Enseigner l’olfaction : lecture d’orientation clinique psychanalytique: le cas d’un expert des odeurs Pierre Bénard. Par Sandra Cadiou, 17 novembre 2022.

Teaching olfaction: a psychoanalytically oriented clinical reading. The case of an odor expert, Pierre Bénard. By Sandra Cadiou. English version below.

Introduction

Parfumeur-créateur, spécialiste en matières premières naturelles, scénographe olfactif, enseignant : l’activité et l’expertise de Pierre Bénard dans le domaine de l’olfaction est un champ très vaste. Elles se vivent sur le mode du partage, du goût pour l’autre, au travers des enjeux contemporains, féministes, écologiques, inclusifs, tout en construisant un savoir d’exception autour de l’olfaction. On pense à sa maitrise des essences de bois, le bois de santal par exemple, mais aussi de la création de techniques de diffusion, ou d’outils conceptuels comme sa classification olfactive « la systématique des odeurs » ou les cônes olfactifs remplaçant, par sa vision tridimensionnelle, la « pyramide olfactive » du marketing de la parfumerie.

C’est à son enseignement de l’olfaction que je vais m’intéresser ici. Le 14 octobre, j’ai pu échanger avec Pierre Bénard sur l’olfaction et son enseignement, deux domaines intimement liés chez lui. Notre article a pour objet d’en donner un aperçu et de proposer une compréhension de son enseignement de l’olfaction.

L’entretien a été semi-dirigé permettant à la fois de collecter un premier ensemble d’informations tout en laissant le locuteur suivre le fil de sa pensée. Les extraits sont donc des verbatims, proposant une parole, un discours oral avec sa syntaxe tordue par le fil du sujet, faisant surgir des chaines de signifiants. En ce sens, je m’appuie sur une parole tâtonnante et non un discours recomposé propre au journalisme. Notre but est double, à la fois de donner à voir un champ peu documentée : l’enseignement en olfaction, mais aussi de réfléchir à cet enseignement depuis les sciences de l’éducation dans une orientation clinique psychanalytique, au travers des concepts de conversion didactique, déjà-là sensoriel, mais aussi avec les triangles pédagogique ou revisité.

Avant tout, voici quelques mots sur son parcours.

Parcours

Pierre Bénard grandit dans le Sud-Ouest et souhaite entrer aux Beaux-Arts, mais son père préfère qu’il s’oriente vers des études scientifiques. Il suit une formation de biochimiste et c’est au détour d’un stage à l’Association Asquali qu’il s’immerge dans le monde de l’olfaction.

Michael Moisseeff et Jacqui Ledresseur ont créé en 1989 cette association à Montégut-Lauragais dans l’objectif de promouvoir la culture olfactive au travers de réalisations, expositions, animations et formations. Ce stage va être décisif dans le sens où la biochimie de la formation de Pierre Bénard rencontre l’olfaction dans sa dimension culturelle, créative et, ce faisant, aussi artistique.

Les « Sculpteurs d’Arômes » que sont Michael Moisseeff et Jacqui Ledresseur envisagent l’olfaction de manière nouvelle : « c’était les pionniers à voir les odeurs c’est plus le monde des odeurs d’une façon […] pas parfumistique du tout ». Il se situent donc dans une démarche de développement culturel, à travers le vecteur odeur, et de médiatisation olfactive.

Pierre Bénard reste finalement 6 ans dans l’association avec une riche expérience de l’olfaction, se forme par la suite à la parfumerie et entre dans l’industrie de ce secteur.  Il n’est donc pas issu de Grasse et du parcours traditionnel des familles grassoises liées à la culture ou l’industrie du parfum. Il porte aussi une volonté progressiste, privilégiant la transparence plutôt que le secret, et aussi sensible à tous les publics sans distinction.

Enseigner

Le volet enseignant de ses activités n’est pas accessoire, mais semble être constitutif de sa démarche en olfaction. Si certains parfumeurs n’aiment pas enseigner, il est essentiel pour lui de transmettre afin d’éveiller les vocations et « devenir à son tour mentor » comme les « Sculpteurs d’Arômes » l’ont été pour lui. Il cherche à « « amener en fait … instiller l’odeur » un peu partout. Cette démarche, héritée de sa formation à Asquali, est aussi peut-être propre à sa singularité.

Bien qu’il n’ait pas de formation en pédagogie ou éducation, il est très investi par sa fonction d’enseignant qu’il pratique à divers niveaux. Il frappe à la porte de l’Institut Supérieur International du Parfum, de la cosmétique et de l’Aromatique alimentaire (ISIPCA) pour proposer ses services. Il  intervient aussi à l’Ecole Supérieure du Parfum, à l’université de Montpellier, au Grasse Institute of Perfumery. Il enseigne dans  les écoles de la profession mais encore dans des écoles d’art, de design, de mode, de gastronomie, de communication, de marketing , d’ingénieurs… Son enseignement s’organise en présentiel comme en distanciel.

Outre ce volet professionnalisant, son activité enseignante se consacre à l’éveil et l’éducation olfactives. Il intervient ainsi auprès de la petite enfance : en crèche, mais aussi à la maternelle ou au collège. Il s’adresse également à des publics plus fragiles comme les classes Unité localisée pour l’inclusion scolaire ou bien les Mineurs Non Accompagnés par exemple.

Conversion didactique

La dimension sociale de son enseignement donne un éclairage plus net sur sa conversion didactique (Buznic-Bourgeacq, 2015) : des éléments de nature psychique colorent sa façon d’enseigner.

Il semble qu’enseigner pour lui serait un moment d’échange, d’affect grâce à l’odeur où quelqu’un se révèle, où quelque chose est transmis.  « Ca commence on commence à à parler et à échanger ça ça devient beaucoup plus c’est beaucoup plus beaucoup plus agréable finalement ce qui existe ce qui existe aussi dans dans les classes c’est-à-dire qu’on va sentir les classes ISIPCA on sentait et cetera donc du coup ça créé de l’échange». On note une accumulation du « ça » sous sa forme complète ou élidée. Ce pronom démonstratif qui présentifierait le « ça » freudien selon Lacan, relie l’odeur à une expression profondément intime au sein de l’espace psychique de la classe ( Cadiou, Mothes & Terrisse, 2021). Dans le discours du sujet-enseignant surgirait au travers du pronom ça, son propre ça, des traces de pulsion, de désir. Le ça énigmatique est ici générateur de parole : « ça commence […] à parler », de plaisir : « ça devient […] beaucoup plus agréable » et d’échange : «  ça crée de l’échange ». Ainsi s’organiserait l’espace psychique de sa classe ( Blanchard-Laville, 2001) structurant la façon d’appréhender les odeurs pour les sujets-apprenants.

A la question : est-ce que l’enseignement le rend heureux ? il répond «oui très heureux », « parce qu’on me le rend bien […] par la présence par […] des retours ».

La rencontre de l’enseignant Pierre Bénard avec l’apprenant. e qui sent est une rencontre de partage et d’affect heureux comme l’exemple de « cette petite fille autiste qui avec un simple arôme de fraise, s’est révélée. Un moment de ma vie qui restera gravé. Un réaction inattendue, une connexion créée grâce à cette odeur » : « Y a un truc qui a été transmis ».

Pour résumer nous dirions que sa conversion didactique marie affect, odeur, rencontre.

L’odeur, réelle, physique est un média pour entrer en contact avec l’autre tout autant qu’il est un objet de savoir. La transmission du savoir – l’odeur de fraise- se fait sur une relation source d’affect pour les deux acteurs, enseignant et apprenant.

Cette manière d’enseigner singulière s’originerait dans un « déjà-là » : une histoire intime et latente (Combis-Carnus, 2001). Pierre Bénard nous rappelle ses moments de toilette et de parfumage avec l’ « Acqua Lavanda » de Puigle dimanche avec sa grand-mère. Pierre Bénard en parle comme d’un  « moment de relationnel » qui « reste super gravé », autour « de cette eau de cologne », «  ça marque vraiment […] le côté cocooning ». Son déjà-là sensoriel olfactif (Alvarez, 2019 ; Cadiou, 2021) surgit dans l’échange et éclaire les bases de son rapport à l’olfaction : relation, bonheur, maternage.

Pierre Bénard fonde Osmoart dont il est directeur artistique : « Osmoart prend racine dans l’art et l’ « osmé », littéralement en grec « odeur » mais son nom s’inspire aussi de l’osmose, équilibre vivant qui s’établit ». Pierre Bénard explique : « il faut trouver un équilibre et l’osmose c’est l’eau […] qui va trouver l’équilibre entre deux […] milieux ». La valeur injonctive du syntagme « il faut » révèlerait sa position de sujet de l’inconscient et aussi sa posture de parfumeur et d’enseignant. L’odeur traverse, passe, instille, s’infiltre et l’homéostasie préserve les deux milieux, préserve aussi les deux acteurs de l’enseignement-apprentissage.

Les triangles pédagogique et clinique

Lire le geste d’enseignement de Pierre Bénard avec le triangle pédagogique de Houssaye (1988) est heuristique.

Pour rappel « Constituer une pédagogie, faire acte pédagogique, c’est, parmi le savoir, le professeur et les élèves, choisir à qui l’on attribue la place du mort. » (Alexandre, 2022, page 135) .

Triangle de Houssaye

Au regard de son discours, la posture de Pierre Bénard se situerait dans l’axe « former » reliant le professeur-élève et donnant au savoir la place du mort.

Cette posture interroge à double titre.

D’une part on pourrait se demander si la nature du savoir de l’olfaction est une raison explicative de cette posture. Le savoir lié à l’olfaction est un savoir difficile à verbaliser, résistant au langage. En tant que savoir impossible (Terrisse, 2008), il conduirait l’enseignant à privilégier l’axe « former ».

D’autre part on pourrait se demander si cette posture ne relève pas de la conversion didactique de Pierre Bénard, c’est-à-dire que partage-affect-odeur seraient intimement reliés chez lui, et ce tressage psychique serait enclin à mettre en place une dynamique transférentielle privilégiant la relation enseignant/apprenant.

Triangle de Terrisse

Le triangle de Terrisse (1994) remplace le savoir par l’épreuve, ce moment de rencontre entre savoir/enseignant/apprenant. Formulé initialement pour les activités sportives, il demeure extrêmement heuristique pour l’olfaction : un autre savoir qui passe par l’expérience corporelle. Pierre Bénard rappelle : « c’est en toi […] ça passe par la respiration […] il y a quelque chose de beaucoup plus physique finalement l’odeur […] va jouer sur ton corps et passe à travers la respiration ».

Pierre Bénard ajoute dans un après-coup : « l’olfaction est intimement liée à la respiration, au corps, à sa fonction vitale, sentit c’est survivre, sur-vivre. En ce terme, sentir c’est amener au-delà du vivre » : « ça t’amène à vivre autre chose ».


Teaching olfaction: a psychoanalytically oriented clinical reading. The case of an odor expert, Pierre Bénard. By Sandra Cadiou.

Introduction

Parfumer-creator, specialist in natural raw materials, olfactory scenographer, and teacher: Pierre Bénard’s activity and expertise in the field of olfaction constitute a very vast field. He works on the mode of sharing, of the taste of the other, through contemporary, feminist, ecological, and inclusive issues, while building exceptional knowledge around olfaction. One thinks of his mastery of wood essences, sandalwood for example, but also of the creation of diffusion techniques, or conceptual tools such as his olfactory classification “the systematics of odors” or the olfactory cones replacing, by his three-dimensional vision, the “olfactory pyramid” of perfume marketing.

It is his teaching of olfaction that I will focus on here. On October 14, I had the opportunity to talk with Pierre Bénard about olfaction and his teaching, two fields that are intimately linked. The purpose of our article is to give an overview and to propose an understanding of his teaching of olfaction.

The interview was semi-directed, allowing us to collect a first set of information while letting the speaker follow the thread of his thought. The extracts are therefore verbatims, proposing a speech, an oral discourse with its syntax twisted by the thread of the subject, making chains of signifiers emerge. In this sense, I rely on a groping speech and not a recomposed speech proper to journalism. Our goal is twofold, both to show a little-documented field: teaching in olfaction, but also to reflect on this teaching from the educational sciences in a psychoanalytical clinical orientation, through the concepts of didactic conversion, sensory already there, but also with the pedagogical or revisited triangles.

First of all, here are a few words about his background.

Background

Pierre Bénard grew up in the South-West of France and wanted to go to art school, but his father preferred him to study science. He trained as a biochemist and it was during an internship at the Association Asquali that he immersed himself in the world of olfaction.

Michael Moisseeff and Jacqui Ledresseur created this association in 1989 in Montégut-Lauragais with the objective of promoting the olfactory culture through realizations, exhibitions, animations and training. This internship will be decisive in the sense that the biochemistry of Pierre Bénard’s training meets olfaction in its cultural, creative and, in so doing, also artistic dimension.

Michael Moisseeff and Jacqui Ledresseur, the “Sculptors of Aromas”, consider olfaction in a new way: “they were the pioneers in seeing odors in a way […] that is not perfumista at all”. They are therefore in a process of cultural development, through the vector of smell, and olfactory mediatization.

Pierre Bénard finally stayed 6 years in the association with a rich experience of olfaction, and then trained in perfumery and entered the industry of this sector.  He does not come from Grasse and the traditional background of the Grasse families linked to the culture or the perfume industry. He also has a progressive will, favoring transparency over secrecy,

Teaching

The teaching aspect of his activities is not incidental, but seems to be a constituent part of his approach to olfaction. If some perfumers do not like to teach, it is essential for him to transmit in order to awaken vocations and “become in turn a mentor” as the “Sculptors of Aromas” were for him. He seeks to “bring in fact … instill the smell” everywhere. This approach, inherited from his training at Asquali, is also perhaps unique to him.

Although he has no training in pedagogy or education, he is very invested in his function as a teacher which he practices at various levels. He knocked on the door of the Institut Supérieur International du Parfum, de la Cosmétique et de l’Aromatique Alimentaire (ISIPCA) to offer his services. He also intervenes at the Ecole Supérieure du Parfum, at the University of Montpellier, at the Grasse Institute of Perfumery. He teaches in the schools of the profession, but also in schools of art, design, fashion, gastronomy, communication, marketing, and engineering… His teaching is organized face-to-face as well as in distance learning.

In addition to this professional aspect, his teaching activity is dedicated to olfactory awakening and education. He works with young children: in nurseries, but also in kindergartens and secondary schools. He also works with more fragile groups such as ULIS (localized classes for school inclusion) or unaccompanied minors for example.

Didactic conversion

The social dimension of her teaching sheds more light on her didactic conversion (Buznic-Bourgeacq, 2015): elements of a psychic nature color her teaching style.

It seems that teaching for him would be a moment of exchange, of affect thanks to the smell where someone reveals himself, where something is transmitted.  “It begins to speak we begin to to talk  and exchange  it it becomes much more it is much more pleasant finally what exists what also exists in the classes that is to say that one is going to smell the classes ISIPCA one smelled and so on so of blow that creates the exchange”. We note an accumulation of the “ça” in its complete or elided form in the French discourse. I translate here with “it” and “what” and the translation does not express the synonymy between it /what and the Id that exist in French and thus in Bénard’s discourse. This demonstrative pronoun, which according to Lacan would presentify the Freudian “ça”, links the smell to a deeply intimate expression within the psychic space of the class ( Cadiou, Mothes & Terrisse, 2021). In the discourse of the subject-teacher, through the pronoun ça/it or what, his ça/the Id., traces of drive, of desire, appear. The enigmatic Id. is here the generator of speech: “it begins […] to speak”, of pleasure: “it becomes […] much more pleasant” and of exchange: “that creates exchange”. Thus, the psychic space of his class would be organized (Blanchard-Laville, 2001) structuring the way of apprehending the odors for the subject learners.

To the question: does teaching make him happy? he answers “yes, very happy”, “because I am made happy […] by the presence of […] the feedback”.

The meeting of the teacher Pierre Bénard with the learner who smells is an encounter of sharing and happy affect as the example of “this little autistic girl who with a simple aroma of strawberry, revealed herself. A moment of my life that will remain engraved. An unexpected reaction, a connection created thanks to this smell”: “There is something that has been transmitted”.

To summarize we would say that its didactic conversion marries affect, smell, encounter.

The smell, real, physical, is a medium to get in touch with the other as much as it is an object of knowledge. The transmission of knowledge – the smell of strawberry – is based on a relationship that is a source of affection for both actors, teacher, and learner.

This singular way of teaching originates in an “already there”: an intimate and latent history (Combis-Carnus, 2001). Pierre Bénard reminds us of his moments of washing and perfuming with Puig’s “Acqua Lavanda” on Sundays with his grandmother. Pierre Bénard speaks of it as a “moment of relationship” that “remains super engraved”, around “this cologne”, “it really marks […] the cocooning side”. His olfactory sensory already there (Alvarez, 2019; Cadiou, 2021) emerges in the exchange and sheds light on the bases of his relationship to olfaction: relationship, happiness, and mothering.

Pierre Bénard founded Osmoart and is its artistic director: “Osmoart is rooted in art and “osmé”, literally in Greek “smell”, but its name is also inspired by osmosis, a living balance that is established”. Pierre Bénard comments: “a balance must be found and osmosis is the water […] that will find the balance between two […] environments”. The injunctive value of the syntagm “it is necessary” would reveal his position of the subject of the unconscious and also his position of perfumer and teacher. The smell crosses, passes, instills, infiltrates and homeostasis preserves the two environments, and also preserves the two actors of teaching-learning.

the pedagogical and clinical triangles

Reading Pierre Bénard’s teaching gesture with Houssaye’s pedagogical triangle (1988) is heuristic.

As a reminder, “To constitute a pedagogy, to perform a pedagogical act, is, among knowledge, the teacher and the students, to choose to whom one assigns the place of the dead.” (Alexander, 2022, page 135) .

Houssaye’s triangle

With regard to his discourse, Pierre Bénard’s posture would be situated in the axis “to form” linking the teacher-student and giving to knowledge the place of death.Cette posture interroge à double titre.

On the one hand, one might ask whether the nature of the knowledge of olfaction is an explanatory reason for this posture. Knowledge related to olfaction is difficult to verbalize and resists language. As impossible knowledge (Terrisse, 2008), it would lead the teacher to privilege the “form” axis.

On the other hand, one could wonder if this posture does not come from Pierre Bénard’s didactic conversion, i.e. that sharing-affect-odour would be intimately linked in him, and this psychic braiding would be inclined to set up a transferential dynamic privileging the teacher/learner relationship.

Terrisse’s triangle

Terrisse’s triangle (1994) replaces knowledge by the test, this moment of encounter between knowledge/teacher/learner. Initially formulated for sports activities, it remains extremely heuristic for olfaction: another knowledge that passes through the bodily experience. Pierre Bénard reminds us: “it’s in you […] it goes through your breathing […] there is something much more physical in the end, the smell […] is going to play on your body and goes through your breathing”.

Pierre Bénard adds in a deffered action: “olfaction is intimately linked to breathing, to the body, to its vital function, to smell is to survive, to overive. In this term, to smell is to bring beyond living”: “it brings you to live something else”.

Bibliographie

Alexandre, D. (2022). Anthologie des textes clés en pédagogie : Des idées pour enseigner. Esf Editeur.

Alvarez, D. (2019). Enseigner l’analyse sensorielle du vin, ressorts didactiques et déjà-là sensoriel de l’enseignant, études de cas en didactique clinique. [Thèse en sciences de l’éducation et de la formation., Université Toulouse Jean-Jaurès]. non publiée

Blanchard-Laville, C. (2001). Les enseignants entre plaisir et souffrance. Presses universitaires de France.

Buznic-Bourgeacq, P. (2015). La conversion didactique : De l’expérience personnelle du sujet à l’activité didactique de l’enseignant. Transformations, 13‑14. https://pulp.univ-lille1.fr/index.php/TF/article/view/196/144

Cadiou, S. (2021, février 19). Au coeur des aspects économique, esthétique et intime du parfum : Le cas d’un professionnel en vente de parfumerie de luxe. Le parfum, un matériau pour la création en design. Journée d’étude LARA-SEPPIA, Maison de la Recherche UT2J Toulouse. En ligne.

Cadiou, S., Mothes, P., & Terrisse, A. (2021). « Ça lit pas » : L’enseignant face à l’énigme de l’élève. Une étude de cas. Carrefours de l’éducation.

Combis-Carnus, M.-F. (2001). Analyse Didactique du Processus Décisionnel de l’Enseignant d’EPS en Gymnastique. Toulouse III Paul Sabatier.

Houssaye, J. (1988). Le triangle pédagogique (2ème). Peter Lang.

Terrisse, A. (1994). La question du savoir dans la didactique des activités physiques et sportives : essai de formalisation. (HDR non publiée). Toulouse : Université Paul Sabatier.

Terrisse, A. (2008). « Le sujet en didactique clinique de l’EPS: Conditions et conséquences pour la recherche », eJRIEPS [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 11 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ejrieps/5871 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ejrieps.5871

Sciences de l’éducation et enseignement de l’olfaction: le déjà-là sensoriel, un concept didactique heuristique/educational sciences and the teaching of olfaction: the sensory already there, a heuristic didactic concept. Cadiou et Alvarez.

Introduction

Emilie Bonnard et Anne-Charlotte Baudequin du laboratoire LARA-SEPPIA de l’université Toulouse Jean Jaurès, ont organisé le vendredi 19 février 2021, une journée d’étude en distanciel. Intitulée « Le parfum, un matériau pour la création en design », cette manifestation scientifique a réuni des chercheurs et/ou créateurs de divers champs : chimie, art, droit…

Nous avons contribué à cette journée d’étude en présentant nos travaux issus des sciences de l’éducation en orientation clinique psychanalytique. Ce cadre de recherche observe les phénomènes d’enseignement-apprentissage sous l’hypothèse de l’inconscient freudien en considérant le sujet de l’inconscient, divisé, singulier et assujetti ( Terrisse & Carnus, 2009 ; Carnus et Terrisse, 2013). Nous avons présenté deux recherches distinctes mais portant sur le sujet-enseignant dans le cadre de l’olfaction. Nous proposons de donner un aperçu de ces deux contributions pour conclure vers la notion de déjà-là sensoriel.

Dominique Alvarez :  “La matérialité des parfums du vin, étude de cas dans l’enseignement”

Tous les enseignants des lycées professionnels en hôtellerie restauration[1] sont susceptibles d’enseigner l’analyse sensorielle des vins pour développer la compétence proposer une argumentation commerciale[2] dans l’objectif de conseiller la clientèle du restaurant dans le choix de son vin. La partie olfactive de l’analyse sensorielle des vins, approche centrale entre la phase visuelle et la phase gustative, est particulièrement délicate à enseigner car elle pose problème, tant au niveau de la perception que de la description (Manetta et al, 2011). Une des principales difficultés est de «mettre en accord la bouche [le nez] qui goûte et la bouche qui parle » (Chatelain-Courtois, 1984, p 6).

Cet enseignement passe par la matérialité[3] du parfum du vin et requiert le développement d’une double compétence : le sentir et le dire (Alvarez, 2017). L’approche méthodologique de l’analyse sensorielle avec sa gestuelle complète[4] et adaptée vise la compétence « sentir ». Le développement du discours adapté et pertinent passe par l’acquisition et la maîtrise d’un vocabulaire complexe, c’est la compétence « dire ».

La matérialité des parfums du vin semble difficile voire impossible à enseigner. C’est un savoir sibyllin à officialiser dans la classe compte tenu de la grande variabilité intra et interpersonnelle de perception des odeurs (Brand, 2001). Comment les enseignants parviennent-ils à conduire cet enseignement si délicat et intime ?

Nous convoquons le cadre théorique de la didactique clinique (Carnus, Terrisse, 2013) pour suivre le fil du savoir (dimension didactique) à travers la logique du sujet (dimension clinique). Nous avons observé deux enseignants[5] durant leur enseignement de l’analyse sensorielle des vins. Le corpus[6] est composé de deux entretiens et d’un filmage de la leçon. Nous présentons les extraits de deux vignettes didactiques cliniques comme cristallisation d’éléments saillants de l’étude de cas (Carnus, 2013).

Nadia, enseignante débutante, est influencée dans son enseignement par le poids de ses références personnelles. Elle déclare tirer ses compétences olfactives de son enfance : « relations enfantines (…) ce qui rappelle notre enfance (…) en famille »[7], d’une culture et d’une gastronomie où les odeurs sont riches et variées : « références culturelles (…) dans ma culture d’origine (…) aliments très parfumés (anis, cannelle, épices) ».

Christian, enseignant chevronné, trouve la partie olfactive de l’analyse sensorielle des vins difficile à enseigner car il dit que : « personne n’a jamais vraiment raison en termes de dégustation ». Il dit être à l’écoute des élèves, disposé à accueillir leurs descriptions aromatiques des vins, mais au final, Christian ne peut pas s’empêcher d’avoir le dernier mot : « le ressort c’est le prof c’est-à-dire quand un moment il faut trancher pour dire ça ça sent ça ou ça ça sent ça ». C’est lui le mentor, celui qui tranche.

Grâce à l’analyse de ces deux vignettes didactiques cliniques, nous constatons que les enseignants du domaine semblent animés par leur rapport aux parfums du vin dans leur enseignement. De plus, ils se considèrent, à leur insu, comme responsables de la transmission de ce rapport aux parfums. Nadia, portée par le poids de ses références d’enfance, a tendance à prendre la position symbolique de la mère. Christian, enfermé dans son ambivalence entre laisser parler ses élèves et avoir le dernier mot prend la position symbolique du père.

Sandra Cadiou : « Au cœur des aspects économique, esthétique et intime du parfum : le cas d’un professionnel en vente de parfumerie de luxe. »

Pour ma part, ma recherche a porté sur les aspects économique, esthétique et intime du parfum au travers de la construction du cas d’un professionnel en vente de parfumerie de luxe. Les données recueillies pour cette occasion sont issues de deux entretiens semi-dirigés d’un vendeur-formateur en parfumerie de luxe. Marcel, c’est le pseudonyme qu’il s’est choisi, a travaillé vingt ans dans une enseigne de luxe français dont dix années à former les vendeurs.ses en point de vente.

La construction du cas de Marcel rend compte de sa position en tant que vendeur- formateur en parfumerie de luxe.

“ dans ce métier-là heu ce que ce que j’aimais c’est c’est faire rêver parce que le luxe ça fait rêver

En effet Marcel conçoit la parfumerie comme ayant une dimension sacrée, celle de la star en soi, c’est aussi un langage, l’expression de l’air du temps, elle indique une place dans la famille et vis-à-vis d’un genre, la parfumerie est aussi liée à la sexualité et donne accès à la jouissance. La parfumerie a une nature intellectuelle, élaborée et en même temps elle convoque quelque chose de spontané et enfantin presque : un certain « ressenti ».

Ce déjà-là oriente le geste professionnel de Marcel qui crée des outils de formation en lien avec cette perception/conception du parfum, ce que nous appelons la conversion didactique (Buznic-Bourgeacq, 2005, 2015; Buznic-Bourgeacq et al., 2008).

 Marcel aime rêver et faire rêver et expliquera que le choix de son pseudonyme est lié au prénom de son père. C’est en ce père fantasque que l’importance du rêve s’enracinerait, rêverie maladroite parfois mais preuve indubitable d’amour et de reconnaissance : « CH / il faisait rêver ? Marcel / hein ouais ah ouais carrément … et et cauchemarder ».

Interrogé sur les parfums portées par les membres de sa famille, et par lui-même, on voit se dessiner une carte des signifiants relatifs aux parfums révélateurs de l’organisation de sa psyché.

Ainsi, le cas Marcel montre la force d’un déjà-là qui organise son rapport à la parfumerie et aussi son rapport à l’enseignement de la vente en parfumerie.

Conclusion

Pour conclure, le déjà-là sensoriel serait un concept didactique heuristique en sciences de l’éducation et particulièrement dans l’enseignement de l’olfaction. Ce concept permet de cerner un territoire présent en soi, territoire qui relèverait de tous les sens.

Si l’adjectif sensoriel qualifie le déjà-là dans notre travail, nous avons pris le parti de travailler seulement sur l’olfaction et l’odorat, parce que c’est notre intérêt personnel qui nous y pousse et (de ce fait aussi) c’est l’objet de nos travaux.

Le déjà-là sensoriel serait lié particulièrement aux signifiants (Lacan, 1957 ) tels qu’ils sont convoqués par la rencontre de l’objet parfumant c’est-à-dire un objet dans le Réel (Lacan,1974). Autrement dit, sentir un vin ou un parfum convoque en chacun et de façon singulière, des mots, ces signifiants, qui organisent l’inconscient. L’objet parfumant, parfumé est une partie du Réel, il ne cesse pas de ne pas s’écrire pour paraphraser Lacan, c’est-à-dire que cette rencontre de l’objet issu du Réel est l’occasion pour le sujet de le dire, de le symboliser avec les signifiants qui lui sont propres et issus de l’inconscient.

Le déjà-là serait constitué de trois couches. Une première couche dite déjà-là expérientielle serait profonde, plus ou moins accessible et toujours en construction. Elle aurait un lien évident à l’enfance. Le déjà-là conceptuel correspond à ce qu’on dit ou pense de l’objet parfumant/parfumé, c’est le registre symbolique. Enfin le déjà-là intentionnel correspond à une partie dynamique : ce que fait le sujet des deux premières dimensions du déjà-là. Par exemple ; quel parfum vais-je porter pour retrouver mon amant, ou bien pour aller donner un cours au lycée ? Quel vin vais-je choisir pour accompagner des huitres que je vais proposer à ma grand-mère bretonne ?

Nous définirions le déjà là sensoriel comme un ensemble de strates profondes en lien au passé qui n’arrête pas de se construire, de se définir au fur et à mesure du temps et qui permet de faire des choix, au regard des odeurs. Ce serait une strate psychique profonde qui serait remaniée constamment dans les perpétuels après-coup du sujet, après-coup entendus comme des remaniements incessants des traces mnésiques au sens de Freud (1895)

Connaitre son déjà-là sensoriel est une rencontre avec soi -même et dresser sa carte heuristique du déjà-là sensoriel (c’est-à-dire une cartographie personnelle, intime et unique des différentes strates du déjà-là sensoriel du sujet) nous semble un atout précieux, notamment dans les métiers de relation comme l’enseignement ou la vente liée à l’olfaction.

Introduction

Emilie Bonnard and Anne-Charlotte Baudequin of the LARA-SEPPIA laboratory at the University of Toulouse Jean Jaurès organized a distance learning study day on Friday 19 February 2021. Entitled “Perfume, a material for design creation”, this scientific event brought together researchers and/or creators from various fields: chemistry, art, law…

We contributed to this study day by presenting our work from the educational sciences with a psychoanalytical clinical orientation. This research framework observes teaching-learning phenomena under the hypothesis of the Freudian unconscious by considering the subject of the unconscious, divided, singular and subjugated (Terrisse & Carnus, 2009; Carnus and Terrisse, 2013). We have presented two separate but related researches on the subject-teacher in the context of olfaction. We propose to give an overview of these two contributions to conclude towards the notion of sensory already there.

Dominique Alvarez: “The materiality of wine aromas, a case study in teaching

All teachers in vocational high schools (1) in the hotel and catering industry are likely to teach sensory analysis of wines in order to develop the skill of proposing a commercial argument (2) with the aim of advising restaurant customers in their choice of wine. The olfactory part of wine sensory analysis, a central approach between the visual and the gustatory phase, is particularly delicate to teach because it poses problems, both in terms of perception and description (Manetta et al, 2011). One of the main difficulties is to “bring together the mouth [nose] that tastes and the mouth that speaks” (Chatelain-Courtois, 1984, p 6).

This teaching involves the materiality [3] of the wine fragrance and requires the development of a double skill: smelling and speaking (Alvarez, 2017). The methodological approach of sensory analysis with its complete [4] and adapted gestures aims at the “smell” competence. The development of an adapted and relevant discourse requires the acquisition and mastery of a complex vocabulary, which is the “saying” skill.

The materiality of the fragrances of wine seems difficult, if not impossible, to teach. It is a sibylline knowledge to be formalized in the classroom given the great intra- and interpersonal variability of odor perception (Brand, 2001). How do teachers manage to conduct such delicate and intimate teaching?

We invoke the theoretical framework of clinical didactics (Carnus, Terrisse, 2013) to follow the thread of knowledge (didactic dimension) through the logic of the subject (clinical dimension). We observed two teachers [5] during their teaching of sensory analysis of wines. The corpus [6] is composed of two interviews and a film of the lesson. We present extracts from two clinical teaching vignettes as a crystallization of salient elements of the case study (Carnus, 2013).

Nadia, a beginning teacher, is influenced in her teaching by the weight of her personal references. She states that she draws her olfactory skills from her childhood: “childish relationships (…) what reminds us of our childhood (…) in the family”[7], from a culture and gastronomy where smells are rich and varied: “cultural references (…) in my culture of origin (…) very fragrant foods (anise, cinnamon, spices)”.

Christian, an experienced teacher, finds the olfactory part of wine sensory analysis difficult to teach because he says that “nobody is ever really right in terms of tasting”. He says that he listens to the students and is willing to accept their aromatic descriptions of the wines, but in the end, Christian can’t help but have the last word: “the teacher is the one who has to decide whether to say this smells like this or this smells like that”. He is the mentor, the one who decides.

Thanks to the analysis of these two clinical didactic vignettes, we can see that the teachers in the field seem to be driven by their relationship to the scents of wine in their teaching. Moreover, they consider themselves, unknowingly, responsible for the transmission of this relationship to scents. Nadia, carried by the weight of her childhood references, tends to take the symbolic position of the mother. Christian, trapped in his ambivalence between letting his students speak and having the last word, takes the symbolic position of the father.

Sandra Cadiou: “At the heart of the economic, aesthetic and intimate aspects of perfume: the case of a professional in luxury perfume sales. “

For my part, my research focused on the economic, aesthetic and intimate aspects of perfume through the construction of the case of a professional in luxury perfumery sales. The data collected for this occasion are the result of two semi-directed interviews with a luxury perfumery salesman-trainer. Marcel, the pseudonym he chose for himself, worked for twenty years in a French luxury brand, ten of which were spent training salespeople at the point of sale.

The construction of Marcel’s case reflects his position as a sales trainer in a luxury perfumery.

“In this job, what I liked was to make people dream because luxury makes people dream”.

Indeed Marcel conceives perfumery as having a sacred dimension, that of the star in itself, it is also a language, the expression of the zeitgeist, it indicates a place in the family and with regard to a gender, perfumery is also linked to sexuality and gives access to enjoyment. Perfumery has an intellectual, elaborate nature and at the same time it summons something spontaneous and almost childlike: a certain “feeling”.

This already there guides Marcel’s professional gesture, which creates training tools in connection with this perception/conception of perfume, what we call didactic conversion (Buznic-Bourgeacq, 2005, 2015; Buznic-Bourgeacq et al., 2008).

 Marcel likes to dream and make people dream and will explain that the choice of his pseudonym is linked to his father’s first name. It is in this whimsical father that the importance of dreaming is rooted, a sometimes-clumsy reverie but unmistakable proof of love and recognition: “CH / he made people dream? Marcel / eh yeah ah yeah definitely … and nightmares”.

When asked about the perfumes worn by members of his family, and by himself, we see a map of signifiers relating to perfumes revealing the organization of his psyche.

Thus, the case of Marcel shows the strength of an already existing that organizes his relationship to perfumery and his relationship to the teaching of perfumery sales.

Conclusion

To conclude, the sensory already there would be a heuristic didactic concept in educational sciences and particularly in the teaching of olfaction. This concept makes it possible to identify a territory that is present in itself, a territory that would be the responsibility of all the senses.

If the adjective sensory qualifies the already there in our work, we have decided to work only on olfaction and smell, because it is our personal interest that pushes us to do so and (therefore also) it is the object of our work.

The sensory already there would be linked particularly to signifiers (Lacan, 1957) such as they are summoned by the encounter with the perfuming object, i.e., an object in the Real (Lacan, 1974). In other words, smelling a wine or a perfume summons in each person and in a singular way, words, these signifiers, which organize the unconscious.  The perfuming, scented object is a part of the Real, it does not cease to be written, to paraphrase Lacan, that this encounter with the object from the Real is the occasion for the subject to say it, to symbolize it with the signifiers that are proper to him and come from the unconscious.

The already there is made up of three layers. A first layer, called the experiential already there, would be deep, more or less accessible and always under construction. It would have an obvious link to childhood. The conceptual already there corresponds to what we say or think about the perfuming/perfumed object, it is the symbolic register. Finally, the intentional already there corresponds to a dynamic part: what the subject does with the first two dimensions of the already there. For example, what perfume am I going to wear to meet my lover, or to go and give a lesson at school? What wine will I choose to accompany the oysters I am going to offer to my Breton grandmother?

We would define the sensory already there, a set of deep strata, linked to the past which does not stop building itself, defining itself as time goes by and which allows us to make choices, about odors. It would be a deep psychic stratum that would be constantly reworked in the subject’s perpetual deferred action, understood as incessant reworking of memory traces in the sense of Freud (1895)

Knowing one’s sensory already there is an encounter with oneself, and drawing up a heuristic map of one’s sensory already there (i.e., a personal, intimate and unique mapping of the different strata of the subject’s sensory already) seems to us to be a precious asset, particularly in professions involving relationships such as teaching or sales linked to olfaction.

[1] Dans les différents diplômes du secteur, du CAP au BTS.

[2] Les passages en italiques sont des extraits du référentiel du baccalauréat professionnel commercialisation et services en restauration (2011, p12).

[3] La matérialité comme existence sensible, c’est-à-dire perceptible par les sens d’après le CNRTL, [en ligne], consulté le 14/11/20.

[4] La pratique sociale de référence (Martinand, 1989) de la sommellerie recommande de faire un premier nez (sans remuer le vin dans le verre) puis un second nez (après agitation) avant d’appréhender les arômes de bouche par voie rétronasale.

[5] Ce sont deux des quatre enseignants collaborateurs suivis durant le travail de thèse : « Enseigner l’analyse sensorielle du vin, ressorts didactiques et déjà-là sensoriel de l’enseignant, études de cas en didactique clinique » (Alvarez, 2019).

[6] Le corpus issu du travail de thèse est composé de deux entretiens et de l’observation d’une séance de classe. Le premier entretien, ante séance, a pour objectif d’accéder au « déjà-là » des enseignants. L’épreuve est le nom (au sens sportif du terme), en didactique clinique, donné au moment où l’enseignant, les élèves et le savoir se retrouvent dans la classe. L’après-coup est un entretien post qui propose à l’enseignant un remaniement grâce aux traces collectées lors de l’épreuve.

[7] Les éléments en italique et entre parenthèses sont des extraits de verbatim, des transcriptions des entretiens et des vidéos.

Bibliographie

Alvarez, D. (2017). Comment enseigner le “sentir et le dire” ? Une double compétence : olfactive et langagière dans l’analyse sensorielle des vins. Dans S. CHARBONNIER, Recherches en didactiques, études disciplinaires (pp. 81-97). Lille: Presses universitaires du Septentrion.

Brand, G. (2001). L’olfaction de la molécule au comportement. Marseille: Solal éditeurs.

Buznic-Bourgeacq, P. (2005, février). L’expérience de l’enseignant et ses implications didactiques : Une étude de cas en EPS. 5ème colloque international Recherche et Formation, Nantes.

Buznic-Bourgeacq, P. (2015). La conversion didactique : De l’expérience personnelle du sujet à l’activité didactique de l’enseignant. Transformations, 13-14. https://pulp.univ-lille1.fr/index.php/TF/article/view/196/144

Buznic-Bourgeacq, P. (2015). La conversion didactique : De l’expérience personnelle du sujet à l’activité didactique de l’enseignant. Transformations, 13-14. https://pulp.univ-lille1.fr/index.php/TF/article/view/196/144

Buznic-Bourgeacq, P., Terrisse, A., & Lestel, G. (2008). Expérience personnelle et expérience professionnelle dans l’enseignement de l’EPS : Deux études de cas contrastées en didactique clinique. Éducation et didactique, 2(3), 77-95. https://doi.org/10.4000/educationdidactique.366

Carnus, M.-F., & Terrisse, A. (2013). Didactique clinique de l’EPS : Le sujet enseignant en question. Éditions EP&S.

Chatelain-Courtois, M. (1984). Les mots du vin et de l’ivresse. Paris: Editions Belin.

Freud, S. (1895). Construction dans l’analyse. In U. Huber, E. R. Hawelka, & J. Laplanche (Trad.), Résultats, idées, problèmes (p. 269‑281). Presses universitaires de France : 1988.

Lacan, J. (1957). L’instance de la lettre. La Psychanalyse, 3, 47‑81.

Lacan, J. (1974, 1975). Séminaire 22 : RSI. http://staferla.free.fr/S22/S22.htm

Manetta, C., & Urdapilleta, I. (2011). Le monde des odeurs de la perception à la représentation. L’Harmattan: Paris

Terrisse, A. & Carnus, M.-F. (2009). Didactique clinique de l’éducation physique et sportive, EPS quels enjeux de savoirs ? De Boeck.

Terrisse, A. & Carnus, M.-F. (2009). Didactique clinique de l’éducation physique et sportive, EPS quels enjeux de savoirs ? De Boeck.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search