Recherche collaborative avec les élèves sur le décrochage et l’accrochage scolaire./ Collaborative research with students about dropping out. Cadiou, S. 14 novembre 2021

L’an dernier, nous avons mené une écriture collaborative avec des élèves de trois établissements d’Occitanie au sujet de l’école durant la pandémie.

Ce travail a abouti à l’écriture d’un chapitre à paraitre qui présente la parole des acteurs premiers de l’école  : les élèves. Pourtant ils sont peu souvent entendus. Notre but n’est pas seulement de rendre lisible ou audible leur parole, mais aussi de la considérer comme donnée de recherche et production de connaissances scientifiques : dans sa parole, le sujet-élève dit son expérience et seule cette parole peut donner accès à ce que vit celui qui est en apprentissage.  L’exploration de ces discours contribue à la compréhension des phénomènes d’enseignement-apprentissage.

Nous réitérons l’expérience, mais cette fois-ci sur le phénomène du décrochage et de l’accrochage (certains parlent d’ancrochage) scolaire. Nous démarrons une recherche collaborative avec des élèves dans divers types d’établissements/associations et sommes désormais quatre chercheur.e.s : Nathalie Carminatti et Abdoulaye Faye, Patricia Mothes et moi-même.

Last year, we conducted a collaborative writing project with students from three schools in Occitania about school during the pandemic.

This work led to the writing of a chapter to be published. It presents the voice of main actors of the school:  pupils. But they are not often heard. Our aim is not only to make their speech readable or audible, but also to consider it as research data and production of scientific knowledge: in his speech, the student-subject expresses his experience and only this speech can give access to what the learner experiences.  The exploration of these discourses contributes to the understanding of teaching-learning phenomena.

This year we are repeating the experiment, but on a new purpose: the dropping out of school. We are starting a collaborative research with students in various types of schools/associations and are now four researchers: Nathalie Carminatti and Abdoulaye Faye, Patricia Mothes and myself.

Below is a video presenting the first phase of the work.

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (14/11/2021). "Recherche collaborative avec les élèves sur le décrochage et l’accrochage scolaire./ Collaborative research with students about dropping out. Cadiou, S. 14 novembre 2021".https://spsujet.hypotheses.org/198.

A l’école en temps de pandémie : paroles d’élèves. Partie 1: le projets en quelques mots. 19 mai 2021. Mothes et Cadiou

A l’école en temps de pandémie : paroles d’élèves.  « C’est surtout le masque et des livres  qui nous pèsent ». Partie 1 : le projet en quelques mots

On parle beaucoup de la pandémie. De ses effets sur la vie sociale, sur les familles. En sciences de l’éducation, on traite des effets de la continuité pédagogique, du développement des compétences numériques des enseignant-e-s, des inégalités scolaires qui se creusent,… On se demande peu comment vivent cette pandémie les principales/aux intéressé-e-s : les élèves.

Être un élève de collège ou de lycée en temps de pandémie, ce n’est pas une sinécure, tout le monde l’aura compris. Mais qu’en est-il quand, déjà l’école est facteur d’échec pour soi ?

Nous avons démarré un projet de recherche depuis novembre 2020 qui va s’achever en mai 2021, autour de la scolarisation en temps de pandémie : qu’est-ce que peuvent en dire les élèves ? Trois établissements ont répondu partants.

Dans ce projet, qui va donner lieu à la rédaction d’un chapitre d’ouvrage, nous laissons la parole à des élèves dits « en difficulté » de collèges et de lycée professionnels et agricoles. A la marge du système scolaire, ils.elles sont celles.ceux à qui on ne demande rien, que l’on n’entend que peu . Celles.ceux qui n’ont pas ou ne pourront pas choisir leur orientation, celles.ceux pour qui aller au collège ou au lycée est déjà une contrainte.

Dans ce « travail avec », nous leur proposons de s’exprimer librement autour de leur vécu de la pandémie. Chacun-e dans leur établissement, dans leur classe ou dans des groupes de volontaires, accompagnés par certains de leurs professeures de français et/ ou de documentation. Ces premiers textes, anonymisés, qui nous sont envoyés, nous les redistribuons entre les groupes ; Ainsi, par notre médiation, s’installe une forme de correspondance à thème entre ces élèves qui ne se connaissent pas. Chaque groupe est invité à s’exprimer librement sur les productions des autres. D’en dire quelques mots, d’en écrire quelques lignes, d’expliquer en quoi il/elle est d’accord ou pas avec ce qui est dit, ce que cela lui évoque, en quoi cela le/la fait-il réagir…

De ces deux productions de textes, nous tirons une synthèse, qui mixe notre analyse avec les propos des élèves que nous essayons de respecter le plus fidèlement possible. 

Cette synthèse sera communiquée aux élèves, qui auront la possibilité de l’amender, la corriger, la compléter librement. C’est cet écrit « collectif à distance » qui sera proposé à l’éditeur, et constituera l’essentiel du chapitre.

Évidemment, nous (en tant que collectif composé de deux chercheures et de jeunes concerné-e-s) écrivons sur la pandémie, mais nous écrivons aussi en temps de pandémie. Les échanges se font donc en virtuel, par vidéos interposées, par échanges de mail et en visio. Cette méthodologie fera aussi l’objet d’une analyse dans un prochain post.

En attendant, ci-joint les vidéos de lancement du projets envoyées aux élèves.

A suivre …

At school in times of pandemic: students’ words.  “It’s mainly  masks and books that weigh us down. Part 1: The project in a few words

Pandemic is the point. About its effects on social life, on families. Talking about educational sciences is talking about effects of pedagogical continuity, development of teachers’ digital skills, growing inequalities in education… No one really ask how pupils, which are the main people involved in this pandemic, are experiencing it.

Being a secondary school pupil during a pandemic is not that easy, as everyone will have understood. But what about when school is already a failure factor for oneself?

We started in November 2020 a research project which shall end in May 2021, on schooling in times of pandemic. This project gathering three establishments aim to hear about pupils’ opinions.

In this project, which will result in the writing of a book’ s chapter, we are giving the floor to so-called ‘problem’ students from vocational and agricultural secondary schools. On the margins of the school system, they are those who are not asked anything, who are not heard. Those who have not or will not be able to choose their orientation, those for whom going to secondary school is already a constraint.

In this “work with”, we propose that they express themselves freely about their experience of the pandemic. Each of them in their school, in their class or in groups of volunteers, accompanied by some of their French and/or documentation teachers, will write upon pandemic. We redistributed these first texts, anonymized, between the groups; thus, through our mediation, a form of thematic correspondence is established between these pupils who do not know each other. Each group is invited to express itself freely on the productions of the others. To say a few words, to write a few lines, to explain why he/she agrees or disagrees with what is said, what it evokes in him/her, how it makes him/her react…

From these two texts, we draw a synthesis, which mixes our analysis with what pupils say, which we try to respect as faithfully as possible. 

This synthesis will be communicated to pupils, who will have the possibility of amending it, correcting it, and completing it freely. It is this “collective remote” writing that will be proposed to the editor and will constitute the essential part of the chapter.

Obviously, we (as a collective made up of two researchers and young people concerned) are writing about the pandemic, but we are also writing during the pandemic. Exchanges are therefore virtual, through videos, emails, and videos. This methodology will also be analyzed in a future post.

In the meantime, here are the videos sent to the students to launch the project.

To be continued …

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (19/05/2021). "A l’école en temps de pandémie : paroles d’élèves. Partie 1: le projets en quelques mots. 19 mai 2021. Mothes et Cadiou".https://spsujet.hypotheses.org/142.