Figure du migrant et littérature jeunesse. Patricia Mothes

L’école française doit accueillir les enfants migrants au même titre que ceux nés en France. Ainsi, au quotidien, des classes de très jeunes enfants s’ouvrent-elles à des enfants venus d’ailleurs dans des conditions parfois extrêmement difficiles. Dans ce cadre, les enseignant-e-s ne peuvent plus détourner les yeux et passer sous silence ces situations singulières.

Mais parler de migration, c’est évoquer des sujets délicats (exil, violence…) à l’abord desquels les enseignant-e-s ne sont pas formé-e-s et pour le travail desquels ils ont besoin d’outils. Les albums de jeunesse constituent traditionnellement des supports de médiation sur les sujets sensibles.

Pourtant, une étude menée sur 86 albums de jeunesse 6-12 ans répondant à la recherche ” migrations” et ” migrants ” tend à montrer que nombre de ces albums véhiculent des stéréotypes et participent à construire une image du migrant stéréotypale, voire raciste. Pourtant il n’y a pas suffisamment d’albums sur cette thématique pour éliminer de nos bibliothèques les exemplaires problématiques, et, au-delà, il peut même y avoir un intérêt à travailler avec ces albums, dans le cadre d’un apprentissage de la pensée critique. Cela nécessite cependant que l’enseignant ou l’adulte qui conduit la réflexion ait à sa disposition un outil solide pour l’accompagner dans ce travail. Or, si les outils de repérage des stéréotypes de genre sont connus des enseignants, il n’en existe pas encore qui permette de repérer les stéréotypes racistes dans les albums de jeunesse.

C’est à ceci que nous travaillons actuellement. Du corpus qui fonde ce travail de recherche émergent quelques titres qui ont le mérite de traiter de la question de la migration de façon plus réaliste que d’autres .

Nous vous proposons aujourd’hui de lire ensemble Un Vent Meilleur, de A. Tariel et C. Taconet aux éditions Utopiques. L’éditeur présente ainsi l’ouvrage en quatrième de couverture : « Louise vit avec ses parents au bord de la mer dans le nord de la France. Elle aime passer du temps auprès de sa tante, une bricoleuse hors pair, et pratiquer son activité préférée : la chasse aux mouettes !
Un jour, sur la plage, elle fait la connaissance d’Asaf. Le jeune garçon vit avec sa famille, sous une tente de fortune, dans le bois près de chez elle. Ils ont fui leur pays en guerre… Bouleversée par cette rencontre, Louise va décider d’agir. Cette relation amicale permettra au jeune garçon et sa famille de réaliser leur rêve : rejoindre l’Angleterre. La solidarité d’une famille face au drame des migrants. »

Pourquoi celui-ci ? Parce que, contrairement à la majorité des albums de notre corpus, il ne présente pas les stéréotypes habituels de la figure du migrant. Ici, le jeune migrant n’est pas noir, comme dans 80 % des albums étudiés. Il n’est pas présenté en habits d’été ou en haillons comme c’est aussi le cas dans la majorité des albums consultés, et aucun élément extérieur ne le distingue de la petite fille qui est l’héroïne de l’album ou des autres personnages : il est habillé, comme tous, d’un ciré et de bottes (nous sommes en hiver en bord de mer), ne porte pas de bagages dans des situations incongrues comme nous avons pu le constater ailleurs. Il est un autre, certes, mais un autre qui pourrait être nous, et à aucun moment n’est présenté comme une victime à aider, même si un rapide passage en page 4 montre les tentes dans lesquelles habite sa famille et les bidons qui lui servent à conserver l’eau.

Ce point n’est pas anodin. Si, là aussi contrairement à beaucoup de ce que nous avons lu, le discours n’est pas angélique sur la situation des migrants et l’accueil qui leur est réservé en France, il n’est pas non plus misérabiliste, et le jeune garçon est à plusieurs reprises présenté souriant et dans des activités d’enfant. Enfin, la fin n’est pas un dénouement. Elle ne présente aucune morale, ce n’est pas un happy end, mais plutôt une suspension qui ouvre à toutes les hypothèses mais permet surtout de mettre l’accent sur le fait que le propre de la personne migrante, c’est aussi parfois de poursuivre son chemin sans regarder derrière, et de nous laisser, nous qui sommes ancrés, dans une absence qui porte les espoirs.

Un album à lire et à partager.


De la figure du migrant dans les albums de jeunesse, Patricia Mothes, 2 novembre 2023

Lors de cette communication qui sera présentée à la Journée d’étude « L’ÉCOLE EN FRANCE ET LES ENFANTS DE L’IMMIGRATION : XIXème-DÉBUT XXIème SIÈCLES » de l’université d’Arras en novembre prochain, nous interrogeons la représentation des personnes migrantes dans les albums de jeunesse à destination des enfants de cycle 2 et 3. Nous nous demandons dans quelle mesure les albums de jeunesse à disposition des enseignants peuvent constituer un support de travail pertinent pour aborder la question de la migration dans des classes où se côtoient de plus en plus enfants natifs, enfants nés de parents migrants et enfants migrants.

Il s’agit ici de faire état de la phase exploratoire d’une recherche en cours, qui investigue la représentation de la migration dans les albums de jeunesse afin de tenter de déterminer quelle place ont ces albums dans la construction de l’imaginaire, et par-delà, quelle image sociale ces albums créent chez les jeunes enfants, appelés à devenir des adultes dans un monde interculturel. L’analyse documentaire s’appuie sur deux corpus qui se recoupent :  Le premier est constitué des albums jeunesse présents dans les listes de références de l’Education Nationale pour les cycles 2 et 3, et le deuxième comporte 80 albums à destination des 6-12 ans et accessibles dans les bibliothèques publiques de Toulouse, en réponse à la recherche « migration » ou « migrant ». Certains albums étant présents dans les deux corpus, l’analyse globale concerne une centaine de documents.

Chaque album fait l’objet dans un premier temps d’une analyse individuelle à l’aide d’une grille critériée (Joly, 2005 ; DeRoy-Ringuette et al., 2021) dont les items interrogent à la fois la forme de l’album, le discours textuel et visuel proposé, et les référents implicites. Dans un deuxième temps, le traitement des données s’effectue par croisement à l’aide d’une matrice catégorielle fondée sur les travaux de Thiery et Francis (2015) et vise à mettre en lumière les cohérences et divergences de discours. Le traitement s’appuie sur une approche intersectionnelle (Crenshaw, 2005) et interculturelle du discours.

Les premiers résultats présentés ici font le point sur les stéréotypes racisants véhiculés par les albums dans le discours porté sur la personne migrante. Qui est le migrant représenté / évoqué dans ces albums ? A quoi le « reconnait-on » ? En quoi ces « signes distinctifs » (typicité de l’habillement, accessoires,..) sont-ils vecteurs de stéréotypes et participent-ils à la construction d’imaginaires au mieux inadaptés et au pire racistes ? Telles sont les questions que nous traitons ici, et celles que nous soumettons à la réflexion enseignante. Une fois les stéréotypes repérés, caractérisés, que faire de ces albums ? Au-delà de l’autodafé qui n’est pas, à notre sens, une solution, nous essaierons de mettre au travail des pistes de réflexion autour de la construction d’un discours pour accompagner la lecture de ces albums auprès des enfants, et ainsi aller vers la construction d’une pensée critique du discours social.


Chercher quoi, chercher comment, chercher avec/sur qui? Patricia Mothes. 27 mars 2023

Chaque semaine depuis des années, des gens meurent en tentant de traverser la Méditerranée. Parmi eux, des centaines de jeunes, venus chercher en Europe l’éducation, le savoir, un autre avenir. Des centaines de jeunes auxquels nos forces de l’ordre ont refusé, parfois violemment, le droit d’être protégés.

Jeudi dernier, après des semaines de manifestations pacifiques, plusieurs villes françaises se sont embrasées. Les pavés et le mobilier urbain ont volé au milieu des grenades de désencerclement, des lacrymogènes et des tonnes d’eau déversées par les canons.

Depuis ce weekend, un jeune est entre la vie et la mort, touché par une grenade à la tête alors qu’il manifestait pour demander l’arrêt des travaux de construction de la méga-bassine de Ste Soline.

D’un côté la dénonciation du pompage des eaux souterraines et de l’agriculture intensive, de l’autre le canon à eau qui balaye des manifestants et en fond cette eau infinie qui engloutit des gilets orange. Entre les deux, des jeunes qui tentent de construire leur avenir dans un monde qui s’écroule et que pourtant, l’on continue à pressuriser à coups de plateformes d’orientation.

Et il faudrait que la recherche s’intéresse à l’inclusivité du système scolaire, au bien-être étudiant ? Encore faudrait-il que la recherche atteigne d’autres interlocuteurs que les professionnel-le-s curieux-ses ou en difficulté.

Nos derniers travaux ont montré que la forme scolaire est un facteur important du décrochage scolaire, que le manque de formation interculturelle des enseignant-e-s et le racisme systémique de l’institution scolaire sont des obstacles à l’accueil des enfants migrants. Notre recherche en cours sur les manuels de l’enseignement CSR de l’hôtellerie-restauration semble construire une hypothèse : celle d’un enseignement tenant plus du formatage oppressif que de l’apprentissage. Ici aussi, tout est question de corps à domestiquer, d’ordre à tenir, d’obéissance à intégrer coûte que coûte. Est- ce là la fonction de l’Ecole du XXIème siècle ?

Il y a bientôt trois ans, nous écrivions « Des masques et des sacs qui nous pèsent » ( n Pierre-Olivier Weiss éd., L’éducation aux marges en temps de pandémie. Précarité, inégalité et fractures numériques. Presses universitaires des Antilles, 2022), où nous décrivions comment la crise sanitaire et la continuité pédagogique ont révélé les fissures de la forme scolaire. De cette écriture collective est née l’idée d’un séminaire scientifique à l’occasion des congrès de l’ACAS et du CRIFPE. A cette occasion, nous questionnerons, entre chercheur-e-s francophones de France métropolitaine, Suisse, Mayotte et Québec les rapports entre crise sanitaire et recherche. Nous interrogerons aussi les effets de l’Anthropocène sur la recherche, de la responsabilité que nous assumons (ou pas) dans la circulation des savoirs. A l’aune de l’actualité du mois de mai, il faudra aussi se demander quel type de recherche en sciences de l’éducation peut encore être menée, et dans quel but.

Que dit la presse web des jeunes non accompagnés ? Patricia Mothes, 29 septembre 2022

Cette question, qui fait l’objet d’un chapitre à paraitre, renvoie aux mécanismes de construction de la représentation sociale. Au départ de notre réflexion, une interrogation directement issue de notre expérience de terrain : qu’est-ce qui motive des bénévoles à s’engager spécifiquement auprès des MNA ? Nous avons supposé qu’une grande partie de leurs informations provenait du Web et sommes ainsi parties en recherche au gré des choix du navigateur sollicité à répondre aux mots-clés « MNA » et « mineurs isolés ». En résultats, près de 290 articles web publiés entre 2019 et 2020, dont nous avons analysé en détail le titre et l’illustration de haut de page. Ce qui ressort nous renseigne à la fois sur le discours porté sur ces jeunes, mais aussi sur les modes de construction de la parole médiatique.

D’une part, concernant les titres des articles, ceux-ci sont majoritairement relatifs à la lutte pour les droits des jeunes, aux demandes d’aide et à des témoignages d’intégration. Les images quant à elles, lorsqu’elles sont présentes, se composent majoritairement de jeunes vus de dos, individuellement (23%) ou collectivement (29%). 31 % des articles ne comportent aucune illustration, tandis que 18 % des illustrations ne comportent aucun jeune. Ainsi, tandis que les titres des articles semblent se focaliser sur un propos humanitaire et plutôt positif en ce qui concerne les exemples d’intégration, les illustrations tendent à présenter un profil plutôt inquiétant, de jeunes souvent présentés en groupes, dans des mises en scène menaçantes. A ce titre, la présentation récurrente de jeunes en capuche tend à renforcer l’effet « délinquance de banlieue » de la représentation.

L’analyse détaillée permet cependant de relever des éléments qui questionnent. Ainsi, plusieurs articles de propos fort différents sont illustrés de la même photographie de manifestation. Dans un autre exemple, la même photographie présentant des jeunes discutant sur une place publique est réutilisée dans un second article après un traitement de l’image assombrissant, accentuant ainsi encore un effet inquiétant déjà présent dans la première image, où les personnages avaient été floutés. Notons enfin quelques exemples où l’image utilisée ne présente aucun lien avec le contenu de l’article. 

En construisant des images stéréotypales des jeunes migrants, la presse web participe de l’invisibilisation d’une réalité sociale qui peut être pensée comme impensable : celle d’un pays européen dit « des droits de l’Homme » ostracisant des enfants .

A ce sujet, le récent traitement médiatique[i] de l’expulsion du collectif toulousain de MNA « Autonomie » du bâtiment où il vivait depuis plus d’un an est symptomatique : utilisation du mot « migrant » au lieu du vocabulaire de l’enfance et de la jeunesse, prégnance du mot « squat » alors que le bâtiment était mis à disposition par la mairie, etc. Autant de signes qui tendent à gommer de l’espace médiatique la réalité d’une société qui ne se supporte pas. 


[i] https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/expulsion-de-mineurs-isoles-en-cours-a-toulouse-le-long-de-la-rocade-1661497707

https://www.20minutes.fr/toulouse/3341883-20220826-toulouse-centaine-jeunes-etrangers-expulses-ancienne-maison-retraite

https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-a-la-rue-les-mineurs-isoles-esperent-une-solution-rapide-pour-etre-reloges_53432535.html
https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-un-ancien-ehpad-occupe-par-des-migrants-a-ete-evacue-sous-tension-par-la-police-vendredi_53376691.html
https://www.challenges.fr/societe/une-centaine-de-jeunes-etrangers-expulses-d-un-ancien-ehpad-a-toulouse_825601

Projection dans le bénévolat en scolarisation auprès de MNA. Sandra Cadiou, 30 juin 2022

Avant d’être reconnu mineur, le jeune Mineur non accompagné est comme un « mijeur ( Perrot, 2016, paragraphe 8) ni mineur ni majeur, ne possédant aucune des qualités ni des droits de l’un ou de l’autre. C’est alors que la place des associations d’accueil des MNA prend tout son poids . Certains proposent un hébergement, une aide juridique ou bien encore une scolarisation. Dans ce cadre le bénévolat prend une place importante.

Une histoire marquée par la migration semble être au départ de l’action de certains bénévoles .

Les parents de Blue sont immigrés espagnols. Jeune retraitée sans expérience de l’enseignement, elle choisit d’intervenir en scolarisation.

Blue se souvient de son enfance. Elle a vu le mur de sa maison fraichement repeinte, salie de bouses lancées par des inconnus. Elle se rappelle les visites des gendarmes chez elle. Malgré les efforts de sa famille « mon père, il avait une rigueur… voilà « on n’est pas du pays donc on ne fait pas de bêtises, on se tient correctement » »

Blue éprouve beaucoup d’empathie auprès des MNA : «   “Parce que toute cette souffrance, il faut bien qu’elle sorte, il faut bien … moi… enfin, c’est personnel, mais… moi je crois qu’il faut faire ça … pour les aider …pour qu’ils gardent pas cette souffrance à l’intérieur » .

Dans une visée compréhensive, nous avançons l’idée que le mécanisme de projection serait à l’œuvre dans leur investissement bénévole, porteur d’un après-coup. Une réorganisation psychique des traces mnésiques attribuerait à l’épisode de la migration dans l’histoire familiale un sens nouveau en prenant une place active et protectrice.

Cette hypothèse expliquerait un moteur puissant d’investissement dans le bénévolat et apporterait un éclairage aux formes de subjectivation offerte aux MNA dans ce cadre d’accueil.

Perrot, A. (2016). Devenir un enfant en danger, épreuves d’âge et de statut: Le cas « limite » des mineurs isolés étrangers en France. Agora débats/jeunesses, 74, 119-130. https://doi-org.gorgone.univ-toulouse.fr/10.3917/agora.074.0119

les MNA en tant que pragmata, UAM as pragmata, Sandra Cadiou, 26 mai 2022

Nous nous intéressons à la scolarisation des mineurs non accompagnés. Situés dans un entre deux (Sibony,2016 ; Thouroude, 2002) les MNA ne sont ni mineurs, ni majeurs, ni légaux, ni illégaux , les acteurs bénévoles, de leur scolarisation en association, ni salariés ou formés au FLE ou à l’enseignement, ni extérieurs à la question des MNA. Nos travaux ont investigué notamment la place de la migration dans leur histoire personnelle.

Et en creusant cette question, nous avons voulu comprendre comment les acteurs de leur scolarisation pouvaient se représenter les MNA. Nous avons travaillé sur la représentation des mineurs non accompagnés dans la presse web, presse dont nous postulons qu’elle est une façon de s’informer sur les MNA pour ces bénévoles. Et nous avons eu besoin de recourir à un chercheur en Infocom :  Joël Langonné, pour poursuivre nos travaux.

Nous voilà donc nous aussi dans un entredeux : entre nos cadre théoriques habituels de recherche en sciences de l’éducation, dans une orientation clinique et sociologie clinique, et une zone d’inconfort : celle de l’infocom, toute nouvelle pour nous. Pourquoi sortir de notre champ ? Parce que ce sont les MNA  sujets de nos recherches qui mènent notre travail, bien plus que le cadre de recherche. Et cela rend notre travail difficile, nous forçant à aller explorer des domaines dans lesquelles nous ne sommes pas compétentes.

Pour le dire autrement encore, parce que la pratique de notre recherche nous confronte à une réalité, nous conduit à ses interrogations, nous sommes tenues de nous adapter à ces nouvelles questions qui forment un pragmata autrement dit un objet en train de se faire :

« les pragmata imposent leur « agir intérieur », les attachements nous font autant que nous les faisons. Inversement, ils aident à leur propre mise en forme et à décider des contours de l’enquête, sur des modes chaque fois différents. Il n’y a pas de méthodo-logie : chaque objet réclame sa méthode. » ; (Hennion, 2015, paragraphe 19).

De nouvelles routes et de nouvelles chercheures en somme ?

[citer]

We are interested in the schooling of unaccompanied minors. Situated in an in-between situation (Sibony, 2016; Thouroude, 2002), UAMs are neither minors nor adults, neither legal nor illegal, the voluntary actors of their schooling in associations, neither salaried nor trained in FLE or teaching, nor in outside the UAM issue. Our work has investigated the place of migration in their personal history.

And by exploring this question, we wanted to understand how the actors involved in their schooling could represent the UAMs. We worked on the representation of unaccompanied minors in the web press, a press which we postulate is a way for these volunteers to get information on UAMs. And we needed the help of an Infocom researcher:  Joël Langonné, to continue our work.

So here we are, too, in an in-between situation: between our usual theoretical framework of research in education sciences, with a clinical and clinical sociology orientation, and an uncomfortable zone: that of Infocom, which is completely new to us. Why go outside our field? Because it is the UAMs who are the subjects of our research, and who drive our work, much more than the research framework. And this makes our work difficult, forcing us to explore areas in which we are not competent.

To put it another way, because the practice of our research confronts us with reality, and leads us to its interrogations, we are obliged to adapt to these new questions which form a pragmata, in other words, an object in the process of being made:

“The pragmata impose their “inner action”, the attachments make us as much as we make them. Inversely, they help to shape their form and to decide the contours of the investigation, in different ways each time. There is no methodo-logy: each object requires its method”; (Hennion, 2015, paragraph 19, trad . by us).

New roads and new researchers in short?

Références

Hennion, A., « Enquêter sur nos attachements. Comment hériter de William James ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals-openedition.org.gorgone.univ-toulouse.fr/sociologies/4953 ; DOI : https://doi-org.gorgone.univ-toulouse.fr/10.4000/sociologies.4953

Sibony, D. (2017). Entre-deux. L’origine en partage. Média Diffusion.

Thouroude, L. ( 2022) « Deuxième partie. L’entre-deux et la question de l’altérité en éducation », dans : , Prévenir les handicaps et les violences. La posture de l’entre-deux en éducation, sous la direction de THOUROUDE Laurence. Nîmes, Champ social, « Les besoins éducatifs et pédagogiques particuliers », 2022, p. 85-171. URL : https://www-cairn-info.gorgone.univ-toulouse.fr/–9791034607396-page-85.htm

Figure du MNA dans la presse Web/UAM figure in the press Web. Patricia Mothes, 24 avril 2022.

Nous avons participé au Colloque international « Images et migrants en Méditerranée : éducation, médias, médiation » , organisé à l’IUT de Troyes, en décembre 2021. Ce colloque s’inscrivait dans le programme de recherche « Images, discours et mobilités en Méditerranée » (IDeM2, 2020-2022) et est issu d’une coopération entre le Centre d’Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations (CÉREP, Université de Reims Champagne-Ardenne) et le laboratoire Langues, Littérature et Civilisation/Histoire en Afrique (LLC/HA, Université Mohamed Ben Ahmed – Oran 2).

Dans notre contribution, intitulée « De la confiscation comme construction identitaire : être mineur isolé en France et en Espagne » ( Mothes & Cadiou, 2021), nous abordions la question de la représentation des mineurs isolés dans la presse web française et espagnole. Ce travail faisait le point sur deux recueils de données effectués à un an d’intervalle, en 2019 et 2020.  A partir de l’analyse des titres et illustrations de près de 300 articles de la presse web portant sur les mineurs isolés, nous avons pu démontrer combien la figure du mineur isolé reste frappée d’invisibilisation. L’image présentée par la presse web en réponse à la recherche internet « mineur isolé » est stéréotypée. On y trouve un jeune homme généralement noir, vêtu de sweat à capuche, présenté avec tous les codes de la délinquance mis en scène notamment par les groupes de rap : floutage des visages, attitudes de dos et / ou menaçantes, mises en scène faisant référence à la prison… Les discours associés à ces images témoignent soit des dangers représentés par ces jeunes et de leur délinquance, soit de la difficulté de leur sort et de la nécessité de leur venir en aide. Ainsi, nulle parole n’aborde le mineur isolé comme un jeune, simplement adolescent, ni n’interroge la singularité des personnes concernées. Si la presse web occulte certaines réalités de la situation des MNA, est-ce par négligence ? Par choix délibéré de déshumanisation ? Nous investiguons ces questions dans un chapitre à paraitre sous la direction de Pascal Laborderie, et lors d’une prochaine intervention à Dijon.

We participated in the international colloquium “Images and migrants in the Mediterranean: education, media, mediation”, organized at the IUT of Troyes, in December 2021. This colloquium was part of the research program “Images, Discourses and Mobilities in the Mediterranean” (IDeM2, 2020-2022) and is the result of a cooperation between the Centre d’Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations (CÉREP, University of Reims Champagne-Ardenne) and the laboratory Langues, Littérature et Civilisation/Histoire en Afrique (LLC/HA, University Mohamed Ben Ahmed – Oran 2).
In our contribution, entitled “Confiscation as an identity construction: being an unaccompanied minor in France and Spain”( Mothes & Cadiou, 2021), we addressed the issue of the representation of unaccompanied minors in the French and Spanish web press. This work took stock of two data collections carried out one year apart, in 2019 and 2020.  Based on the analysis of the headlines and illustrations of nearly 300 articles on unaccompanied minors in the web press, we were able to demonstrate how the figure of the unaccompanied minor remains invisibilized. The image presented by the web press in response to the internet search “unaccompanied minor” is stereotypical. It shows a young man, generally black, wearing a hoodie, presented with all the codes of delinquency staged in particular by rap groups: blurred faces, backward and/or threatening attitudes, scenes referring to prison… The speeches associated with these images testify either to the dangers represented by these young people and their delinquency, or to the difficulty of their fate and the need to help them. Thus, no words address the isolated minor as a young person, simply an adolescent, nor do they question the singularity of the persons concerned. If the web press hides certain realities of the situation of unaccompanied minors, is it by negligence? Or is it a deliberate choice to dehumanize them? We investigate these questions in a chapter to be published under the direction of Pascal Laborderie, and during a forthcoming intervention in Dijon.

« Chercher avec » les acteurs de la scolarisation migrants et formateurs : comment éviter la domination ?/ “Researching with” migrant and teachers in education: how to avoid domination? Cadiou et Mothes. 4 decembre 2020

La question de la scolarisation des migrants fait partie de nos centre d’intérêt en termes de recherche ( et pas seulement)  sans doute parce qu’elle pose de façon crue et violente les liens entre pouvoir, savoir et sujet singulier.

Comment les pouvoirs et les situations politiques créent des phénomènes de migration et donc transforment des sujets en migrants et des pays en lieu d’ « accueil » ? Comment les jeunes migrants accèdent au savoir, à la scolarisation dans cette vie : quelle place leur est donnée dans l’espace public par les pouvoirs politiques,  au travers des règlementations administratives, des institutions scolaires, mais aussi des espaces d’enseignement comme les associations ? Comment les migrants non accompagnés, sujets adolescents vivent-ils cette étape de métamorphose aux facettes multiples. Comment se construisent-ils ?

Observer, décrire et tenter de comprendre la scolarisation des migrants soulève des questions éthiques importantes. Il y a urgence à ce que la recherche travaille à cette question du fait que des vies sont en danger.

A Toulouse, des volontaires accueillent des migrants mineurs isolés depuis 2016. Ils leur dispensent logement, nourriture, aide juridique et scolarisation. Il s’agit pour la plupart de jeunes noirs ; masculins venant d’Afrique, notamment d’anciens pays colonisés.

Ces jeunes concentrent les oppressions : de sexe ( au-delà des facteurs économiques et sociaux, c’est leur condition de jeune homme qui les conduit sur le chemin de la migration), de race et de classe (peu d’entre eux ont eu accès à une scolarisation complète, et, en rance, ils sont dirigés vers des filières professionnelles peu valorisées). C’est en terme d’intersectionnalité (Crenshaw, 1989) et de « stigmate » (Goffman,1963) que doit être pensée l’analyse ;

Pour rappel l’intersectionnalité est un concept proposé et fondé par Kimberlé Williams Crenshaw dès 1989 pour désigner le cumul des inégalités auprès de certains individus. Le concept de stigmate revient à Erving Goffman qui désigne un attribut social dévalorisant ( corporel ou non) et défini comme tel par le regard d’autrui.

S’il est urgent de faire de la recherche sur ce terrain, nous n’allons pas en faire de façon « habituelle », c’est-à-dire nous chercheures blanches, donc diplômées observant de jeunes mineurs noirs peu scolarisées. Le surplomb scientifique se double également d’un contexte de décolonisation : de françaises de métropole, blanches, nous observons des jeunes issus des pays anciennement colonisés. Les formes intégrées et implicites du racisme peuvent nous guetter, sans compter qu’elles peuvent hanter potentiellement les acteurs de la scolarisation.

Comment nous chercheures pourrions-nous nous positionner de façon juste dans cette situation délicate de recherche ?

Nous avons essayé de répondre à cette question en nous orientant vers une recherche « avec ». Nous utilisons cette expression commode pour deux raisons. D’une part elle évacue le débat participative/collaborative pour plus modestement nous inscrire dans une visée de partage avec tous les acteurs de cette recherche. D’autre part elle nous rattache à son auteur ( Buznic-Bourgeacq, 2019) chercheur appartenant comme nous au groupe de didactique clinique.

Nous avons donc tenté d’élaborer une méthodologie de recherche visant à interroger des migrants mineurs isolés en scolarisation dans cette association, ainsi que des formateur.rice.s .

Nous avons mené des entretiens semi-dirigés d’orientation clinique de migrants mineurs isolés et de formateur-rices, . Puis nous avons construit des cas qui tentent de rendre compte de l’organisation psychique du sujet dans ce processus de scolarisation. Nous nous sommes demandé comment l’expérience de l’immigration impacte les acteurs-trices de cette scolarisation : MIE et formateur.rice.  À la suite de la construction de cas, nous sommes retournées vers les MIE et formateur.rice interviewés pour partager avec eux nos hypothèses, dans le but d’écrire ensemble nos conclusions de recherche.

Notre approche psychanalytique est aussi sociologique dans le sens de nombreux cliniciens : Freud le premier cherche à saisir comment au sein du sujet s’inscrivent les enjeux sociaux : Totem und Tabu,  , Le Malaise dans la culture…  Nous cherchons à saisir les « racines psychiques » d’éléments ou phénomènes institutionnels dans l’optique de Castoriadis. Nous nous sentons solidaires d’une approche sociologique clinique, également, comme la nomme Assoun, d’une anthropologie psychanalytique.

Rendez-vous dans un prochain billet pour rendre compte de la suite de cette recherche « avec ».

Migrants’ education is one of our research interests. Alas it is a case where This is a search field where links between power, knowledge, and singular subject can be alas studied in a violent way.

How do political powers and situations create phenomena of migration and therefore transform subjects into migrants and countries into “welcoming” places? How young migrants’ access to knowledge, education in this life: what place is given to them in the public space by political powers, through administrative regulations, educational institutions, but also educational spaces such as associations? How do unaccompanied migrants, adolescent subjects experience this stage of metamorphosis? How are they built?

Observing, describing, and trying to understand migrant’s education raises important ethical questions. Researching on this question is urgent as lives are in danger.

In Toulouse, volunteers have been welcoming unaccompanied minor migrants since 2016. They provide them with accommodation, food, legal aid, and schooling. Most of them are young black male from Africa, especially from former colonized countries.

These young people concentrate the oppressions: of sex (beyond economic and social factors, it is their condition of young man which leads them on migration), of race and class (few of them have had access to full schooling, and, in racist condition, they are directed to low-value professional fields). The analysis should be done in terms of intersectionality (Crenshaw, 1989) and “stigma” (Goffman, 1963).

As a reminder, intersectionality is a concept proposed and founded by Kimberle Williams Crenshaw in 1989 to designate the accumulation of inequalities among people. The concept of stigma belongs to Erving Goffman designating a demeaning social attribute (bodily or not) and defined as such by the others.

If there is an urgent need to do research in this area, we are not going to do it in the “usual” way, that is to say we are white researchers, therefore graduates observing young black minors with little education. The scientific overhang is also coupled with a decolonization context: French women from mainland France, white, we observe young people from formerly colonized countries. Integrated and implicit forms of racism can appear in us, also potentially in those involved in schooling: migrants and teachers. As researchers, how should we position ourselves fairly in this delicate research situation?

We tried to answer this question by orienting ourselves towards a research “with”. We use this convenient expression for two reasons. On the one hand, it eliminates the participatory / collaborative debate and more modestly subscribes to a goal of sharing with all those involved in this research. On the other hand, it links us to its author (Buznic-Bourgeacq, 2019), a researcher who, like us, belongs to the didactic clinic group.

We therefore tried to develop a research methodology aimed at interviewing unaccompanied minor migrants enrolled in this association, as well as trainers.

We conducted semi-structured clinical orientation interviews with unaccompanied minor migrants and trainers. Then we constructed cases which attempt to account for the psychic organization of the subject in this process of schooling. We asked ourselves how the experience of immigration impacts the actors of this schooling: UAM and trainer. Following the construction of cases, we returned to the UAMs and trainer interviewed to share our hypotheses with them, with the aim of writing together our research conclusions.

Our psychoanalytic approach is also sociological in the sense of many clinicians: Freud the first seeks to grasp how within the subject the social issues are inscribed: Totem and Taboo, Civilization, and Its Discontents … We seek to explain the “psychic roots” of institutional structures from Castoriadis’ perspective. We agree with a clinical sociological approach, also, with a psychoanalytic anthropology as Assoun calls it.

See you in a future post to report on the rest of this research “with”.

références

Buznic-Bourgeacq, P. (2019). « Le sujet dont il s’agit encore » Cheminement d’un chercheur en éducation vers une clinique du sujet didactique. UT2J. HDR non publiée.

Carignano, B. (2020). Entretien avec le professeur Paul-Laurent Assoun. L’anthropologie psychanalytique en Revista Psicoanálisis en la Universidad Nº4. Rosario, Argentina, UNR Editora. Pág 15-34

Castoriadis, Cornelius. (1975). L’institution imaginaire de la société (3. ed., rev.corr). Éd. du Seuil.

Castoriadis, Cornélius. (1999). Les racines psychiques et sociales de la haine. In Les carrefours du labyrinthe, tome 6 de Les Figures du pensable. https://collectiflieuxcommuns.fr/IMG/pdf_CC_haineF.pdf

Freud, S. (1989). Totem et tabou, interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs (S. Jankélévitch, Trad.). Payot.

Freud, S. (2010). Le malaise dans la culture (P. Cotet, R. Lainé, & J. Stute-Cadiot, Trad.). Presses universitaires de France.

Goffman E. ( 1963) Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, traduit de l’anglais par Alain Kihm, coll. « Le Sens commun », Éditions de Minuit :1975.

Our Mission. (2020). African American Policy Forum (AAPF). https://aapf.org/ourmission

Scolarisation des migrants mineurs en France/Minors migrants schoolarisation : the case of France. Mothes and Cadiou

Quelle est la situation des migrants mineurs non accompagnés en France ? Lors du colloque international « Cross Borders Perespectives on Refugees » en ligne du 21 septembre 2020, nous avons pu contribuer aux résultats de recherche sur la diversité de l’accueil des migrants mineurs dans le monde.

Avant de commencer précisons que lorsque les MIE arrivent sur le territoire français, Ils doivent être reçus par le DDAEOMIE. Cet organisme d’état a pour fonction de déterminer s’ils sont mineurs. 90 % sont déclarées majeurs à Toulouse et se retrouvent donc à la rue. A Toulouse ils peuvent demander l’aide d’un collectif qui apportent nourriture, hébergement, assistance juridique pour être reconnus mineurs et scolarisation. C’est le collectif auquel nous appartenons.

Globalement, et en ce qui concerne l’histoire française des droits de l’homme, le contexte juridique français est censé favoriser la scolarisation, par un libre accès à la scolarité sans condition de nationalité ((International Convention for Children Rights art 28 and 29, French educational code art 111, Inter-ministerial circular of January 25th 2016). Et chaque enfant de moins de 16 ans doit aller à l’école (Inter-ministerial circular of January 25th 2016, Mars and October 2012 circular). Mais une évaluation de niveau est nécessaire avant de choisir la voie scolaire, avec la présence attendue des parents. Par conséquent, c’est très difficile pour les MIE.  Par ailleurs, l’évaluation doit porter sur la scolarisation, mais selon le rectorat, elle dépend du nombre de places gratuites dans les classes.

De plus, si les migrants mineurs veulent des papiers, ils doivent faire des études professionnelles, il est donc préférable pour eux d’aller au lycée professionnel plutôt que de poursuivre des études générales. Cela signifie moins de choix, moins de possibilités d’appartenir à des classes supérieures et ils pourraient rester dans la pauvreté. Cela pourrait être considéré comme un détail, mais il est révélateur sur la manière dont l’État français considère l’UAM: non seulement comme des mineurs à prendre en charge et aidés, mais globalement comme une future main-d’œuvre à être économiquement utile. Nous voulons souligner le racisme intégré dans la situation postcoloniale française. Pendant des siècles, la France a été une puissance coloniale, utilisant les pays africains pour résoudre les problèmes économiques français. La situation UAM tend à montrer que cette situation est en cours, même si elle a une forme différente.

What is the situation of unaccompanied minor migrants in France? During the international conference “Cross Borders Perspectives on Refugees” online on September 21, 2020, we were able to contribute to the results of research on the diversity of the reception of minor migrants in the world.

Before beginning, let’s precise how is organized UAM « welcoming » in France.  By their arrival on French territory, UAM are asked to go to the DDAEOMIE, which is state organization in charge of minority assessment. 90 % of them are assessed major and brought back to the street. In Toulouse, they can ask for help to a collective which provide them food and place to live, and also juridic assistance to be recognize as minors, and schooling. That is the collective we belong to.

Globally speaking, and regarding French human rights history, French juridic context is supposed to encourage schoolarisation, by free access to schooling without any nationality condition (International Convention for Children Rights art 28 and 29, French educational code art 111, Inter-ministerial circular of January 25th 2016). Also, every child under 16 must go to school. (Inter-ministerial circular of January 25th 2016, Mars and October 2012 circular). But level assessment is necessary before choosing schooling way, With the necessary parents’ presence. Consequently, it’s very difficult for UAM. Secondly, assessment should come to schooling, but according to rectorat it depends on the number of free places into classes.

In addition, if minors migrants want papers, they need vocational studies, so it is better for them to go to vocational high school rather than to pursue general studies. This means less choice, less opportunity to belong to the upper classes and they could stay in poverty. This could be considered as a detail, but it shows how French State considers the UAM: not only as minors to be taken care of and assisted, but overall as a future workforce to be economically useful. We want to highlight the racism embedded in the French postcolonial situation. For centuries, France has been a colonial power, using African countries to solve French economic problems. The UAM situation tends to show that this situation still exists, even if it has a different form.

Crenshaw Kimberlé Williams (2005). « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du Genre, 2005/2 (n° 39), p. 51-82. DOI : 10.3917/cdge.039.0051. URL : https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2005-2-page-51.htm

Goffman, E (1963). Stigmate. Les usages sociaux des handicaps (Trad. de l’anglais par Alain Kihm : 1975). Paris : éditions de Minuit, 1975.

Hoerder, D., Hébert, Y., & Schmitt, I. (Eds.) (2006). Negotiating transcultural lives: Belongings and social capital among youth in comparative perspective. Toronto; Buffalo: University of Toronto Press.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search