les transformer en masse de manœuvre ». De ce constat nait chez Freire un exposé des motifs qui devraient guider les actes et choix de l’enseignant.

Nous postulons que ce travail peut être compris aussi dans une dynamique de recherche. Le travail conduit avec et sur les jeunes mineurs isolés, ou avec les jeunes collégiens et lycéens ( divers articles du carnet rendent compte de ces travaux), témoigne de ce que peut apporter à la recherche la parole des jeunes concernés. Mais qu’apporte la recherche à ces jeunes ?

Nous avons déjà abordé les questionnements qui se posaient à nous dans ce domaine. Quel sens y a-t-il à prétendre « travailler avec », si le bénéfice de la recherche ne revient qu’aux chercheures ? Le bénéfice retiré par les jeunes participant à la recherche en termes de reconnaissance ou de bénéfice secondaire est-il suffisant à postuler d’un échange équitable ?

La recherche est un chemin qui transforme le chercheur. Au fur et à mesure d’une carrière, les terrains que nous investiguons, les questions que nous creusons, les travaux que nous convoquons … sont autant de petites graines qui nous permettent de développer une pensée qui est nôtre. Ce sont autant de portes qui s’ouvrent sur notre chemin vers l’autonomie. Sans compter que la posture même de chercheure témoigne d’une position sociale privilégiée. Dans le jeu de la domination, nous, chercheures, sommes dans le camp des dominantes. Les jeunes « avec qui » nous travaillons, dans celui des dominés : ainsi est la position du jeune migrant, de celui qui est en « échec scolaire », et plus globalement, de l’élève dans notre système scolaire .

Si notre travail veut s’inscrire dans une pensée de l’intersectionnalité ( Boussahba, Delanoe, Bakshi & Crenshaw, 2021), il ne peut s’abstraire des apports de Freire et se doit de penser la recherche comme l’émancipation des personnes concernées. Il s’agit ici d’un changement de paradigme qui redonne du sens à l’expression « recherche avec » et réoriente le travail :  « Éducateurs et éduqués (leader et masse) orientés ensemble  vers la réalité, se rencontrent dans une tâche dans laquelle les deux sont sujets, agissant non seulement pour déchiffrer cette réalité et donc la connaitre avec un esprit critique, mais aussi pour la re-créer. […] Alors la présence des opprimés dans la lutte pour leur libération, plus qu’une pseudo-participation, devient ce qu’elle doit être : un engagement » ( Freire, 1968).

C’est en ce sens que nous souhaitons orienter notre projet autour du décrochage/accrochage scolaire.

Références: 

Boussahba, M.. Delanoe, E; Bakshi, S; Crenshaw, K. (2021). Qu’est-ce que l’intersectionnalité ? Payot.

Freire, P. (1968). La pédagogie des opprimés.Une introduction aux pédagogies critiques. Traduction Pereira éditions Agone : 2021.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search