Comment avoir accès au ressenti des élèves durant la pandémie? Retour sur le colloque la société à l’ère du COVID. Sandra Cadiou, 31 mars 2022

Les 10 et 11 mars 2022 s’est tenu un colloque international interdisciplinaire à l’université de Tours intitulé : « La société à l’ère du covid-19 :  Causes, enjeux et conséquences d’une crise ». Sa visée a consisté à faire un bilan sociétal scientifique des deux années écoulées et évoquer les perspectives pour les années à venir. Dans ce cadre, Patricia Mothes et moi-même avons contribué à cette manifestation sous l’angle de l’éducation. Nous nous sommes demandé comment avoir accès aux effets de cette crise sanitaire sur les élèves, pour ensuite les repérer.

Nous avons donc interrogé les dispositifs de recherche permettant d’avoir accès au ressenti des élèves dans des périodes de crise et / ou avec des publics en difficulté. Nous nous sommes intéressées à la façon dont peuvent être pris en compte les discours des élèves et leurs ressentis, dans une démarche de « recherche avec » qui vise à valoriser la parole des personnes concernées.

Notre cadre de recherche

Nous nous sommes appuyées et avons observé deux types de recherches. L’une, conduite en 2020 (Cadiou & Mothes, 2020), porte sur le vécu de la pandémie et de la continuité pédagogique à partir d’entretiens avec des élèves dits « en difficulté » et qui se sont révélés bien meilleurs que prévu pendant le confinement. L’autre, en cours de publication et menée en 2021  (Mothes & Cadiou, 2022), est issue d’échanges écrits avec des collégiens et lycéens au sujet de la pandémie, dans les premiers temps de leur retour en classe .

Nous envisageons la question de l’expérience de la continuité pédagogique dans une dimension épistémologique en nous demandant comment rendre compte de la parole d’un élève. Nous utilisons une approche clinique (Terrisse & Carnus, 2009, 2013 ; De Gaulejac, 2008) qui envisage la parole comme parole de vérité, celle du sujet.

D’autre part la durée de la pandémie a modifié notre façon d’aborder la recherche en engageant davantage les sujets au travers d’une « recherche avec », en utilisant l’écriture collaborative d’un chapitre d’ouvrage à visée scientifique. L’écriture est ici une production de savoir, mais aussi une enquête introspective. En ce sens elle prend une tournure citoyenne d’émancipation par la recherche (Bednarz et al. 2021)

Cette étude se fonde sur une première recherche de construction de trois cas élaborés à partir d’entretiens semi-dirigés visant à rendre compte de l’expérience intime et singulière de deux lycéennes et un collégien durant la pandémie.

La deuxième recherche porte sur un dispositif de « recherche avec » outillé par une ingénierie de type correspondance scolaire. Proposition est faite aux jeunes de trois établissements scolaires de répondre par écrit à une première consigne portant sur leur vécu du confinement. Un échange entre les jeunes des divers établissements, assorti de questions supplémentaires de notre part s’ajoute au corpus.

Le corpus ainsi constitué est analysé selon la méthode flottante de Bardin, et les extraits signifiants sont regroupés en utilisant une matrice catégorielle afin de déterminer les axes principaux du fil des discours. Cette synthèse écrite fait l’objet des corrections des élèves.

Effets de la pandémie sur les élèves

Les résultats présentés ici sont de deux ordres.

D’une part, dans le champ de la recherche sur les effets de la crise sanitaire sur les apprentissages et le scolaire en général, nous proposons ici de penser le confinement et la continuité pédagogique du point de vue des élèves. Il s’agit ici spécifiquement de tenter de décrire et de comprendre les effets de cette mise à distance du scolaire sur l’engagement d’élèves dits « en difficulté » dans les apprentissages.

Nous repérons que certains élèves considérés comme en difficulté réussissent à la surprise de leurs enseignants et d’eux-mêmes. Ainsi Cléopâtre, Annette et Jules réalisent des travaux remarquables loin du cadre scolaire qui semblent avoir été un frein à leur réussite. Jules et Annette – sans les copains avec qui bavarder – se concentrent davantage en distanciel et Cléopâtre raconte comment les après-midis passés près de l’étang à pêcher ont été les moments où elle a le mieux travailler en français.

Les élèves collaborateurs de la recherche soulignent plusieurs points, à commencer par le masque qui a été une grande gêne et le rappel de l’inquiétude de ramener chez soi la maladie. La surcharge de travail est massivement soulignée, pendant que la relation pédagogique à distanciel fait voir des enseignants différemment, et parfois même se délite.  La socialisation est profondément bouleversée : les élèves ne voient plus leurs copains.

Les résultats de ce travail permettent de commencer à penser l’ « après » pédagogique du confinement, en dégageant des pistes vers une mutation éducative : repenser la transmission du sens du savoir scolaire, la place de l’élève dans le processus de scolarisation, et la structure organisationnelle du collège.

Epistémologie de nos méthodologies

D’autre part nous portons une interrogation épistémologique sur nos deux types de méthodologies et plus largement nous nous interrogerons sur la façon la plus juste de rendre compte de l’expérience des sujets, notamment quand il s’agit d’élèves. Comment accéder au ressenti des élèves sur la scolarisation durant la pandémie?

Nous utilisons la parole comme mode d’accès aux élèves. D’une part la parole délivre des informations, des émotions Mais cela va plus loin. Notre orientation clinique psychanalytique postule l’hypothèse freudienne de l’inconscient et d’un sujet de l’inconscient structuré par ses signifiants. Ce n’est plus la parole qui « renseigne sur », par exemple sur les ressentis. La parole renseigne, enseigne, elle est en soi. C’est en ce sens que nous parlons de primat du langage.

Concernant le travail collaboratif, la collecte des paroles plurielles offre une recherche exploratoire qui prend sa valeur scientifique en tant que telle: elle donne à entendre la parole des sujets-élèves, rend compte de leur fonctionnement, de leur positions… ce qui constitue un départ pour l’action enseignante, à savoir faire avec la réalité des élèves, dans leur hétérogénéité.

Pour conclure

La pandémie a eu des effets non négligeables sur les élèves et pour accéder à ces effets, c’est bien la parole des élèves qui nous semble le moyen privilégié. Cette parole est souvent oubliée au profit de celles des enseignants, des adultes, des chercheurs. Mais il y va de la fonction sociale de la recherche de rendre compte de la diversité des réalités, à compter celle de premiers concernés : les élèves. Ecouter cette parole nous donne des pistes vers une mutation éducative reconsidérant le sens et l’organisation de l‘école et aussi la place de l’élève.

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (31/03/2022). "Comment avoir accès au ressenti des élèves durant la pandémie? Retour sur le colloque la société à l’ère du COVID. Sandra Cadiou, 31 mars 2022".https://spsujet.hypotheses.org/221.

Références

Bednarz, N., Rinaudo, J.-L., & Roditi, É. (2015). La recherche collaborative: Carrefours de l’éducation, n° 39(1), 171‑184. https://doi.org/10.3917/cdle.039.0171

Cadiou, S., & Mothes, P. (2020). Quand la continuité pédagogique conduit à la réussite : Étude de cas. Formation et profession, 28(4 hors-série), 1. https://doi.org/10.18162/fp.2020.678

Cadiou, S., & Mothes, P. (2022 à paraitre). « Être à l’école en temps de pandémie : Ce que les élèves en disent ». In Weiss & Ali : L’éducation aux marges en temps de pandémie : Précarités, inégalités et fractures numériques, Presses Universitaires de Provence.

Gaulejac, V. de (2008)  « La sociologie clinique entre psychanalyse et socioanalyse », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 avril 2008, consulté le 02 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/1713

“Chercher avec », ou comment être une chercheure qui relit Freire. Patricia Mothes.12 janvier 2021.

La pédagogie des opprimés. Une introduction aux pédagogies critiques expose le nœud du travail de Freire : l’idée (entre autres) que oppresseurs et opprimés participent d’une dynamique d’interdépendances dont la seule issue possible pour l’opprimé est la conscientisation. Dans ce processus, l’éducation joue pour Freire un rôle fondamental, si tant est qu’elle soit pensée pour accompagner un cheminement vers l’autonomie : « Prétendre libérer  [les opprimés] sans les faire réfléchir sur leur propre libération, c’est les transformer en objets que l’on doit sauver d’un incendie. C’est les faire tomber dans les pièges de la démagogie et les transformer en masse de manœuvre ». De ce constat nait chez Freire un exposé des motifs qui devraient guider les actes et choix de l’enseignant.

Nous postulons que ce travail peut être compris aussi dans une dynamique de recherche. Le travail conduit avec et sur les jeunes mineurs isolés, ou avec les jeunes collégiens et lycéens ( divers articles du carnet rendent compte de ces travaux), témoigne de ce que peut apporter à la recherche la parole des jeunes concernés. Mais qu’apporte la recherche à ces jeunes ?

Nous avons déjà abordé les questionnements qui se posaient à nous dans ce domaine. Quel sens y a-t-il à prétendre « travailler avec », si le bénéfice de la recherche ne revient qu’aux chercheures ? Le bénéfice retiré par les jeunes participant à la recherche en termes de reconnaissance ou de bénéfice secondaire est-il suffisant à postuler d’un échange équitable ?

La recherche est un chemin qui transforme le chercheur. Au fur et à mesure d’une carrière, les terrains que nous investiguons, les questions que nous creusons, les travaux que nous convoquons … sont autant de petites graines qui nous permettent de développer une pensée qui est nôtre. Ce sont autant de portes qui s’ouvrent sur notre chemin vers l’autonomie. Sans compter que la posture même de chercheure témoigne d’une position sociale privilégiée. Dans le jeu de la domination, nous, chercheures, sommes dans le camp des dominantes. Les jeunes « avec qui » nous travaillons, dans celui des dominés : ainsi est la position du jeune migrant, de celui qui est en « échec scolaire », et plus globalement, de l’élève dans notre système scolaire .

Si notre travail veut s’inscrire dans une pensée de l’intersectionnalité ( Boussahba, Delanoe, Bakshi & Crenshaw, 2021), il ne peut s’abstraire des apports de Freire et se doit de penser la recherche comme l’émancipation des personnes concernées. Il s’agit ici d’un changement de paradigme qui redonne du sens à l’expression « recherche avec » et réoriente le travail :  « Éducateurs et éduqués (leader et masse) orientés ensemble  vers la réalité, se rencontrent dans une tâche dans laquelle les deux sont sujets, agissant non seulement pour déchiffrer cette réalité et donc la connaitre avec un esprit critique, mais aussi pour la re-créer. […] Alors la présence des opprimés dans la lutte pour leur libération, plus qu’une pseudo-participation, devient ce qu’elle doit être : un engagement » ( Freire, 1968).

C’est en ce sens que nous souhaitons orienter notre projet autour du décrochage/accrochage scolaire.

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (12/01/2022). "“Chercher avec », ou comment être une chercheure qui relit Freire. Patricia Mothes.12 janvier 2021.".https://spsujet.hypotheses.org/206.

Références: 

Boussahba, M.. Delanoe, E; Bakshi, S; Crenshaw, K. (2021). Qu’est-ce que l’intersectionnalité ? Payot.

Freire, P. (1968). La pédagogie des opprimés.Une introduction aux pédagogies critiques. Traduction Pereira éditions Agone : 2021.


A l’école en temps de pandémie : paroles d’élèves. Partie 1: le projets en quelques mots. 19 mai 2021. Mothes et Cadiou

A l’école en temps de pandémie : paroles d’élèves.  « C’est surtout le masque et des livres  qui nous pèsent ». Partie 1 : le projet en quelques mots

On parle beaucoup de la pandémie. De ses effets sur la vie sociale, sur les familles. En sciences de l’éducation, on traite des effets de la continuité pédagogique, du développement des compétences numériques des enseignant-e-s, des inégalités scolaires qui se creusent,… On se demande peu comment vivent cette pandémie les principales/aux intéressé-e-s : les élèves.

Être un élève de collège ou de lycée en temps de pandémie, ce n’est pas une sinécure, tout le monde l’aura compris. Mais qu’en est-il quand, déjà l’école est facteur d’échec pour soi ?

Nous avons démarré un projet de recherche depuis novembre 2020 qui va s’achever en mai 2021, autour de la scolarisation en temps de pandémie : qu’est-ce que peuvent en dire les élèves ? Trois établissements ont répondu partants.

Dans ce projet, qui va donner lieu à la rédaction d’un chapitre d’ouvrage, nous laissons la parole à des élèves dits « en difficulté » de collèges et de lycée professionnels et agricoles. A la marge du système scolaire, ils.elles sont celles.ceux à qui on ne demande rien, que l’on n’entend que peu . Celles.ceux qui n’ont pas ou ne pourront pas choisir leur orientation, celles.ceux pour qui aller au collège ou au lycée est déjà une contrainte.

Dans ce « travail avec », nous leur proposons de s’exprimer librement autour de leur vécu de la pandémie. Chacun-e dans leur établissement, dans leur classe ou dans des groupes de volontaires, accompagnés par certains de leurs professeures de français et/ ou de documentation. Ces premiers textes, anonymisés, qui nous sont envoyés, nous les redistribuons entre les groupes ; Ainsi, par notre médiation, s’installe une forme de correspondance à thème entre ces élèves qui ne se connaissent pas. Chaque groupe est invité à s’exprimer librement sur les productions des autres. D’en dire quelques mots, d’en écrire quelques lignes, d’expliquer en quoi il/elle est d’accord ou pas avec ce qui est dit, ce que cela lui évoque, en quoi cela le/la fait-il réagir…

De ces deux productions de textes, nous tirons une synthèse, qui mixe notre analyse avec les propos des élèves que nous essayons de respecter le plus fidèlement possible. 

Cette synthèse sera communiquée aux élèves, qui auront la possibilité de l’amender, la corriger, la compléter librement. C’est cet écrit « collectif à distance » qui sera proposé à l’éditeur, et constituera l’essentiel du chapitre.

Évidemment, nous (en tant que collectif composé de deux chercheures et de jeunes concerné-e-s) écrivons sur la pandémie, mais nous écrivons aussi en temps de pandémie. Les échanges se font donc en virtuel, par vidéos interposées, par échanges de mail et en visio. Cette méthodologie fera aussi l’objet d’une analyse dans un prochain post.

En attendant, ci-joint les vidéos de lancement du projets envoyées aux élèves.

A suivre …

At school in times of pandemic: students’ words.  “It’s mainly  masks and books that weigh us down. Part 1: The project in a few words

Pandemic is the point. About its effects on social life, on families. Talking about educational sciences is talking about effects of pedagogical continuity, development of teachers’ digital skills, growing inequalities in education… No one really ask how pupils, which are the main people involved in this pandemic, are experiencing it.

Being a secondary school pupil during a pandemic is not that easy, as everyone will have understood. But what about when school is already a failure factor for oneself?

We started in November 2020 a research project which shall end in May 2021, on schooling in times of pandemic. This project gathering three establishments aim to hear about pupils’ opinions.

In this project, which will result in the writing of a book’ s chapter, we are giving the floor to so-called ‘problem’ students from vocational and agricultural secondary schools. On the margins of the school system, they are those who are not asked anything, who are not heard. Those who have not or will not be able to choose their orientation, those for whom going to secondary school is already a constraint.

In this “work with”, we propose that they express themselves freely about their experience of the pandemic. Each of them in their school, in their class or in groups of volunteers, accompanied by some of their French and/or documentation teachers, will write upon pandemic. We redistributed these first texts, anonymized, between the groups; thus, through our mediation, a form of thematic correspondence is established between these pupils who do not know each other. Each group is invited to express itself freely on the productions of the others. To say a few words, to write a few lines, to explain why he/she agrees or disagrees with what is said, what it evokes in him/her, how it makes him/her react…

From these two texts, we draw a synthesis, which mixes our analysis with what pupils say, which we try to respect as faithfully as possible. 

This synthesis will be communicated to pupils, who will have the possibility of amending it, correcting it, and completing it freely. It is this “collective remote” writing that will be proposed to the editor and will constitute the essential part of the chapter.

Obviously, we (as a collective made up of two researchers and young people concerned) are writing about the pandemic, but we are also writing during the pandemic. Exchanges are therefore virtual, through videos, emails, and videos. This methodology will also be analyzed in a future post.

In the meantime, here are the videos sent to the students to launch the project.

To be continued …

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (19/05/2021). "A l’école en temps de pandémie : paroles d’élèves. Partie 1: le projets en quelques mots. 19 mai 2021. Mothes et Cadiou".https://spsujet.hypotheses.org/142.

« Chercher avec » les acteurs de la scolarisation migrants et formateurs : comment éviter la domination ?/ “Researching with” migrant and teachers in education: how to avoid domination? Cadiou et Mothes. 4 decembre 2020

La question de la scolarisation des migrants fait partie de nos centre d’intérêt en termes de recherche ( et pas seulement)  sans doute parce qu’elle pose de façon crue et violente les liens entre pouvoir, savoir et sujet singulier.

Comment les pouvoirs et les situations politiques créent des phénomènes de migration et donc transforment des sujets en migrants et des pays en lieu d’ « accueil » ? Comment les jeunes migrants accèdent au savoir, à la scolarisation dans cette vie : quelle place leur est donnée dans l’espace public par les pouvoirs politiques,  au travers des règlementations administratives, des institutions scolaires, mais aussi des espaces d’enseignement comme les associations ? Comment les migrants non accompagnés, sujets adolescents vivent-ils cette étape de métamorphose aux facettes multiples. Comment se construisent-ils ?

Observer, décrire et tenter de comprendre la scolarisation des migrants soulève des questions éthiques importantes. Il y a urgence à ce que la recherche travaille à cette question du fait que des vies sont en danger.

A Toulouse, des volontaires accueillent des migrants mineurs isolés depuis 2016. Ils leur dispensent logement, nourriture, aide juridique et scolarisation. Il s’agit pour la plupart de jeunes noirs ; masculins venant d’Afrique, notamment d’anciens pays colonisés.

Ces jeunes concentrent les oppressions : de sexe ( au-delà des facteurs économiques et sociaux, c’est leur condition de jeune homme qui les conduit sur le chemin de la migration), de race et de classe (peu d’entre eux ont eu accès à une scolarisation complète, et, en rance, ils sont dirigés vers des filières professionnelles peu valorisées). C’est en terme d’intersectionnalité (Crenshaw, 1989) et de « stigmate » (Goffman,1963) que doit être pensée l’analyse ;

Pour rappel l’intersectionnalité est un concept proposé et fondé par Kimberlé Williams Crenshaw dès 1989 pour désigner le cumul des inégalités auprès de certains individus. Le concept de stigmate revient à Erving Goffman qui désigne un attribut social dévalorisant ( corporel ou non) et défini comme tel par le regard d’autrui.

S’il est urgent de faire de la recherche sur ce terrain, nous n’allons pas en faire de façon « habituelle », c’est-à-dire nous chercheures blanches, donc diplômées observant de jeunes mineurs noirs peu scolarisées. Le surplomb scientifique se double également d’un contexte de décolonisation : de françaises de métropole, blanches, nous observons des jeunes issus des pays anciennement colonisés. Les formes intégrées et implicites du racisme peuvent nous guetter, sans compter qu’elles peuvent hanter potentiellement les acteurs de la scolarisation.

Comment nous chercheures pourrions-nous nous positionner de façon juste dans cette situation délicate de recherche ?

Nous avons essayé de répondre à cette question en nous orientant vers une recherche « avec ». Nous utilisons cette expression commode pour deux raisons. D’une part elle évacue le débat participative/collaborative pour plus modestement nous inscrire dans une visée de partage avec tous les acteurs de cette recherche. D’autre part elle nous rattache à son auteur ( Buznic-Bourgeacq, 2019) chercheur appartenant comme nous au groupe de didactique clinique.

Nous avons donc tenté d’élaborer une méthodologie de recherche visant à interroger des migrants mineurs isolés en scolarisation dans cette association, ainsi que des formateur.rice.s .

Nous avons mené des entretiens semi-dirigés d’orientation clinique de migrants mineurs isolés et de formateur-rices, . Puis nous avons construit des cas qui tentent de rendre compte de l’organisation psychique du sujet dans ce processus de scolarisation. Nous nous sommes demandé comment l’expérience de l’immigration impacte les acteurs-trices de cette scolarisation : MIE et formateur.rice.  À la suite de la construction de cas, nous sommes retournées vers les MIE et formateur.rice interviewés pour partager avec eux nos hypothèses, dans le but d’écrire ensemble nos conclusions de recherche.

Notre approche psychanalytique est aussi sociologique dans le sens de nombreux cliniciens : Freud le premier cherche à saisir comment au sein du sujet s’inscrivent les enjeux sociaux : Totem und Tabu,  , Le Malaise dans la culture…  Nous cherchons à saisir les « racines psychiques » d’éléments ou phénomènes institutionnels dans l’optique de Castoriadis. Nous nous sentons solidaires d’une approche sociologique clinique, également, comme la nomme Assoun, d’une anthropologie psychanalytique.

Rendez-vous dans un prochain billet pour rendre compte de la suite de cette recherche « avec ».

Migrants’ education is one of our research interests. Alas it is a case where This is a search field where links between power, knowledge, and singular subject can be alas studied in a violent way.

How do political powers and situations create phenomena of migration and therefore transform subjects into migrants and countries into “welcoming” places? How young migrants’ access to knowledge, education in this life: what place is given to them in the public space by political powers, through administrative regulations, educational institutions, but also educational spaces such as associations? How do unaccompanied migrants, adolescent subjects experience this stage of metamorphosis? How are they built?

Observing, describing, and trying to understand migrant’s education raises important ethical questions. Researching on this question is urgent as lives are in danger.

In Toulouse, volunteers have been welcoming unaccompanied minor migrants since 2016. They provide them with accommodation, food, legal aid, and schooling. Most of them are young black male from Africa, especially from former colonized countries.

These young people concentrate the oppressions: of sex (beyond economic and social factors, it is their condition of young man which leads them on migration), of race and class (few of them have had access to full schooling, and, in racist condition, they are directed to low-value professional fields). The analysis should be done in terms of intersectionality (Crenshaw, 1989) and “stigma” (Goffman, 1963).

As a reminder, intersectionality is a concept proposed and founded by Kimberle Williams Crenshaw in 1989 to designate the accumulation of inequalities among people. The concept of stigma belongs to Erving Goffman designating a demeaning social attribute (bodily or not) and defined as such by the others.

If there is an urgent need to do research in this area, we are not going to do it in the “usual” way, that is to say we are white researchers, therefore graduates observing young black minors with little education. The scientific overhang is also coupled with a decolonization context: French women from mainland France, white, we observe young people from formerly colonized countries. Integrated and implicit forms of racism can appear in us, also potentially in those involved in schooling: migrants and teachers. As researchers, how should we position ourselves fairly in this delicate research situation?

We tried to answer this question by orienting ourselves towards a research “with”. We use this convenient expression for two reasons. On the one hand, it eliminates the participatory / collaborative debate and more modestly subscribes to a goal of sharing with all those involved in this research. On the other hand, it links us to its author (Buznic-Bourgeacq, 2019), a researcher who, like us, belongs to the didactic clinic group.

We therefore tried to develop a research methodology aimed at interviewing unaccompanied minor migrants enrolled in this association, as well as trainers.

We conducted semi-structured clinical orientation interviews with unaccompanied minor migrants and trainers. Then we constructed cases which attempt to account for the psychic organization of the subject in this process of schooling. We asked ourselves how the experience of immigration impacts the actors of this schooling: UAM and trainer. Following the construction of cases, we returned to the UAMs and trainer interviewed to share our hypotheses with them, with the aim of writing together our research conclusions.

Our psychoanalytic approach is also sociological in the sense of many clinicians: Freud the first seeks to grasp how within the subject the social issues are inscribed: Totem and Taboo, Civilization, and Its Discontents … We seek to explain the “psychic roots” of institutional structures from Castoriadis’ perspective. We agree with a clinical sociological approach, also, with a psychoanalytic anthropology as Assoun calls it.

See you in a future post to report on the rest of this research “with”.

références

Buznic-Bourgeacq, P. (2019). « Le sujet dont il s’agit encore » Cheminement d’un chercheur en éducation vers une clinique du sujet didactique. UT2J. HDR non publiée.

Carignano, B. (2020). Entretien avec le professeur Paul-Laurent Assoun. L’anthropologie psychanalytique en Revista Psicoanálisis en la Universidad Nº4. Rosario, Argentina, UNR Editora. Pág 15-34

Castoriadis, Cornelius. (1975). L’institution imaginaire de la société (3. ed., rev.corr). Éd. du Seuil.

Castoriadis, Cornélius. (1999). Les racines psychiques et sociales de la haine. In Les carrefours du labyrinthe, tome 6 de Les Figures du pensable. https://collectiflieuxcommuns.fr/IMG/pdf_CC_haineF.pdf

Freud, S. (1989). Totem et tabou, interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs (S. Jankélévitch, Trad.). Payot.

Freud, S. (2010). Le malaise dans la culture (P. Cotet, R. Lainé, & J. Stute-Cadiot, Trad.). Presses universitaires de France.

Goffman E. ( 1963) Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, traduit de l’anglais par Alain Kihm, coll. « Le Sens commun », Éditions de Minuit :1975.

Our Mission. (2020). African American Policy Forum (AAPF). https://aapf.org/ourmission

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (04/12/2020). "« Chercher avec » les acteurs de la scolarisation migrants et formateurs : comment éviter la domination ?/ “Researching with” migrant and teachers in education: how to avoid domination? Cadiou et Mothes. 4 decembre 2020".https://spsujet.hypotheses.org/110.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search