Figure du migrant et littérature jeunesse. Patricia Mothes

L’école française doit accueillir les enfants migrants au même titre que ceux nés en France. Ainsi, au quotidien, des classes de très jeunes enfants s’ouvrent-elles à des enfants venus d’ailleurs dans des conditions parfois extrêmement difficiles. Dans ce cadre, les enseignant-e-s ne peuvent plus détourner les yeux et passer sous silence ces situations singulières.

Mais parler de migration, c’est évoquer des sujets délicats (exil, violence…) à l’abord desquels les enseignant-e-s ne sont pas formé-e-s et pour le travail desquels ils ont besoin d’outils. Les albums de jeunesse constituent traditionnellement des supports de médiation sur les sujets sensibles.

Pourtant, une étude menée sur 86 albums de jeunesse 6-12 ans répondant à la recherche ” migrations” et ” migrants ” tend à montrer que nombre de ces albums véhiculent des stéréotypes et participent à construire une image du migrant stéréotypale, voire raciste. Pourtant il n’y a pas suffisamment d’albums sur cette thématique pour éliminer de nos bibliothèques les exemplaires problématiques, et, au-delà, il peut même y avoir un intérêt à travailler avec ces albums, dans le cadre d’un apprentissage de la pensée critique. Cela nécessite cependant que l’enseignant ou l’adulte qui conduit la réflexion ait à sa disposition un outil solide pour l’accompagner dans ce travail. Or, si les outils de repérage des stéréotypes de genre sont connus des enseignants, il n’en existe pas encore qui permette de repérer les stéréotypes racistes dans les albums de jeunesse.

C’est à ceci que nous travaillons actuellement. Du corpus qui fonde ce travail de recherche émergent quelques titres qui ont le mérite de traiter de la question de la migration de façon plus réaliste que d’autres .

Nous vous proposons aujourd’hui de lire ensemble Un Vent Meilleur, de A. Tariel et C. Taconet aux éditions Utopiques. L’éditeur présente ainsi l’ouvrage en quatrième de couverture : « Louise vit avec ses parents au bord de la mer dans le nord de la France. Elle aime passer du temps auprès de sa tante, une bricoleuse hors pair, et pratiquer son activité préférée : la chasse aux mouettes !
Un jour, sur la plage, elle fait la connaissance d’Asaf. Le jeune garçon vit avec sa famille, sous une tente de fortune, dans le bois près de chez elle. Ils ont fui leur pays en guerre… Bouleversée par cette rencontre, Louise va décider d’agir. Cette relation amicale permettra au jeune garçon et sa famille de réaliser leur rêve : rejoindre l’Angleterre. La solidarité d’une famille face au drame des migrants. »

Pourquoi celui-ci ? Parce que, contrairement à la majorité des albums de notre corpus, il ne présente pas les stéréotypes habituels de la figure du migrant. Ici, le jeune migrant n’est pas noir, comme dans 80 % des albums étudiés. Il n’est pas présenté en habits d’été ou en haillons comme c’est aussi le cas dans la majorité des albums consultés, et aucun élément extérieur ne le distingue de la petite fille qui est l’héroïne de l’album ou des autres personnages : il est habillé, comme tous, d’un ciré et de bottes (nous sommes en hiver en bord de mer), ne porte pas de bagages dans des situations incongrues comme nous avons pu le constater ailleurs. Il est un autre, certes, mais un autre qui pourrait être nous, et à aucun moment n’est présenté comme une victime à aider, même si un rapide passage en page 4 montre les tentes dans lesquelles habite sa famille et les bidons qui lui servent à conserver l’eau.

Ce point n’est pas anodin. Si, là aussi contrairement à beaucoup de ce que nous avons lu, le discours n’est pas angélique sur la situation des migrants et l’accueil qui leur est réservé en France, il n’est pas non plus misérabiliste, et le jeune garçon est à plusieurs reprises présenté souriant et dans des activités d’enfant. Enfin, la fin n’est pas un dénouement. Elle ne présente aucune morale, ce n’est pas un happy end, mais plutôt une suspension qui ouvre à toutes les hypothèses mais permet surtout de mettre l’accent sur le fait que le propre de la personne migrante, c’est aussi parfois de poursuivre son chemin sans regarder derrière, et de nous laisser, nous qui sommes ancrés, dans une absence qui porte les espoirs.

Un album à lire et à partager.


De la figure du migrant dans les albums de jeunesse, Patricia Mothes, 2 novembre 2023

Lors de cette communication qui sera présentée à la Journée d’étude « L’ÉCOLE EN FRANCE ET LES ENFANTS DE L’IMMIGRATION : XIXème-DÉBUT XXIème SIÈCLES » de l’université d’Arras en novembre prochain, nous interrogeons la représentation des personnes migrantes dans les albums de jeunesse à destination des enfants de cycle 2 et 3. Nous nous demandons dans quelle mesure les albums de jeunesse à disposition des enseignants peuvent constituer un support de travail pertinent pour aborder la question de la migration dans des classes où se côtoient de plus en plus enfants natifs, enfants nés de parents migrants et enfants migrants.

Il s’agit ici de faire état de la phase exploratoire d’une recherche en cours, qui investigue la représentation de la migration dans les albums de jeunesse afin de tenter de déterminer quelle place ont ces albums dans la construction de l’imaginaire, et par-delà, quelle image sociale ces albums créent chez les jeunes enfants, appelés à devenir des adultes dans un monde interculturel. L’analyse documentaire s’appuie sur deux corpus qui se recoupent :  Le premier est constitué des albums jeunesse présents dans les listes de références de l’Education Nationale pour les cycles 2 et 3, et le deuxième comporte 80 albums à destination des 6-12 ans et accessibles dans les bibliothèques publiques de Toulouse, en réponse à la recherche « migration » ou « migrant ». Certains albums étant présents dans les deux corpus, l’analyse globale concerne une centaine de documents.

Chaque album fait l’objet dans un premier temps d’une analyse individuelle à l’aide d’une grille critériée (Joly, 2005 ; DeRoy-Ringuette et al., 2021) dont les items interrogent à la fois la forme de l’album, le discours textuel et visuel proposé, et les référents implicites. Dans un deuxième temps, le traitement des données s’effectue par croisement à l’aide d’une matrice catégorielle fondée sur les travaux de Thiery et Francis (2015) et vise à mettre en lumière les cohérences et divergences de discours. Le traitement s’appuie sur une approche intersectionnelle (Crenshaw, 2005) et interculturelle du discours.

Les premiers résultats présentés ici font le point sur les stéréotypes racisants véhiculés par les albums dans le discours porté sur la personne migrante. Qui est le migrant représenté / évoqué dans ces albums ? A quoi le « reconnait-on » ? En quoi ces « signes distinctifs » (typicité de l’habillement, accessoires,..) sont-ils vecteurs de stéréotypes et participent-ils à la construction d’imaginaires au mieux inadaptés et au pire racistes ? Telles sont les questions que nous traitons ici, et celles que nous soumettons à la réflexion enseignante. Une fois les stéréotypes repérés, caractérisés, que faire de ces albums ? Au-delà de l’autodafé qui n’est pas, à notre sens, une solution, nous essaierons de mettre au travail des pistes de réflexion autour de la construction d’un discours pour accompagner la lecture de ces albums auprès des enfants, et ainsi aller vers la construction d’une pensée critique du discours social.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search