Prendre en compte le sujet didactique dans l’enseignement du français : la place de l’enseignant interrogée au travers du schéma L. Cadiou, S et Poujade, C.

Nous souhaitons témoigner d’un travail de mémoire de recherche issu du master OPMSPI qui a été mené par nous, c’est-à-dire Chloé Poujade étudiante auteure du mémoire et Sandra Cadiou encadrante.

Nous sommes toutes deux enseignantes de français et nous nous interrogeons sur la façon d’aider un sujet didactique à se construire et s’épanouir en classe, dans la poursuite du travail d’Isabelle Delcambre.

Pour rappel le sujet didactique est « un sujet complexe qui, comme tout sujet, est structuré par son inconscient, son milieu d’origine, son histoire familiale et personnelle, etc. Ce qui intéresse alors le didacticien, c’est de voir comment ces diverses dimensions peuvent faciliter ou gêner la relation didactique, ou d’analyser comment les modes de travail prennent ou non en compte ces dimensions, en laissant place ou non au vécu et à l’expérience de l’élève, à ses représentations, à ses pratiques, à l’extrascolaire, etc. » (Delcambre, 2007, p. 39).  

C’est la part d’inconscient au cœur de la relation enseignement/apprentissage qui anime notre intéret. Dans les recherches en didactique du français, le sujet-élève apprend à écrire la fiction sous l’impact de sa division autant dans la production finale du texte que dans les méandres de l’apprentissage, c’est la conversion didactique qui s’opère du côté du sujet-élève (Cadiou, 2018).

Il s’agit pour l’enseignant de donner les outils à l’élève en classe de français pour se construire en tant que sujet scripteur et lecteur en envisageant son être dans toutes ses dimensions à commencer par son inconscient.

Dans son mémoire de master, Hélène Cros (2020) a observé comment un enseignant utilisant les outils numériques donne les moyens ou pas à l’élève de se construire en tant que sujet lecteur. Sa focale didactique clinique observe le déjà-là de l’enseignant et repère dans l’histoire plus ou moins consciente du sujet-enseignant ce qui peut impacter et organiser sa pratique et freiner ou faciliter la construction du sujet lecteur.

Ici Chloé Poujade (2021) observe l’exercice de mise en voix, autre chemin vers la lecture, entendue comme compréhension fine et sensible, des textes littéraires. Comment l’enseignant appréhende ce sujet didactique : quelle place laisse-t-il à l’élève pour se réaliser comme sujet-lecteur au travers de la mise en voix ?

La mise en voix

Le dispositif de mise en voix de texte littéraire est issu des pratiques de la scène poétique contemporaine qui s’envisage en performance, au contact du public. Il s’agit de questionner le rapport au langage et à sa matérialité dans une dimension aussi politique que radicale.

Dans la classe, ce dispositif coopératif et adidactique (Brousseau, 1998) permet d’entrer dans un texte littéraire par l’oral à travers la dimension sensible du langage.

Mettre en voix un texte en cours de français, c’est négocier et choisir des effets sonores par groupe de trois ou quatre élèves pour faire entendre le sens d’un texte à la classe. Il peut s’agir d’effets de rythme, de volume, de tonalité, de chœur ou de styles oratoires… Ces choix d’effets révèlent une compréhension du texte et une interprétation première qu’il reviendra ensuite à l’enseignant de creuser afin de montrer que les effets choisis sont induits par le texte. Le dispositif de mise en voix pousse les élèves à analyser le texte à leur insu. Dans la phase d’institutionnalisation, l’enseignant permet de mettre à jour une analyse par la justification des choix de mises en voix, liés par exemple à la présence d’un champ lexical ou d’une figure de style. Quand les élèves de quatrième choisissent de chuchoter en cœur le nom de la Thénardier, ils mettent en avant la peur ressentie par Cosette dans la forêt et créent un espace sonore issu de leur compréhension du texte.

Voici un extrait du verbatim de l’observation de Lise une enseignante de Lettres, avec sa classe de quatrième:

Lise 52 (00:24:35) :  D’accord est-ce que ça vous, est-ce qu’en écoutant les copains ça vous a fait penser à d’autres textes, à d’autres choses qu’on avait faites ou à d’autres genres qu’on avait découverts depuis le début de l’année?
Élève 55 (00:25:04) :  Le policier parce que…
Lise 53 (00:25:05) : Moi c’est marrant, parce que les chuchotements que j’ai entendus c’est pas le policier qui m’a…ça m’a pas fait penser au policier…, qu’est-ce que tu voulais dire? […]
Élève 57 (00:25:22): Fantastique…
Lise 55 (00:25:24) :  Ben oui… quand vous avez, quand vous avez fait des petites voix qui chuchotaient comme ça dans la forêt, on a l’impression que cette forêt, elle est… Élève 58 (00:25:33) : Fantastique…
Lise 56 (00:25:34) :  Fantastique, c’est-à-dire ? Est-ce que vous pourriez développer ce passage ?
Élève 59 (00:25:37):  Elle est habitée…
Élève 60 (00:25:38) :  Un peu comme si elle était vivante…
Lise 57 (00:25:43) : Merci, comme si elle était vivante, moi j’ai eu le sentiment, en vous écoutant, avec ses voix chuchotantes, c’est… je sais plus il y a même un groupe qui a fait des houhouhouh… quelque chose comme ça, ou des souffles comme ça, ça faisait très fantomatique…
Extrait de la séance d’analyse de Lise qui fait suite à la séance de mise en voix.

Suite à la séance de mise en voix, Lise, l’enseignante experte dans cette pratique construit son cours d’analyse littéraire sur les choix de mises en voix. L’objectif est alors d’analyser au regard des procédés littéraires les choix d’interprétations. Le cours repose sur des allers-retours incessants entre le texte et les mises en voix. Toute la classe observe le chemin du texte en chacun. Ainsi les élèves dont les interprétations font le cœur du cours sont au travail et participent activement à l’élaboration de l’analyse de texte pour aboutir à une trace écrite commune sur les points signifiants du texte. Ils manipulent d’eux-mêmes le vocabulaire technique d’analyse, formulent des interprétations et augmentent la qualité et la quantité de leurs prises de parole.

L’enseignant qui construit l’analyse du texte à partir de ces interprétations se retrouve confronté à la multitude, à l’opacité et à l’instabilité de ces choix interprétatifs. Cette difficulté l’engage en tant que sujet lecteur (Rouxel et Langlade, 2004) et dans son rapport au langage. Elle nécessite des gestes professionnels particuliers, un savoir-y-faire (Montagne, 2011) plutôt qu’un savoir ; faire dire plutôt que dire. L’articulation entre la phase de dévolution, de création des mises en voix et de leur institutionnalisation (Brousseau, 1998) est révélatrice des compromis du moi d’un sujet dans sa  fonction d’enseignant.

Le schéma L à l’œuvre dans la mise en voix

Montagne s’intéresse à l’impact de la parole sur le corps en EPS : « En fait dans toutes les disciplines « en classe », les paroles des professeurs organisent les corps qui, ne sont pris que comme des supports aux apprentissages intellectuels des élèves. En EPS, la parole de l’enseignant crée, supporte et ordonne des apprentissages dont les corps sont l’objet et l’objectif, et la parole des élèves exprime des ressentis sur les effets des corps mis en jeu autant que des commentaires sur des actions ou des gestes. » (Montagne, 2021, p. 93)

La classe de français n’est pas celle où on pense au corps comme enjeu. Pourtant la mise en voix est bien un apprentissage dont le corps est à la fois l’objet et l’objectif. La parole des élèves qui vient ultérieurement comme expression de cette compréhension actée par la mise en voix est également supportée par l’enseignant.

Chloé Poujade propose une analyse de la mise en voix en voix pour l’élève à partir du cas d’Assia, élève en classe d’EPS et sa relation avec son enseignante (Montagne, 2021), reprenant le schéma L introduit par Lacan dès 1955.

Comme Assia qui «attend en quelque sorte un retour de mise en mot (du Symbolique) sur son éprouvé (du Réel) faute de se pouvoir elle-même se voir (Imaginaire) » (Montagne, 2021, p. 120), l’élève en mise en voix voit sa production orale plus ou moins validée par l’enseignant. De ce fait, la réunification et la division du sujet-élève sont au travail dans l’analyse des mises en voix. Plus largement, c’est la validation du sujet-lecteur en apprentissage par l’enseignant qui est à l’œuvre au cœur du dispositif de mise en voix.

« La psychanalyse souligne bien l’importance du fait que c’est l’assentiment de l’autre référent qui donne recevabilité à ce qui n’est qu’une intuition logique d’identification (entre lui et l’image qu’il perçoit de lui) du sujet. » (Montagne 2021, p. 112).

Le schéma L serait un analyseur d’une pratique didactique liée au Réel du corps à étendre à la mise en voix et rendrait visible les conditions de la construction du sujet lecteur.

 
Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (21/10/2021). "Prendre en compte le sujet didactique dans l’enseignement du français : la place de l’enseignant interrogée au travers du schéma L. Cadiou, S et Poujade, C.".https://spsujet.hypotheses.org/187.

BIBLIOGRAPHIE

Brousseau, G., Balacheff, N., Cooper, M., & Sutherland, R. (1998a). Théorie des situations didactiques: Didactique des mathématiques 1970-1990. Grenoble: La pensée sauvage

Cadiou, S. (2018). Didactique clinique de l’écriture de fiction en lycée professionnel : Division du sujet et conversion didactique dans l’apprentissage. UT2J.

Cros, H. (2020) Le sujet-enseignant à l’épreuve du numérique en séance de littérature. (Mémoire de master non publié. Toulouse)

Delcambre, I. (2007). Du sujet scripteur au sujet didactique. Le français aujourd’hui, (2), 33-41.

Lacan, J. (1978). Le Séminaire 1954-1955, Livre II, Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse. Paris : Seuil.

Montagne, Y. (2011). «Savoir-y-faire» avec les élèves; repérer une compétence professorale d’énonciation par une étude de cas. Revue des sciences de l’éducation37(3), 507-541.

Montagne, Y. F. (2021). Un corps d’élève décerné par un professeur; une étude de cas sur le «stade du miroir» en EPS. eJRIEPS. Ejournal de la recherche sur l’intervention en éducation physique et sport, (49).

Langlade, G., & Rouxel, A. (2005). Le sujet lecteur : Lecture subjective et enseignement de la littérature. PU Rennes.

Poujade, C. (2021). Didactique clinique de la mise en voix de texte littéraire. Les effets du moi-enseignant sur la construction des sujets-lecteurs élèves. (mémoire de master non publié, Toulouse).

Le discours du maitre : un éclairage du lien entre l’enseignant et l’élève dans l’institution scolaire ? Cadiou et Mothes.10 février 2021.

« Ça lit Pas » : La difficulté professionnelle d’Irene face à Sally. Partie 2 : Le discours du maitre : un éclairage du lien entre l’enseignant et l’élève dans l’institution scolaire ?/When It doesn’t Read: Irene’s professional difficulty face to Sally. Part 2: The discourse of the master: shedding light on the link between teacher?

Sally est élève dans la classe d’Irène en CP, mais Sally ne lit pas. On se rappelle la situation que nous avons observée et la façon dont l’enseignante Irène parvient à une certain plus-de-jouir en gardant sa classe en bon ordre, à défaut d’enseigner à tous la lecture.

L’entretien démarre sur la situation de Sally : « Ben. .. elle est vraiment gentille, toute calme, tu vois elle reste dans son coin, elle ne dit rien, ca va bien, et en même temps, elle participe quand je pose des questions, bon, pas grand-chose à dire sur le comportement . En tout cas, elle est calme, elle se tient bien .. tu vois, ça ça va … après , …  en fait ça lit toujours pas »

Le premier constat d’Irene porte sur le calme de l’élève et la question de la lecture arrive plus tard. Finalement cette situation est vivable pour Irene, comme elle dit : « ça ca va » pour elle, même s’il faut bien reconnaitre « en fait » que « ça lit toujours pas ». La pulsion, la manifestation qui lui échappe, le ça freudien est acceptable tant que le calme règne, mais s’il est question d’illettrisme.

Au milieu de son discours, elle va évoquer un aspect remarquable de Sally : « elle est pas agaçante, elle est là, avec son bureau bien rangé, elle dessine … d’ailleurs tu as vu ses dessins, non mais c’est ahurissant, tout à fait étonnant !!! elle dessine… c’est magnifique, juste magnifique !!! ».

Effectivement nombreux reconnaissent en Sally ce talent certain de dessinatrice, activité que l’enfant poursuit d’ailleurs en cours particuliers.

Dessiner est une activité silencieuse et calme, Sally devient sage…comme image. Et Irène poursuit quelques secondes plus tard dans son discours, sur son attitude :

« tu vois, ce qui est agréable avec elle, … elle n’a plus du tout .. tu vois ce que tu disais, les crises de colère, les refus, les caprices,   tout ça, elle ne fait pas du tout du tout .. elle … c’est pas du tout ça … donc elle est toujours super calme, super silencieuse… tu vois elle est très attentionnée avec son bureau, elle range toujours ses affaires, elle se tient toujours super bien .. au moins, elle j’ai pas besoin de la reprendre sur sa position ! … c’est pas la même que d’autres si tu vois ce que je veux dire … boudiou !! ils m’épuisent pour de vrai, ils m’épuisent … bon je suis fatiguée en ce moment mais quand même, qu’est ce qu’ils ont ces mômes à s’agiter sans arrêt tout le temps ?? »

Irène glisse insensiblement du calme et de l’image de l’élève (autrefois indocile), assise à son bureau aussi ordonné qu’elle,  pour faire émerger en contraste l’agitation des « autres » : « et ça saute et ça se lève ».

Nous avons émis l’hypothèse en partie 1 que le « ça » des élèves pourrait aussi évoquer le ça freudien de l’enseignante : de la pulsion qui surgit, malgré elle, qui la déborde et la fait souffrir : « boudiou !! ils m’épuisent pour de vrai, ils m’épuisent ».

Or Irene est enseignante et le débordement n’est pas accepté, tout au moins pas attendu par l’institution. On apprend dans l’ordre et le calme, pas dans le mouvement ou les paroles, et encore moins l’agitation ou le bruit.

La pulsion de mort se définit comme « une tendance générale des organismes non seulement à réduire l’énergie vitale interne, mais aussi, par là, à revenir à un état primitif inorganisé, soit en d’autres termes la mort première » ( Chemama et Vandermersch,  p. 357) . Elle serait à l’œuvre dans l’attitude d’Irene qui regrette l’agitation des enfants, apprécie le calme de Sally et de ses dessins sur sa table bien rangée. C’est aussi une mise au silence de son désordre intérieur peut-être, qu’encourage une institution scolaire qui envisage l’apprentissage dans le calme ordonné de la classe.

Cette demande institutionnelle semble s’inscrire dans la structure psychique de l’enseignant au travers du discours du maitre qui serait le type de lien social attendu.

Lacan (1970) élabore la théorie des quatre discours pour définir quatre liens sociaux en articulant dans ces liens les mêmes éléments : le sujet divisé avec son maque-à-être, c’est-à-dire le sujet dit de l’inconscient, les signifiants et l’objet(a) ou le plus de jouir qui comble par fantasme ( noté <>) le sujet divisé. Le positionnement indique la fonction de chaque élément : vérité,  agent, autre, production (et la permutation des éléments dans ce positionnement modélisent les autres discours).

Although Sally is in CE2 (3rd year of primary), she still doesn’t read. We observe how Irene the teacher achieves an excess of jouissance by keeping her class in good order, instead of teaching to read.

The interview begins with Sally’s situation: “she’s really nice, very calm, you see she stays in her corner, she doesn’t say anything, it’s going well, and at the same time, she participates when I ask questions, well, not much to say about the behavior. In any case, she is calm, she holds herself well … you see, it’s fine… after … in fact it still doesn’t read”.

Irene’s first observation is about student ‘s calm. Judgment about her reading capacity comes later. Ultimately this situation is livable for Irene, as she says: “it’s okay” for her, even if she has to admit “in fact” that “it still does not read”. The drive, the manifestation that escapes her, the Freudian Id. is acceptable if there is calm, even if it is a question of illiteracy.

In the middle of her speech, she evokes a remarkable aspect of Sally: “she is not annoying, she is there, with her tidy desk, she draws… besides, you have seen her drawings, no, but it’s amazing, quite astonishing !!! she draws … it’s beautiful, just beautiful!!! “.

Indeed, many recognize in Sally this definite talent as a designer, an activity that the child pursues in private lessons.

Drawing is a silent and calm activity, Sally becomes wise… as an image. And a few seconds later Irene still speaks about Sally’s attitude:

You see, something’s nice with her… she doesn’t have any more at all … you see what you were saying, the tantrums, the refusals, the whims, all that, she doesn’t do at all… she… it’s not that at all… so she’s always very calm, very silent… you see she is very attentive with her desk, she always tidies her things, she always keeps herself very well… at least I don’t need to take her back to her position! … it’s not the same as others if you know what I mean … My god !! they are really exhausting me, they are exhausting me… well I’m tired right now but still, what about these kids fretting around all the time ?? “

Irène slips silently from the calm and the image of the pupil (formerly unruly), seated at her desk as orderly as herself, to bring out in contrast the agitation of the “others“: “and it jumps, and it rises “.

We hypothesized in part 1 that student’s “ça/that” could also evoke the teacher’s Freudian Id.:  the arising drive overwhelms her and makes her suffer: “My God !!” they are really exhausting me; they are exhausting me “.

In fact, Irene is a teacher: overflow is not accepted, at least not expected by the institution. People learns in order and calm, not in movement or words, let alone hustle and bustle or noise.

Death drive is “a general tendency of organisms not only to reduce internal vital energy, but also, thereby, to return to a primitive unorganized state, that is to say in other words first death” (Chemama et al. Vandermersch, p. 357). It would be at work in Irene’s attitude who dislikes children’s hustle and bustle, appreciates Sally’s calm and her drawings on her tidy table. It is also a way to put to silence her inner disorder, perhaps, in the context of an educational institution that considers learning in the orderly calm of the classroom.

This institutional demand seems to be part of the psychic structure of the teacher through the teacher’s discourse, which would be the type of social bond expected.

Lacan (1970) developed the theory of the four discourses to define four social bonds by articulating the same elements in these bonds: the divided subject with its lack of being, the subject of the unconscious, the signifiers and the object (a) or the excess of jouissance which fills the divided subject by fantasy (noted <>). The positioning indicates the function of each element: truth, agent, other, production (and the permutation of the elements in this positioning models the other discourses

Revenons à celui qui nous intéresse : le discours du maitre.

Ce schéma pourrait rendre compte de la dynamique psychique à l’œuvre chez l’enseignant dans la classe.  Le sujet divisé en place de vérité de l’inconscient surgit en signifiant maitre S1 d’enseignant. Ce signifiant maitre S1 met l’agent S2, l’autre, à savoir les élèves, de façon qu’ils produisent son plus de jouir, à savoir l’apprentissage et/ou le calme.

Ce discours social du maitre instaure dans la psyché d’un sujet en fonction d’enseignant de mettre au travail les autres. Ne pas le faire, c’est ne pas tenir le discours du maitre. Cette injonction institutionnelle se glisse dans la structure psychique de l’enseignant où fusionne ordre des corps de la classe, apprentissage et ordre intérieur, ou bien désordre des corps dans la classe, absence d’apprentissage et désordre intérieur. Le ça serait donc bien ici symptôme de la pulsion de mort pour rétablir un calme qui manque.

Avec le discours du maitre, on repère dans le geste de l’enseignant un discours ancré à la fois dans la psyché et dans l’institution scolaire : mettre au travail l’autre, l’élève pour en obtenir quelque chose qui satisfasse le but de l’institution et le sujet divisé cherchant à obtenir un plus de jouir. Ces ressorts profonds et puissants tracent un certain imaginaire radical ( Castoriadis, 1975)

« L’imaginaire radical est comme social-historique et comme psyché/soma. Comme social-historique, il est fleuve ouvert du collectif anonyme ; comme psyché/soma, il est flux représentatif/affectif/intentionnel. Ce qui dans le social-historique, est position, création, faire être, nous le nommons imaginaire social au sens premier du terme, ou société instituante. Ce qui, dans la psyché/soma est position, création, faire-être pour la psyché/soma, nous le nommons imagination radicale. »» (P. 493) »

L’imaginaire radical agit donc à une profondeur qui nous structure en tant que sujet psychique et sujet social. Il crée et relie des signifiants : apprentissage, ordre et calme. Cette profondeur donne la mesure de la difficulté à endiguer ses dérives. Parce que Sally ne lit toujours pas.

Dernier épisode : suite et fin des aventures de Sally. Nous nous aventurerons vers les questions de domination, de sujet et de reconnaissance, à l’appui de Hegel, Foucault, Butler et Benjamin.

Let us observe more closely the discourse of the master.

This schematic diagram could account for the psychic dynamics at work in the classroom teacher. The divided subject in place of truth of the unconscious arises as master signifier S1 of the teacher. This master signifier S1 puts the agent S2, the other, here the pupils, in such a way that they produce their excess of jouissance, namely learning and / or calm.

This social discourse of the master establishes in the psyche of a subject as a teacher to put others to work. Not doing it is failing the position of the discourse of the master. This institutional injunction slips into the psychic structure of the teacher where the order of the bodies of the class, learning and inner order merge, or else the disorder of the bodies in the classroom, the lack of learning and inner disorder. The Id. would therefore be here a symptom of the death drive to restore a lack of calm.

With the discourse of the master, we observe in the teacher’s gesture a speech anchored both in the psyche and in the school institution: put the other, the pupil, to work in order to obtain something that satisfies the goal of the institution and the divided subject seeking to obtain the excess of jouissance. These deep and powerful springs trace a certain radical imaginary (Castoriadis, 1975).

The radical imaginary therefore acts at a depth that structures us as a psychic subject and a social subject. It creates and connects signifiers: learning, order, and calm. This depth gives the measure of the difficulty in stemming its drifts. Because Sally still isn’t reading.

Last episode: continuation and end of the adventures of Sally. We will venture into questions of domination, subject and recognition, supported by Hegel, Foucault, Butler and Benjamin.

Références :

Castoriadis, C. (1975). L’institution imaginaire de la société (3. ed., rev.corr). Éd. du Seuil.

Lacan, J. (1970). Séminaire 17 : L’envers de la psychanalyse. Présenté à Paris. Consulté à l’adresse http://staferla.free.fr/S17/S17.htm

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (10/02/2021). "Le discours du maitre : un éclairage du lien entre l’enseignant et l’élève dans l’institution scolaire ? Cadiou et Mothes.10 février 2021.".https://spsujet.hypotheses.org/118.

Le ça dans l’espace psychique de la classe. Cadiou et Mothes. 11 novembre 2020.

« Ça lit Pas » : La difficulté professionnelle d’Irene face à Sally. Partie 1 : Le ça dans l’espace psychique de la classe./ When It doesn’t Read: Irene’s professional difficulty face to Sally. Part 1: The Id. in the psychic space of the classroom. Cadiou et Mothes

Depuis quelques années, nous travaillons avec André Terrisse, chercheur en sciences de l’éducation, également fondateur de la didactique clinique avec Marie-France Carnus. Avec lui nous avons créé un séminaire qui cherche à penser les phénomènes d’enseignement-apprentissage avec les concepts de la psychanalyse. En 2019, nous avons travaillé sur le concept de jouissance compris au sens de Chemama et Vandermersch (1998): «différents rapports à la satisfaction qu’un sujet désirant et parlant peut attendre et éprouver de l’usage d’un objet désiré». C’est dans ce cadre que nous avons « rencontré » Sally et Irène.

Sally est une jeune fille qui semble ne pas savoir lire, bien qu’elle soit en CE2 et qu’elle n’ait aucun autre problème d’apprentissage. Comment Irène, son enseignante, gère-t-elle cette difficulté professionnelle ? C’est autour de cette question que nous avons travaillé, à partir du verbatim d’un entretien semi-dirigé conduit avec Irène et de divers documents de travail de l’équipe enseignante constituant la monographie de Sally.

Au début de l’entrevue, quand Irène parle de son rapport à l’épreuve, elle explique qu’il n’y a pas de problème. «Ça va bien», «ça ça va». Elle pourra dire parlant de Sally :  «vraiment gentille, toute calme, dans son coin, ne dit rien». Mais après un temps de silence comme une sorte de pause, elle déclare : «en fait ça lit toujours pas». Le connecteur «en fait» pointe comme un dévoilement: derrière le bon fonctionnement en classe, il n’y a pas d’apprentissage en lecture chez Sally, ni d’enseignement efficace dans ce domaine de la part d’Irène.

« Ça lit toujours pas » est répété plusieurs fois durant cet entretien, comme si Sally n’avait pas d’existence en tant que sujet. Avec le mot «ça», Sally semble davantage une chose ou un objet, qu’un sujet.

Que signifie ce «ça » ? Irène utilise ce mot pour décrire Sally. Pour elle, Sally n’est pas seulement une fillette représentée par «elle», mais aussi quelque chose de plus indéfini avec le pronom démonstratif « ça » qui pourrait aussi renvoyer au ça freudien.

Qu’est-ce que le ça de la psychanalyse ? Pour Laplanche et Pontalis, le ça doit être conçu comme le grand réservoir de la libido «l’expression psychique des pulsions». D’autre part, pour Chemama et Vandermesch, il représente l’arène dans laquelle la vie et la mort se heurtent. Laplanche et Pontalis précisent que «le dualisme […] des pulsions de vie et des pulsions de mort implique qu’elles sont organisées en une opposition dialectique. L’absence d’organisation du ça n’est donc que relative, et trouve son sens dans le manque des relations propres à l’organisation du moi ».
Si le « ça » peut s’entendre au sens du ça de Freud, instance des pulsions alors, selon les types d’organisation du moi des enseignants, les pulsions de mort pourraient être mobilisées et impacter les sujets-élèves.

«  Des expressions courantes telles que «ça m’a pris d’un coup» , «ça m’a fait souffrir» , ou encore «ça bouge» ,  «ça tombe» , ou le fameux «ça parle» de Lacan rejoignent cette approche de Freud. Réfléchissant sur ce qui s’énonce là, comme ça, Lacan en vient à avancer dans son séminaire sur La Logique du Fantasme que « ça » est ce sur qui, dans le discours comme structure logique [structure ici grammaticale], est tout ce qui n’est pas je, c’est-à-dire tout le reste de la structure » ”( Chemama & Vandermersch). La théorie des signifiants que Lacan appuie sur sa lecture freudienne donne des indications sur la présence dans le discours de cette «expression psychique des pulsions» (Laplanche & Pontalis).

Avec le « ça » de son discours, Irene semble désorientée par les corps en mouvement des élèves qu’elle souhaiterait contraindre à plus de calme et d’ordre. Faut-il aussi le comprendre pour elle-même,  comme un désir de calme et d’ordre intérieur face à son propre ça qui se manifeste ?

Peut-être que la difficulté d’Irène ne réside pas seulement dans l’échec de l’enseignement-apprentissage de la lecture avec Sally, peut-être sa pulsion de mort de mort apparait aussi dans l’espace psychique de la classe. Le « ça » de l’enseignant surgirait et la ferait souffrir. Cette explication pourrait nous donner quelques clés de compréhension pour l’enseignement-apprentissage de la formation.

Nous n’avons pas arrêté l’étude du cas d’Irène ici : nous avons essayé de penser ce surgissement du ça en classe avec le discours du maitre (Lacan) et plus largement avec les questions de pouvoir en nous appuyant sur des références différentes: Foucault, Butler, Benjamin et Hegel.

De prochains articles creuseront en ce sens l’énigme d’Irène.

Since a few years, we work with André Terrisse, researcher in educational sciences, also founder of the didactic clinic with Marie-France Carnus. André and we create a seminar. The aim of this seminar is to think more further concepts of psychoanalysis in educational sciences. In 2019, we worked on the concept of jouissance understood in the sense of Chemama and Vandermersch (1998) : « different relationships that a desiring and speaking subject can wait for and experience from the use of a desired object ». And we “met” Sally and Irene in this context.

Sally is a young girl who seems not to be able to read, although she is in CE2 (third year of French primary school) and has no other learning problem. How does her teacher Irene, manage this professional difficulty? We worked on this question helping us using the verbatim of a semi-structured interview conducted with Irene and various working documents from the teaching team constituting Sally’s monography.

At the beginning of the interview, when Irene is talking about her report to the test, she explains there is no problem. «ça va bien » [: it goes well]  « ça ça va »[: it’s ok] . She says : « vraiment gentille, toute calme, dans son coin, ne dit rien » [: very sweet, calm, in her corner, say nothing]. But after a time of silence like a kind of break, she adds:  « en fait ça lit toujours pas »[ : in fact it still does not read]. The  connector « en fait » means like an unveiling : behind the good functioning in class, there is  no learning from Sally, or no useful teaching from Irene.

« Ça lit toujours pas »[: it still doesn’t read] is repeated several times as if Sally has no existence as a subject. With the word « ça » Sally is like a thing, an object, no more like a subject.

What does « ça » mean?  In English we can translate this words as THAT (demonstrative pronoun) , IT (  not a human person), or ID. , the Freudian concept. The polysemic word has no equivalency in English and maybe the effort of translation helps us to understand what is happening. By this point we have to emphasize that the word game we notice in French is no sense in English. However, as we are working into French context, it seems to us relevant to notice that Irene uses the word “ça” to describe Sally.  For her, Sally is not only a young girl named by “elle” [:she], but also something more undefined at this point like : it. This can refer to Freud’s Id.

What is Id. ? To Laplanche and Pontalis, the Id. should be conceived as the great tank of libido “the psychic expression of the drives”. On the other hand, to Chemama and Vandermesch, it represents the arena in which life and death drives clash. Laplanche and Pontalis quote: “the dualism of the life drives and the death drives implies that they are organized in a dialectical opposition. The lack of organization of the Id. is therefore only relative and finds its meaning in the lack of the relations proper to the organization of the ego”.

Subjects’Id. is organized dialectically between life and death drives, even if they do not have the same ego organization. That is the level where the drives realization takes place. Thus, according to the types of subject-teacher ego organization, death drives could be mobilized and could impact subject-student.

“Common expressions such as “ça m’a pris d’un coup” [: it took me all of a sudden], “ça m’a fait souffrir”[:  it made me suffer], “ça bouge” [:“it moves], “ça tombe” [:  it falls], or the Lacan  famous “ça parle”[ : it speaks] join this approach of Freud. Reflecting on what is stated there, like that, Lacan comes to advance in his seminar on The Logic of the Phantasm that ça is what, in discourse as a logical structure [structure here grammatical], is all that is not  je [ : I] , that is to say all the rest of the structure” (Chemama & Vandermersch). The theory of the signifiers that Lacan leans on his Freudian reading gives indications of the presence in the discourse of this “psychic expression of the drives“ (Laplanche et Pontalis).

By observing the use of the word “ça”, Irene seems confused by pupils’ moving bodies. Maybe she would like more calm and order from them. Could we also understand it about herself, as a desire of calm and inner order of her own Id. ?

Maybe Irene’s difficulty is not only her failing learning of reading with Sally, may be also it is her death drive to death appearing on the psychic space of the classroom. Id.‘s teacher is perhaps appearing and making teachers suffering. This explanation could give us some keys for teaching-learning training.

We didn’t stop the study of Irene’s case there : we try to think about the appearing of the Id. with the discourse of the master (Lacan) and also the questions of power with different references : Foucault, Butler, Benjamin and Hegel.

Next articles are coming for digging the enigma of Irene.

Verbatim and authors quotation’s traductions in English are ours.

Chemama, R., & Vandermersch, B. (Éds.). (1998). Dictionnaire de la psychanalyse (3ème édition). Larousse, p. 47 -49; p. 204.

Laplanche, J., & Pontalis, J.-B. (2009). Vocabulaire de la psychanalyse (5. ed). Pr. Univ. de France, p. 57-58.

Cite this article as : Savoir / pouvoir et singularité du sujet (11/11/2020). "Le ça dans l’espace psychique de la classe. Cadiou et Mothes. 11 novembre 2020.".https://spsujet.hypotheses.org/99.